Technos et Innovations

Quelles technologies utilise la Chine pour traquer les malades du coronavirus ?

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Vu sur le web Pour contrer l'avancée du coronavirus, la Chine redouble d'efforts, quitte à mettre toujours plus de côté la liberté de ses citoyens. Alors que des systèmes de détection de personnes contaminées à reconnaissance faciale apparaissent dans les métros de Pékin, des drones patrouillent déjà plusieurs villes du pays, à la recherche de malades.

Quelles technologies utilise la Chine pour traquer les malades du coronavirus ?
En Chine, les détecteurs anti-coronavirus font leur apparition dans les métros.
© Megvii

Plus d’un mois après sa première détection à Wuhan, le coronavirus s’est propagé comme une traînée de poudre en Chine. Au moment de la publication de cet article, le bilan de l’épidémie s’élève à plus de 900 morts et 37 000 cas confirmés, la très grande majorité se trouvant dans le pays. Pour éviter que le virus ne sème la panique à Pékin, les autorités ont fait appel à plusieurs sociétés qui développent des technologies de détection des malades.

Des détecteurs dans les métros

Parmi celles-ci, la société Megvii, spécialisée dans la reconnaissance faciale, a annoncé début février le déploiement d’un nouveau système d’analyse de la température dans les stations de métro de Haidian, le vaste district du Nord-Ouest de Pékin. Développée par une centaine de techniciens, en collaboration avec le district, l’incubateur Zhongguancun Science City et plusieurs ministères, la technologie est conçue pour aider le personnel à aisément détecter et isoler les personnes potentiellement malades, tout en garantissant un passage continu et peu de ralentissement dans les couloirs.

À l’aide d’un ensemble de seize caméras classiques et à infrarouge, le système peut détecter les températures élevées d’individus ayant le visage couvert (avec une marge d’erreur de 0,3°C), se trouvant dans une foule compacte et à une distance d’environ trois mètres. Chargée d’analyser les visages et les corps, une intelligence artificielle alerte les équipes en cas de suspicion, pour un contrôle supplémentaire.

La solution du géant chinois Baidu

Dans un communiqué, Megvii assure que son système serait capable de scanner quinze personnes par seconde, ce qui serait suffisant pour couvrir une entrée de station de métro. De quoi améliorer la fluidité des passages et la sécurité du personnel par rapport à des contrôles classiques. Le dispositif faisant quasiment tout, tout seul, les équipes peuvent être réduites à une ou deux personnes, diminuant ainsi les risques de transmission.

Le géant de l’internet chinois Baidu, à l’origine du moteur de recherche éponyme utilisé dans le pays, a également annoncé avoir mis au point un système de détection similaire. Grâce à des capteurs infrarouges et de la reconnaissance faciale, celui-ci mesure la température avec une marge d’erreur de 0,05°C. Plus de 200 personnes pourraient ainsi être scannées chaque minute. Déjà utilisé dans la gare de Qinghe, le dispositif devrait également être déployé dans la gare de Pékin-Sud.

Les drones patrouilleurs

Pour l’analyse et le contrôle de sa population, la Chine a également décidé de faire appel aux drones de MicroMultiCopter. Dans un communiqué, la société de Shenzhen a annoncé avoir déployé une centaine d’engins "dans de nombreuses villes comme Shanghai, Guangzhou, Zhaoqing et d'autres régions pour participer à la lutte contre le virus". Équipés de caméras thermiques, ces aéronefs sans pilotes (ou Unmanned Aircraft Systems – UAS) à six rotors seraient capable de détecter, en l’air, toute personne malade, veut convaincre l'entreprise.

Autres applications utiles, la pulvérisation de produits désinfectants dans les lieux publics, afin d’éviter au personnel une exposition directe à des zones potentiellement contaminées. Ces drones peuvent également effectuer des missions de patrouille. Des caméras embarquées permettent aux opérateurs de détecter des foules et des personnes ne portant pas de masque, afin de les disperser ou de leur sommer de rentrer chez eux, grâce à des mégaphones intégrés. Le style autoritaire et intrusif chinois dans toute sa splendeur !

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte