Economie

Régionales 2015 : le tissu industriel de Provence-Alpes-Côte d'Azur en profonde mutation

,

Publié le

L'activité économique de la région ne dépend pas d'une "mono-industrie". Les acteurs régionaux s'emploient à en faire un atout pour retrouver croissance et emploi, en concentrant leurs efforts sur des secteurs mieux identifiés et ciblés.

Avec onze pôles de compétitivité (1), Provence-Alpes-Côte d'Azur est l'une des régions les mieux dotées en France. Soucieux de ne pas restreindre l'économie du territoire à ces seules filières, le Conseil régional avait ajouté 14 "Pôles régionaux d'innovation et de développement économique solidaire" (Prides), avant de faire le ménage en 2014 et de n'en garder que cinq (2) ! Mais face à la restriction des ressources publiques et au manque de "lisibilité" d'une telle dispersion, une nouvelle "Stratégie régionale de l’innovation" a pris forme. Bien que dans le top 3 ou 5 Français de l'aéronautique et du spatial, de l'énergie, de l'optique-photonique, du naval, du numérique, de la santé et de l'agroalimentaire, la région n'atteint le premier rang dans aucune filière. 

Plutôt que de choisir, cinq "Domaines d'activités stratégiques" définissent désormais les réels points forts régionaux : "transition et efficacité énergétique", "mobilité intelligente et durable", "risques, sécurité, sûreté", "santé-alimentation" et "tourisme-industries culturelles et contenus numériques". Pour approvisionner ces spécialités, plusieurs technologies clés ont été ciblées : micro et nanoélectronique, biotechnologies et photonique. La mise en œuvre et la promotion de cette stratégie sont dévolues à l'Agence régionale de l'innovation et de l'internationalisation des entreprises (ARII Pac). Fondée par l'Etat, la région, la chambre régionale de commerce et d'industrie, la Caisse des dépôts et BpiFrance, elle travaille en liaison avec les pôles et les agences de développement territoriales. La politique d'aide aux entreprises a été également révisée, favorisant l'implication public-privé dans les sociétés les plus prometteuses (Paca Emergence, Paca Investissement…). Enfin, des pôles mutualisent leurs moyens : Pégase et Risques fusionneront en décembre.

Projets à court et long terme

Sur ce socle reposent de "grands projets structurants", autour de l’énergie. A proximité d'Iter et du CEA Cadarache, dans la vallée de la Durance, la Cité des énergies expérimente de nouvelles technologies solaires, d'efficacité énergétique des bâtiments en climat méditerranéen et des biocarburants à partir de micro-algues. Autour de l'étang de Berre, la revitalisation industrielle sur les terrains de l'ex-raffinerie de LyondellBasell et la reconversion de Total La Mède en bioraffinerie ouvrent des perspectives, non sans inquiétudes.

Cette mutation concerne aussi la zone industrialo-portuaire à Fos-sur-Mer, avec la plate-forme industrielle d'innovation Caban-Tonkin (projet PIICTO), où les industriels (pétrochimie, sidérurgie, énergie…) et le Port de Marseille étudient comment instaurer des synergies entre les unités et attirer des démonstrateurs préindustriels dans l'hydrogène et les biocarburants de nouvelle génération sur les 12 hectares du site "Innovex".

Imaginé pour accroître la compétence des PME en mécanique, matériaux, procédés et services du futur, le projet Henri Fabre, bientôt porté par une gouvernance d'industriels, défend une optique "interfilières" (aéronautique, énergie, naval, biomédical…). Sa plate-forme mutualisée d'innovation Inovsys s'enrichit d'une fonderie rapide à Aix-en-Provence et d'un "mini-technocentre" à Marignane.

A Toulon, le Technopôle de la Mer servira de point d'appui à un "Sealab innovation center" sur les systèmes intelligents navals et industriels avec DCNS, CNIM, Thales Underwater Systems, Eca, Ifremer… Quant à Nice et Sophia-Antipolis, l'axe prioritaire concerne la ville intelligente et les réseaux électriques intelligents. Fort de ses nombreux démonstrateurs, le territoire porte avec le pôle Capenergies la candidature Flexgrid de Provence-Alpes-Côte d'Azur à l'appel à projets de l'Etat pour devenir le site pilote de ces technologies en France. A plus long terme, se profilent un parc d'éoliennes offshore à axe vertical dans le golfe de Fos, la construction de prototypes de dirigeables à Istres et de plates-formes stratosphériques à Cannes chez Thales Alenia Space.

Jean-Christophe Barla

1/ Solutions communicantes sécurisées, Mer, Capenergies, Optitec, Terralia, Pégase, Eurobiomed, Risques, Pôle arômes, Saveurs et senteurs, Trimatec, Eau.

2/ "Green" (éco-entreprises), PRIMI (Industries culturelles et créatives), Services à la personne, Novachim (chimie et matériaux) et Tourisme d'affaires et de congrès.

Marseille — Nice : coopération obligatoire !

Provence-Alpes-Côte d'Azur conservant ses frontières originelles, les acteurs économiques et politiques de Marseille et Nice, voire Toulon, vont devoir plus que jamais œuvrer ensemble pour ne pas voir la région dégringoler en poids et influence dans l'économie française à cause de ce périmètre restreint ! En se structurant en métropole, Aix-Marseille-Provence devrait, si les élus de ses 92 communes se résolvent à jouer le jeu, pouvoir s'attaquer aux difficultés qui ralentissent son essor : foncier, transports collectifs, infrastructures routières, logement…

Le Grand Port Maritime de Marseille, dont dépendent 42 000 emplois, avec sa fiabilité retrouvée et ses espaces disponibles de Marseille à Fos, peut devenir le dénominateur commun d'une stratégie enfin coordonnée, malgré les craintes sur le devenir de la SNCM. La régénération de la métropole niçoise dans un contexte politique plus apaisé, sa détermination à s'imposer comme une "smart city" de rang international, permettent à la région de compter sur deux moteurs puissants, s'ils tournent en simultané !

 

"Nous espérons la poursuite de la stratégie dans le domaine des réseaux électriques intelligents" "La région doit soutenir l'incubation de start-up"

"Nous réclamons des transports collectifs"


 

Christophe Robillard

PDG de la start-up Qualisteo, spécialisée dans la maîtrise de l'énergie.

Didier Chabassieu

Président du directoire de l’ETI HighCo, qui offre des solutions de marketing

Joao Felix da Silva

Directeur d'ArcelorMittal Méditerranée.

Cliquez sur un portrait pour découvrir le témoignage 


 

Test
Create your own infographics

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte