L'Usine Matières premières

[Récap] EDF, Airbus, Saint Gobain, Valeo, Total… Quels industriels revoient leurs prévisions 2020 à cause du Covid-19 ?

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 14/04/2020 À 11H40

[ACTUALISÉ] Baisse des investissements, trésorerie rognée ou révision à la baisse des objectifs financiers… Après une semaine de confinement renforcé, les industriels français commencent à mesurer l’impact du coronavirus Covid-19. L’Usine Nouvelle fait le point sur les entreprises qui ont modifié leurs objectifs pour 2020.

[Récap] EDF, Airbus, Saint Gobain, Valeo, Total… Quels industriels revoient leurs prévisions 2020 à cause du Covid-19 ?
Un poste central d'exploitation de Vinci Autoroutes situé à Ponthévrard, dans les Yvelines.
© Stephane LAVOUE / PASCO

Au début de l’année, en pleine saison des résultats financiers, les entreprises françaises ne savaient pas encore à quoi s’attendre. L’épidémie de coronavirus se limitait encore principalement à la Chine et à d’autres pays asiatiques. Depuis, le Covid-19 a contaminé l’Europe et les États-Unis. En un week-end, l’horizon des grands groupes s’est obscurci… Du 20 au 23 mars, les industriels français se sont succédés pour annoncer une baisse de leurs investissements ou une révision à la baisse de leurs objectifs. Nous avons recensé ces différentes annonces.

Après une semaine de confinement, certains secteurs sont plus exposés que d’autres. Sans surprise, les acteurs de la construction comme Saint-Gobain et Vinci prévoient de réduire leurs investissements. D’autres se montrent plus confiants et tablent sur leur trésorerie pour affronter une année 2020 qui s’annonce difficile. EDF, par exemple, a décidé de maintenir son objectif de bénéfice avant intérêt et impôts (Ebitda).

Airbus annule ses prévisions

Les compagnies aériennes ne sont pas les seules victimes de cette crise sanitaire. Airbus a été contraint de fermer provisoirement ses usines en France et en Espagne. Lundi 23 mars, le constructeur aéronautique européen a annoncé l’annulation du versement des dividendes à ses actionnaires au titre de l’année 2019. Ses prévisions pour 2020 sont également annulées.

Assystem ne tiendra pas ses objectifs 2020

Le groupe d'ingénierie Assystem a indiqué qu’il ne pourrait pas tenir ses objectifs de chiffre d’affaires, de marge opérationnelle d’activité et de free cash-flow pour l’exercice 2020.

Bouygues exposé dans le secteur construction 

Présent dans l’audiovisuel, les télécoms et la construction, le groupe Bouygues a suspendu ses objectifs le 24 mars, “jusqu’à ce que la situation se clarifie”. L’entreprise évoque surtout des incertitudes dans les activités de construction et audiovisuelles. “L’impact du Covid-19 dépendra, s’agissant des activités de construction, de la durée d’interruption des chantiers, ainsi que de la disponibilité des maîtrises d’ouvrage, des maîtrises d’oeuvre, des fournisseurs, des prestataires ou sous-traitants”, indique l’entreprise.

Dassault Aviation suspend ses objectifs 2020

Mercredi 1er avril, Dassault Aviation a annoncé la suspension de ses objectifs financiers pour l'année 2020. “Il est difficile de prévoir l’impact de cette crise en raison des incertitudes quant à son ampleur, son étendue géographique, sa durée et ses conséquences économiques et sociales sur les objectifs 2020 du groupe Dassault Aviation annoncés le 27 février”, a justifié le constructeur aéronautique.

EDF revoit à la baisse son hypothèse de production nucléaire

EDF va ajuster à la baisse son hypothèse de production nucléaire en France pour 2020, actuellement située entre 375 et 390 TWh. “La suspension d’opérations de maintenance des installations de production due au confinement impose une remise à plat du programme d’arrêts de tranches”, justifie le groupe.

“La forte baisse des prix de l’électricité sur les marchés de gros est susceptible d’avoir un impact significatif en fin d’année sur le ratio d’endettement”, prévient EDF. 

EDF a annoncé le 14 avril qu'il allait renoncer à ses objectifs financiers pour 2020 et 2021."Les perturbations économiques provoquées par l'actuelle crise sanitaire induisent une baisse de la demande d'électricité ainsi que des répercussions importantes sur de nombreuses activités du groupe, notamment la production nucléaire (...) les chantiers, et les services", dit EDF.

Eiffage revoit à la baisse ses résultats

Mardi 24 mars, Eiffage a rapporté la suspension de nombreuses activités de production et une baisse “sans précédent” du trafic autoroutier en France depuis la mi-mars. “Dans ces conditions, l’activité et les résultats du groupe pour 2020, initialement prévus en progression, seront inévitablement en baisse”, a prévenu le groupe de construction. L’entreprise précise qu’elle disposait d’une liquidité de 4,6 milliards d’euros de liquidité au 31 décembre 2019.

EssilorLuxottica abandonne ses prévisions financières

L'entreprise franco-italienne spécialisée dans les équipements optiques a annoncé vendredi 27 mars l'abandon de ses prévisions financières. "En janvier et février, le groupe a enregistré une croissance solide, en ligne avec ses objectifs annuels. L'activité a commencé à se détériorer en mars, au fur et à mesure du déplacement de l’impact du virus, initialement centré sur la Chine, vers des régions entières d’Europe et d’Amérique du Nord", a justifié le groupe dans un communiqué.

L'entreprise s'attend à un ralentissement de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre, "avec un impact significatif sur la rentabilité". "Nous avons la chance d'avoir une situation de cash très saine, nous ne sommes pas inquiets, puisqu'on a démarré avec à peu près 6 milliards et la possibilité de pouvoir tirer sur encore 4 milliards", a rassuré Hubert Sagnières, vice-PDG délégué d'EssilorLuxottica, interrogé par BFM Business.

Kering : chiffre d’affaires en baisse au premier trimestre

Selon Kering, le chiffre d’affaires consolidé au premier trimestre 2020 pourrait enregistrer une baisse de 15 % par rapport au premier trimestre 2019 en données comparables, avec une marge opérationnel également en recul. Le groupe de luxe prévoit un deuxième trimestre “très fortement impacté”.

“Kering a mis en place un premier plan d’actions visant à adapter ses bases de coûts et à contenir les besoins en fonds de roulement”, ajoute l’entreprise. Il note un signal encourageant en Chine Continentale avec une moindre décroissance des ventes.

LafargeHolcim coupe dans les coûts et les capex

Le cimentier LafargeHolcim a annoncé le 27 mars une réduction d'au moins 400 millions de francs suisses (presque 377 millions d'euros) de son capital investissement en 2020 (par rapport à 2019). L'objectif de révision des coûts est fixé à 300 millions de francs suisses.

"Alors que les chantiers et sites de construction sont généralement plus résilients que d'autres secteurs, LafargeHolcim fait désormais face à des interruptions d'activité dans plusieurs pays. En Chine, la reprise des chantiers a commencé et toutes nos usines situées en dehors de la province du Hubei sont opérationnelles. Sur la plupart de nos autres marchés clés, le secteur de la construction est perturbé et nous anticipons des baisses de volume significatives en avril et mai", précise le groupe dans un communiqué.

Saint Gobain reporte tous les projets possibles

Saint Gobain souhaite reporter “tous les projets possibles prévus pour les prochains mois” et prévoit une baisse des investissements industriels en 2020, “très significativement au-delà des 200 millions d’euros de réduction initialement annoncés”.

Le spécialiste des matériaux de construction indique un renforcement de ses sources de financement avec une “nouvelle ligne de crédit syndiquée de 2,5 milliards d’euros, qui s’ajoute à des lignes de crédit de ‘back-up’ confirmées et non utilisées de 4 milliards d’euros”.

“Compte tenu de la pandémie, la guidance 2020 du groupe s’en trouve remise en cause sans qu’il soit possible aujourd’hui d’en évaluer l’impact”, ajoute Saint Gobain lundi 23 mars.

Technicolor suspend ses objectifs 2020-2022

“En raison des difficultés liées à l'évaluation et la quantification des répercussions de la pandémie, le groupe suspend ce jour ses objectifs 2020-2022”, a annoncé Technicolor le 23 mars. L’entreprise indique que le télétravail permet d’assurer la continuité de son activité services de production. La réouverture des usines en Chine soutient également son activité maison connectée.

Thales renonce à ses objectifs 2020

Thales a annoncé le 7 avril le retrait de ses objectifs financiers pour 2020. Le groupe avait initialement construit ses prévisions sur l'anticipation d'un impact limité de la crise sanitaire. "Notre exposition directe aux marchés les plus affectés est limitée", a relativisé le patron du groupe, Patrice Caine, dans un communiqué.

Total diminue ses investissements

Lundi 23 mars, Total a annoncé une réduction de plus de 20 % de ses dépenses d’investissements organiques pour ramener les investissements nets à moins de 15 milliards de dollars (environ 14 milliards d’euros). Le groupe pétrolier a également augmenté son plan d’économies “sur les coûts opératoires” de 300 millions à 800 millions de dollars (environ 747 millions d’euros).

Valeo suspend ses objectifs 2020

L'équipementier automobile français Valeo a annoncé le 14 avril avoir renoncé à ses objectifs financiers pour 2020 tout en disant avoir négocié une ligne de crédit supplémentaires d'un milliard d'euros. "La chute d’activité qui a commencé à affecter ses usines en Europe et en Amérique de Nord durant les deux dernières semaines de mars et l’absence de visibilité quant à la sortie de crise invalident les objectifs financiers pour 2020", explique Valeo dans un communiqué.

Vallourec note une réduction des plans de forage en Amérique du Nord

Vallourec a également suspendu le 20 mars ses prévisions pour 2020 en raison de l’épidémie et de la chute du prix du baril de pétrole. Le fabricant de tubes en acier sans soudures note surtout un impact en Amérique du Nord “où de nombreux opérateurs du pétrole et gaz non conventionnel annoncent leur volonté de réduire fortement leurs plans de forage”. L’entreprise ajoute que ses 2,2 milliards d’euros de liquidité (au 31 décembre 2019) n’ont pas encore été affectés par l’épidémie ou par les cours du pétrole.

Vinci voit ses aéroports désertés

Lundi 23 mars, Vinci a indiqué que son objectif annoncé en février “ne pourra pas être tenu”. “À ce stade, l’incertitude sur la durée et l’ampleur de la crise sanitaire ne permet pas d’en quantifier les impacts financiers sur les comptes du groupe”, a indiqué le groupe de construction.

Vinci prévoit une baisse de l’ordre de 40 % du trafic passagers des plates-formes gérées par Vinci Airports sur les trois premières semaines du mois de mars. De la même manière, le trafic des réseaux interurbains de Vinci Autoroutes devrait baisser de 16 % sur la même période.

“Un plan de réduction des dépenses opérationnelles et de décalage des investissements est actuellement mis en œuvre sur l’ensemble des plates-formes dans le respect des obligations contractuelles et aéronautiques et des décisions gouvernementales”, indique le groupe Vinci.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte