[Covid-19] Faites-vous partie de la vingtaine de nouvelles professions prioritaires pour la vaccination ?

Les salariés des centres de tri des déchets ou des abattoirs, les chauffeurs routiers et les agents de sécurité, s'ils ont plus de 55 ans, font partie des 400 000 professionnels du secteur privé qui seront prioritaires dans les centres de vaccination contre le Covid-19 à partir de samedi 24 avril.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Covid-19] Faites-vous partie de la vingtaine de nouvelles professions prioritaires pour la vaccination ?
Les salariés des abattoirs de plus de 55 ans font partie des professionnels qui disposeront de créneaux prioritaires dans les centres de vaccination contre le Covid-19.

Eboueurs, salariés des centres de tri des déchets, conducteurs de bus, chauffeurs routiers, caissiers et caissières, agents de sécurité des commerces et transports en commun, salariés des abattoirs et de la transformation de la viande, salariés des pompes funèbres... Tous feront partie, dès le samedi 24 avril et pour deux semaines, des vingt nouvelles professions prioritaires à la vaccination. A condition d’avoir plus de 55 ans, ce qui représente 400 000 personnes, des créneaux horaires leur seront réservés dans les centres de vaccination.

Depuis le week-end des 20 et 21 avril, une dizaine de premières professions – enseignants, forces de l’ordre, personnels pénitentiaires, assistantes maternelles… - représentant également 400 000 personnes de plus de 55 ans, bénéficient déjà d’un accès prioritaire aux centres de vaccination. Avec un succès mitigé, ce qui a sans doute accéléré la présentation de nouvelles professions prioritaires.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Exercer son travail en milieu clos

La liste des métiers de cette deuxième vague de vaccinations prioritaires, publiée le 20 avril au soir, est issue d’une rencontre, le 20 au matin, entre les représentants syndicaux et patronaux et le ministère du Travail. Ces métiers ont été choisis parmi ceux identifiés lors de travaux précédents comme appartenant à « la deuxième ligne ». Ces professionnels, exposés par la nature même de leur travail, au virus, et présents sur site pendant le premier confinement car non éligibles au télétravail, sont estimés au global à 4,5 millions.

Beaucoup trop nombreux pour être prioritaires… Il a donc fallu ajouter des critères supplémentaires : travail en milieu clos (ce qui exclut les agriculteurs ou certains professionnels du bâtiment), ou difficultés à respecter les gestes barrières, ou « professions identifiées à risque par l’Institut Pasteur », précise l’entourage de la ministre du Travail. Dans son étude ComCor, les chauffeurs routiers étaient considérés comme très exposés au virus, suivis des professionnels intermédiaires de la santé et du social et des chefs d’entreprise. Ces derniers, tout comme les indépendants ou intérimaires, s’ils exercent dans les professions prioritaires, auront droit à la priorité vaccinale. Il s'agira par exemple des boulangers et bouchers, salariés ou patrons.

A LIRE AUSSI

Attestation sur l'honneur

Une grande souplesse est laissée dans l’identification des prioritaires : il suffira d’une attestation sur l’honneur ou d’un bulletin de paie. Ce sont les Agences régionales de santé (ARS) qui dresseront la liste des centres de vaccination et définiront les modalités de prises de rendez-vous – sur Doctolib, par exemple. Comme tous les Français de plus de 55 ans, les salariés concernés peuvent également se faire vacciner chez leur médecin, en pharmacie ou par la médecine du travail. Dans tous les cas, ils recevront un vaccin AstraZeneca, le seul proposé dans les créneaux prioritaires de vaccination.

Les services de santé au travail des professions concernées, surtout s'ils sont encouragés par les employeurs, vont certainement accélérer la montée en charge de la vaccination. Qu’un salarié pourra toujours refuser. Le ministère du Travail, comme le Medef il y a quelques jours, encourage les employeurs à autoriser leurs salariés à aller se vacciner sur leur temps de travail.

A LIRE AUSSI

La date du 24 avril n’est qu’une étape dans l’accès progressif de la population à la vaccination, une méthode pour s'accommoder de doses toujours insuffisantes. Certains syndicats auraient aimé que tous les professionnels particulièrement exposés au virus puissent être vaccinés, pas seulement les plus de 55 ans. A la RATP, à cet âge-là, beaucoup sont retraités. Et ils ne représentent que 13% des enseignants du primaire et du collège. Dans deux semaines, d'autres ouvertures devraient être annoncées. Patience.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS