Renverser la table de l’emploi…

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renverser la table de l’emploi…

Ce n’est sans doute pas la seule motivation des électeurs qui se prononcent pour la démagogie, le retour des frontières et le repli national ! Mais personne ne peut nier que la désespérance sociale contribue à la désintégration de la société française. Si les attentats de Paris ont pu accroître la peur de l’autre et la tentation du repli sur soi, que dire du chômage, qui touche chaque famille ou presque… La situation n’en finit pas d’empirer. Selon les dernières statistiques publiées par l’Insee, le taux de chômage a encore bondi de 0,2 point au troisième trimestre. Il atteint désormais 10,6 % de la population active en France (départements d’outre-mer compris) et 10,2 % dans la seule métropole. Soit les plus hauts niveaux atteints depuis… la fin 1997.

Il n’est plus que jamais temps que le président de la République et son gouvernement renversent la table pour réduire durablement le chômage, comme ils ont su le faire après le 13 novembre, en proposant un arsenal de mesures sécuritaires qui emprunte aux propositions de la gauche comme de la droite. Il est vain de continuer d’attendre un surplus de croissance qui se traduirait par une baisse durable du nombre de sans-emploi. Et, s’il n’est pas question de remettre en cause la politique de l’offre que l’exécutif a fini par privilégier, après bien des atermoiements, il est plus que jamais temps d’admettre que dans la lutte contre le chômage on n’a pas tout essayé, contrairement à ce qu’affirmait un certain François Mitterrand en 1993. Suppression des charges sociales sur tous les salaires jusqu’à 1,6 smic – l’économiste Pierre Cahuc en attend la création rapide de 800 000 emplois -, expérimentation de smic différenciés selon les régions et/ou selon les branches, réforme du chômage partiel évitant aux entreprises d’avancer la trésorerie avant de se faire rembourser par l’Etat, nouveaux dispositifs de formation et de retour à l’emploi pour les chômeurs de longue durée, obligation faite à l’Education nationale de mettre en place des formations alternatives pour les « décrocheurs »…

Ce n’est pas en promettant une réforme du droit du travail qui ne touchera pas aux différents contrats, au smic et à la durée légale du travail que le gouvernement fera reculer, durablement, le nombre de chômeurs !

Pascal Gateaud

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS