Economie

Pourquoi les entreprises ont un rôle crucial à jouer pour la parité

, , ,

Publié le

Quotas, rôles modèles, valorisation des compétences, index égalité homme-femme... Dans le cadre du salon Global Industrie Connect, une table ronde a réuni des personnalités engagées dans la parité. Voici leurs idées pour s'engager vers une meilleure place des femmes dans l'industrie.

Pourquoi les industriels ont un rôle crucial à jouer pour la parité
Il faut déconstruire les préjugés sur les métiers de l'industrie.

Dans l’industrie, les femmes représentent seulement 30% des salariés et 15% des cadres dirigeants. Pourtant, outre les arguments en faveur de plus d'équité, on peut y ajouter des justifications économiques: des études ont montré que les équipes mixtes au sein d’une entreprise amènent à de meilleures performances économiques, a souligné la secrétaire d’État auprès du ministre des Finances, Agnès Pannier-Runacher, en ouvrant la table-ronde sur les femmes dans l’industrie organisée le 3 juillet à l'occasion du salon Global Industrie Connect... une heure avant que le Premier ministre Edouard Philippe ne pose sa démission et celle de son gouvernement.

Les entreprises ont un rôle à jouer

Si la France souhaite se placer dans les meilleurs pays au monde en termes d'égalité femme-homme, il est donc nécessaire qu'en plus des mesures prises pour le droit des femmes, les entreprises prennent aussi leur part dans les combats pour plus d'égalité.

Depuis le 1er mars 2020, les entreprises de plus de 50 personnes doivent calculer leur index d’égalité homme femme. Sylvie Leyre, qui est à l’origine de cet index, rappelle qu'il a pour but de faire réfléchir les entreprises, et de voir les causes des inégalités. Aux yeux de Philippe Darmayan, le président de l’Union des industries des métiers de la métallurgies (UIMM), il oblige en effet à trouver des solutions afin de permettre aux femmes de montrer leurs expériences et d’en faire des modèles, les pousser à oser.

Les métiers de l’industrie séduisent encore peu les femmes

Pour poser les fondations d’une place naturelle à la parité, le Conseil de la Mixité et de l’Égalité Professionnelle dans l’industrie veut lancer des actions qui auraient un impact sur l’orientation professionnelle des jeunes femmes dès l’école ainsi que sur leurs recrutements, la gestion des talents féminins tout au long des carrières, la parentalité, les conditions de travail et enfin, sur l’accession aux fonctions de direction.

Les stéréotypes se formant dès l’enfance, il est important que les jeunes filles puissent s’inspirer de modèles féminins et soient encouragées dans toutes les voies, notamment dans l’industrie. Pour une transformation durable, l’industrie doit être le lanceur de l’égalité professionnelle et de la parité: un élément de la compétitivité industrielle.

Pour Sabine Lunel-Suzanne, vice-présidente de l’association Elles bougent - ayant vocation à mettre en lumière les métiers de l’industrie -, il est donc primordial de générer des rencontres entre lycéennes et collégiennes avec des femmes de ce secteur. Des témoignages permettent de montrer que ces métiers sont compatibles avec la vie des femmes et sont attractifs. C’est d'ailleurs dans cette même visée que L’Usine Nouvelle met en avant les femmes dans l’industrie, notamment à travers ses trophées annuels des Femmes de l'industrie, a pu rappeler Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Usine Nouvelle.

Promouvoir les femmes au sein des entreprises

L'opportunité est d'autant plus grande que l’industrie manque de main d’œuvre et qu’il est important d’attirer les femmes afin de combler ce vide, rappelle Philippe Darmayan. Les entreprises doivent axer leurs critères de définition afin de prendre davantage en compte les femmes, car même si le nombre de femmes actives est proche de 50%, elles ne sont pas réparties dans tous les secteurs de manière égale.

Or pour Christine Kerdellant, les femmes s’auto-censurent et n’osent pas mettre en avant leur qualités. Même si ces derniers peuvent laisser penser aux femmes qu’elles sont choisies pour leur genre et non leurs compétences, Philippe Darmayan, lui, croit aux quotas. Ils permettent de faire progresser l’égalité plus rapidement, et de laisser aux femmes le moyen de montrer leurs capacités, selon lui. "Si on ne se met pas une ambition, on n'y arrive pas, estime Sylvie Lunel-Suzanne. La route est longue, on est allés sur la lune avant d’arriver à l’égalité homme femme..."  Et même si dans certains métiers, comme les RH, "les femmes y sont présentes en majorité, lorsque l’on monte les échelons, on y voit plus d’hommes!"

Où en seront nous dans dix ans? Les participants à la table ronde savent que le travail de déconstruction des stéréotypes sera toujours nécessaire, dû en parti à l’évolution constante des métiers. Et rappellent l'importance de libérer la parole des femmes et que les hommes agissent collectivement avec elles, pour leurs enfants et leur avenir. Si hier il y a eu le droit à l'égalité par le droit, c’est aujourd’hui aux entreprises de créer les conditions nécessaires à la parité de demain.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte