Economie

Renault, Airbus, Safran, Auchan… Quelles entreprises ne verseront pas de dividendes en 2020 ?

Hubert Mary , , , ,

Publié le , mis à jour le 13/05/2020 À 08H50

[ACTUALISÉ] Bruno Le Maire a annoncé l'interdiction pour les entreprises bénéficiant d'un report de charges de verser des dividendes à leurs actionnaires, et le demande également à celles ayant recours au chômage partiel. Certains grands groupes ont annoncé qu'ils respecteraient cette consigne... Mais pas tous.  

Renault, Airbus, Safran, Auchan… Quelles entreprises ne verseront pas de dividendes en 2020 ?
Airbus a annoncé qu'il ne verserait pas de dividendes en 2020.
© Airbus

Sommaire du dossier

Les entreprises bénéficiant d'un report de charges sociales ou fiscales, ou d'un prêt garanti par l'Etat, ont l'interdiction de verser des dividendes à leurs actionnaires, a annoncé vendredi 27 mars le ministre de l'Economie Bruno le Maire. Si cette consigne n'est pas respectée, elles "se verront obligées de rembourser cette avance de trésorerie (...) avec une pénalité d'intérêts" a averti le ministre.

"Nous veillerons à ce que ce soit respecté"

Une mesure mise en place pour préserver la trésorerie des entreprises durement touchée par l'épidémie de Covid-19. "Les entreprises qui ont besoin de trésorerie aujourd'hui, en particulier les grandes entreprises, si elles ont besoin de trésorerie et qu'elles demandent l'aide de l'État, elles ne peuvent pas, elles ne doivent pas verser de dividendes. Et nous veillerons à ce que ce soit respecté", a insisté le ministre sur BFMTV. Lundi 30 mars, il a également demandé aux entreprises ayant recours au chômage partiel, et de fait à une aide de l'Etat, de s'y plier.

Dans un communiqué, l'Association française des entreprises privées (Afep), qui regroupe les 110 plus grandes privées entreprises françaises, a appelé ses adhérents à respecter l'interdiction. "L’Afep (…) demande bien sûr aux entreprises concernées d’appliquer la décision du gouvernement d’interdire de verser des dividendes en 2020." Un suivi de ses engagements sera mis en place par l'organisation qui rendra public les résultats.

Quelles entreprises ont déjà renoncé à verser des dividendes ?

Airbus : L'avionneur européen a annoncé le 23 mars suspendre le versement de dividendes d'un montant de 1,4 milliard d'euros pour l'exercice 2019 en même temps qu'il annulait ses prévisions pour 2020.

Auchan Holdings : Le géant de la grande distribution a annoncé qu'il respectera la consigne et ne versera pas de dividendes en 2020.

Autogrill : La société de restauration d'autoroute ne versera pas de dividende en 2020.

Dassault Aviation : Le constructeur aéronautique français a décidé le 1er avril de “supprimer la proposition de dividende 2019”. Avec une proposition de 25,4 euros par action, le dividende 2019 s’élevait à 212 millions d’euros.

Elior : La société de restauration renonce à verser des dividendes au titre de l'exercice 2019-2020.

Engie : Sous la pression des syndicats, Engie a finalement tranché entre le versement des dividendes et les aides de l'État. Le conseil d'administration a décidé le 1er avril d'annuler le dividende 2019 de 0,8 euro par action tout en s'engageant à les verser "à l'avenir".

EssilorLuxottica : Le groupe franco-italien a annoncé le 20 avril qu'il ne proposerait pas de dividende à l'assemblée générale du 25 juin 2020. "Si la reprise s'avère suffisamment solide", le conseil d'administration pourrait toutefois soumettre un dividende exceptionnel avant la fin de l'année 2020.

Faurecia : L'équipementier automobile français a décidé le 14 mai de ne pas distribuer de dividende au titre de 2019.

GetLink : GetLink, l'entreprise qui exploite notamment le tunnel ferroviaire sous la Manche, a annoncé le 2 avril qu'il ne proposerait de dividende au titre de l'exercice 2019. Avec un dividende de 0,41 euro par action, le versement aurait représenté 225,5 millions d'euros. "En fonction de l’évolution de la situation globale et des dispositions légales et règlementaires applicables, le conseil d’administration se réserve la possibilité pour la société de verser un acompte sur dividende au cours de l’exercice 2020", précise l'entreprise dans un communiqué.

JCDecaux : Le spécialiste des affichages publicitaires a annoncé mercredi 25 mars renoncer à verser de dividendes "au titre de l'exercice 2019, afin de renforcer sa liquidité (…) ainsi que sa flexibilité financière en réponse à la crise mondiale sans précédent causée par la pandémie de Covid-19."

Renault : Le Conseil d’administration de Renault a décidé de ne plus proposer la distribution de dividende à l’Assemblée générale. Le constructeur prévoyait jusqu'ici de verser 1,10 euro par action à ses actionnaires, contre 3,55 euros au titre de l'exercice précédent. De plus, l’ensemble des membres du Conseil d’administration de Renault ont décidé de revoir à la baisse leur rémunération : Jean-Dominique Senard, Président du CA diminue de 25% sa rémunération pour le second trimestre 2020 au minimum et les administrateurs décident à l’unanimité de diminuer de 25% le montant de leurs jetons de présence 2020. Les économies réalisées seront reversées au fonds de solidarité mis en place dans le cadre du Contrat de solidarité et d’avenir conclu le 2 avril.

Safran : Le motoriste et équipementier aéronautique a déclaré vendredi 27 mars annuler le versement de son dividende 2019, qui devait atteindre au total un milliard d'euros.

Sopra-Steria : Le groupe ne versera pas de dividende au titre de l'année 2019, a-t-il annoncé le 9 avril.

Tarkett : Le spécialiste des revêtements de sols a annoncé le 18 mars "la suppression du dividende de 0,24 euro par action versé en 2020 qui avait été initialement annoncé lors de la publication des résultats annuels 2019 le 13 février dernier."  

Veolia : Le dividende sera divisé de moitié, à 50 centimes au lieu d'un euro.

Quelles entreprises ont réduit le versement de dividendes ?

EDF : EDF a annoncé jeudi 2 avril qu'il ne proposerait pas le paiement d'un dividende au titre de l'exercice 2019. L'électricien français proposera tout de même un acompte de 0,15 euro par action déjà versé en décembre 2019.

Eutelsat : Lors de l'AG qui doit se tenir en novembre prochain, le conseil d'administration du groupe va  proposer "une réduction de 30% du dividende pour l'exercice 2019-22020.

Legrand : L'entreprise d'équipements électriques propose le gel du montant du dividende versé au titre de l'exercice 2019, réduit à 1,34 euro par action, contre 1,42 euro prévu.

LVMH : Le groupe va proposer de réduire de 30% le dividende pour 2019, qui s'établirait à 4,80 euros par action.

Michelin : Le fabricant de pneumatique français a décidé le 1er avril de réduire le montant des dividendes par action pour l'exercice 2019 de 3,85 euros initialement à 2 euros, soit une baisse de 48%. Ces dividendes doivent être versés le 3 juillet 2020.

Orange : Le conseil d’administration propose de réduire le dividende 2019 de 0,70 euro à 0,50 euro par action, ce qui se traduirait par un solde de dividende à verser de 0,20 euro au lieu de 0,40 euro, sa date de paiement restant inchangée au 4 juin 2020. L'AG de l'opérateur doit se tenir le 19 mai à huis clos.

Plastic Ominum : L'équipementier automobile a décidé le 31 mars de réduire le dividende proposé pour l’année 2019 à 0,49 euro par action, contre 0,74 euro initialement proposé, soit une baisse de 34%.

STmicroelectronics :  Le fabricant de semi-conducteurs prévoyait pour 2020 le versement de 0,24 dollar par action, comme en 2019. Il propose désormais à la prochaine assemblée générale des actionnaires de baisser le dividende à 0,168 dollar, avant la possibilité de le ramener à 0,24 dollar en septembre 2020.

Thales : Thales a annoncé le 7 avril la suppression du solde de son dividende 2019. Le groupe avait déjà versé un acompte sur le dividende de 60 centimes mais renonce à verser le solde de 2,05 euros, soit une économie de 430 millions d'euros.

Dans quelles entreprises le versement des dividendes est pour l'instant maintenu ?

Hermès : Le groupe français de luxe a réduit le dividende qu'il comptait verser à 4,55 euros par action, contre 5 euros initialement prévus. Mais il a annoncé le 30 mars ne pas recourir "aux aides publiques exceptionnelles des différents États", notamment au chômage partiel en France malgré la suspension de tous ses sites de production. Il maintiendra le salaire de base de ses salariés et renonce à augmenter ses dirigeants en 2020.

L'Oréal : Le géant des cosmétiques a décidé le 12 mai qu'il maintenait le versement des dividendes sur l'exercice 2019. L'entreprise a toutefois renoncé à l'augmenter. Elle avait également annoncé le "maintien à 100 % de l’emploi et des salaires, zéro chômage partiel, ni report de charges" le 30 mars.

PSA : Le constructeur automobile a annoncé jeudi 1er avril qu'il rendra sa décision sur le versement du dividende pour l'exercice 2019 lors de son assemblée général reportée au 25 juin 2020. Dans le cadre de sa fusion avec Fiat Chrysler annoncé fin décembre, les deux groupes avaient annoncés le versement de 1,1 milliards chacun à leur actionnaires respectifs lors de la présentation des résultats annuels, ce qui représente un montant de 1,23 euro par action pour PSA, contre 0,78 pour l'exercice précédent.

Sanofi : Le conseil d’administration de Sanofi a décidé le 5 février de maintenir une proposition de dividende de 3,15 euros par action au titre de l’exercice 2019. Il s’agit de “la 26e année consécutive de croissance du dividende”, précise Sanofi. Le patron de l’entreprise, Paul Hudson, a confirmé cette décision le 24 avril lors de la présentation des résultats pour le premier trimestre 2020.

STMicroelectronics : Le fabricant de semi-conducteurs, dont l'Etat français est un important actionnaire, a annoncé verser 218,7 millions de dollars (195 millions d'euros) en dividendes en 2020. Une décision rendue deux jours avant l'intervention de la ministre du travail Muriel Pénicaut, vendredi 27 mars, indiquant que "dans les entreprises où l'Etat est actionnaire, on va demander de ne pas verser de dividendes."

Total : Le géant des hydrocarbures n'a pour l'instant pas communiqué sur le versement des dividendes d'environ 9 milliards de dollars (8,16 milliards d'euros) en 2020. Son PDG Patrick Pouyanné a dévoilé un plan pour faire face à la chute des prix du pétrole, à la pandémie de Covid-19 et à la crise du climat. Le 30 mars, Total a néanmoins précisé ne pas demander de report de paiement de ses charges ou recourir au chômage partiel.

Transdev : Le spécialiste du secteur des transports a annoncé qu'il maintenait le versement d'un dividende de 23 millions d'euros, soit la moitié de son bénéfice 2019, mais que ce dernier interviendrait après la crise du Covid-19.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte