Qui sont les nouveaux ministres du gouvernement Philippe 2 ?

Publié le , mis à jour le 22/06/2017 À 09H51

Le nouveau gouvernement d'Edouard Philippe devait revoir de nombreux postes régaliens après le départ de trois ministres membres du MoDem. Les nouveaux ministres et les six secrétaires d'Etat nommés ce mercredi 21 juin, font la part belle à des techniciens et à des proches du chef de l'Etat. Mais quels sont les changements qui vont impacter les secteurs industriels ?

Qui sont les nouveaux ministres du gouvernement Philippe 2 ?
Le nouveau gouvernement Philippe a été annoncé mercredi 21 juin
© DR/Eric Houri / Ville du Havre

Le "léger" remaniement technique prévu à l'issue des élections législatives a pris de l’ampleur après le déclenchement de l’enquête préliminaire visant le MoDem. Le gouvernement était à reconstruire après le départ des trois ministres membres du principal parti allié de la République en marche (LREM). Au-delà du garde des Sceaux, François Bayrou, qui est remplacé par Nicole Belloubet, sur les thématiques qui intéressent les industriels, plusieurs changements sont à noter.

Ministère de la Défense 

La nouvelle ministre des Armées est Florence Parly. Une femme qui n’est pas une inconnue en politique puisque cette énarque de 54 ans, socialiste, a été secrétaire d’Etat au Budget sous le gouvernement de Lionel Jospin de 2000 à 2002. Après divers postes occupés dans des cabinets ministériels, elle avait quitté la sphère politique depuis une dizaine d’années en rejoignant des entreprises du secteur public: d’abord Air France, où elle a conduit l’un des plans de transformation, puis la SNCF. Elle était depuis un an la directrice de SNCF-Voyageurs. C’est donc une femme qui remplace une femme à la tête des Armées, mais c’est un profil beaucoup plus proche de l’entreprise et qui sera sans doute plus sensible aux préoccupations des industriels de la Défense. Il lui reste quelques jours pour le prouver en faisant une apparition au salon du Bourget qui se tient en ce moment même. La ministre des Armées est désormais dotée d'une secrétaire d'Etat, Geneviève Darrieussecq, médecin allergologue et députée MoDem dans les Landes.

Ministère de l'Economie

Bruno Le Maire conserve son poste, qui se voit même consolidé car son intitulé évolue de "ministre de l’Economie" vers "ministre de l’Economie et des Finances". Il se voit adjoindre un secrétaire d’Etat en la personne de Benjamin Griveaux. Ce dernier, élu député LREM dans la 5ème circonscription de Paris est un très proche du chef de l’Etat et a assumé un rôle de porte-parole pédagogue pendant toute la campagne présidentielle. L’arrivée de Benjamin Griveaux voit une forme de rééquilibrage des forces politiques à Bercy puisque ce dernier vient du PS, tendance strauss-khanienne. Il fait partie de ces figures d’En marche qui ont une expérience d’élu puisqu’il était vice-président au conseil général de Saône-et-Loire. On ne connaît pas les thématiques sur lesquelles s’investira Benjamin Griveaux au sein de Bercy. Le  secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, reste rattaché à Matignon.

Ministère de l’Agriculture

Au cours de ce remaniement, un seul ministre change de portefeuille. Il s’agit de Jacques Mézard. Sénateur du Cantal depuis 2008, il avait hérité du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation dans le premier gouvernement d’Edouard Philippe. Ce défenseur de la ruralité a été choisi pour remplacer comme ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, exfiltré pour prendre la tête du groupe parlementaire LREM à l’Assemblée nationale. Dans ce jeu de chaises musicales, Stéphane Travert reprend lui le portefeuille de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le député de la Manche faisait partie des premiers élus socialistes à avoir rallié En marche au printemps 2016. Une proximité avec le chef de l’Etat qui avait été notamment construite pendant l’examen de la loi Macron, dont Stéphane Travert était rapporteur sur le volet consacré au travail du dimanche. Au ministère, sa feuille de route consistera à mettre en musique les Etats généraux de l’alimentation, promis par le chef de l’Etat, qui doivent être lancés dans les prochains mois.

Ministères des Affaires européennes et Etrangères

Au quai d’Orsay, l’ancienne directrice de l’ENA, Nathalie Loiseau devient ministre chargée des Affaires européennes après le départ de Marielle de Sarnez. Jean-Yves Le Drian, lui, conserve son poste de ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Le quai d’Orsay n’est pas une machine inconnue pour Nathalie Loiseau. Elle y a effectué la majeure partie de sa carrière, avant de devenir directrice générale de l’administration du ministère de 2011 à  2012. Un secrétaire d’Etat vient aussi épauler les deux ministres, Jean-Baptiste Lemoyne. Le sénateur LR de l’Yonne avait rallié Emmanuel Macron en mars. Il pourrait s’occuper du Commerce extérieur, dont la compétence reste au quai d’Orsay.

Les autres ministères

Outre Bercy et le quai d’Orsay, deux autres ministères étoffent leurs équipes avec l’arrivée de nouveaux secrétaires d’Etat. Ancien directeur de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron au ministère de l’Economie et proche du premier cercle, Julien Denormandie rejoint le ministère de la Cohésion des territoires. Sébastien Lecornu (31 ans), un proche de Bruno Le Maire, et Brune Poirson (34 ans) fraîchement élue députée LREM, viennent épauler Nicolas Hulot au ministère de l’Ecologie. 

Curiosité de ce gouvernement : aucun des six nouveaux secrétaires d’Etat nommés au gouvernement n’ont pour l’instant d’affectation officielle. Il faudra attendre la publication au Journal officiel de leur périmètre pour en connaître davantage sur leur feuille de route.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte