Quelles matières premières ont le plus chuté en 2018?

Le pétrole, le sucre et de nombreux métaux ont vu leurs cours fortement reculer en 2018. A l’inverse, le palladium a tiré son épingle du jeu.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Quelles matières premières ont le plus chuté en 2018?
Le WTI et le Brent ont subi une année 2018 mouvementée.

Pour la septième fois en onze ans, le Bloomberg Commodity Index, qui compile le rendement de 22 contrats à terme de matières premières, a reculé en 2018. Il a baissé, au cours de l’année écoulée, de 12%. Sur le seul mois de décembre 2018, l’indice avait déjà atteint son plus bas niveau depuis avril 2016. "Les prix des produits de base et le moral des consommateurs ont de nouveau fléchi sous l'effet de la recrudescence des tensions résultant de la guerre commerciale, d'une possible réduction de la production de pétrole par les membres de l'OPEP, de la faiblesse des marchés des actions à l'échelle mondiale et du raffermissement du dollar américain", expliquent les analystes d’ABN Amro. Tour d’horizon des principales évolutions.

-24,8% et -19% pour le WTI et le Brent

Sans surprise, le baril de pétrole figure parmi les matières premières dont les cours ont le plus fortement baissé en 2018. Le cours du West Texas Intermediate (WTI) a perdu 24,8%, et celui du Brent 19%. Les professionnels interrogés par Reuters tablent sur un baril de Brent à 69,13 dollars en moyenne en 2019, contre un cours moyen de 71,76 dollars l’an dernier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

-20,6% pour le sucre

Rien ne va plus pour le sucre, dont les prix ont baissé en 2018 pour la deuxième année consécutive. A New York (Etats-Unis), le sucre brut a perdu 20,6% au comptant. A Londres (Royaume-Uni), le sucre brut a dévissé, au comptant, de 15,8%, à 332,50 dollars par tonne. En cause, un marché mondial largement excédentaire, notamment sous l’effet de records de production enregistrés au cours de la campagne 2017-18. En fin d’année, les prix avaient toutefois légèrement rebondi, le Brésil confirmant qu’il allouait une large partie de sa production à la fabrication d’éthanol.

-24,4% pour le zinc, -18,1% pour l’aluminium, -17,9% pour le plomb, -16,9% pour le cuivre, -13,4% pour le nickel

L’essor du véhicule électrique et la baisse des stocks avaient poussé, en début d’année 2018, le nickel à la hausse sur le London Metal Exchange (LME). Un accord sur la levée des sanctions américaines à l’encontre du russe Rusal a aussi joué sur le cours de l’aluminium. "Le ralentissement de la croissance économique mondiale aura des conséquences négatives sur la plupart des prix des produits de base en 2019", avertit par ailleurs le cabinet américain Capital Economics. L’or a pour sa part perdu 2%, et l’argent 9,8%.

-15% pour le platine, +19% pour le palladium

Le boom de l’électrique avait profité au nickel. La perte d’intérêt de nombreux consommateurs pour les véhicules diesel a favorisé le palladium, utilisé dans les pots catalyseurs des moteurs essence dans le but de réduire leurs émissions polluantes. Il a dépassé, ces derniers mois, le platine (très utilisé dans les véhicules diesel), et s’est même offert le luxe de prendre le pas sur l’or. Le ralentissement des ventes d’automobiles en Chine pourrait cependant contrecarrer cet élan.

+26,8% pour l’uranium

Le nucléaire n’est pas mort. La Chine compte 42 réacteurs nucléaires en exploitation, tandis que 16 réacteurs sont en construction. Selon le cabinet canadien BMO Capital Markets, le marché de l’uranium est devenu déficitaire, avec des coupes dans les capacités de production au sein de la compagnie minière Kazatomprom, basée au Kazakhstan, et des baisses de production chez Orano en Afrique. La demande, elle, progresserait de 44% d’ici à 2035.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS