Pourquoi les cheminots manifestent à nouveau contre la réforme du rail

Un an après le vote du nouveau pacte ferroviaire, les cheminots de la SNCF manifestent une nouvelle fois mardi 4 juin pour exprimer leur mécontentement. Ils s'inquiètent du manque de visibilité sur l'évolution des réformes et dénoncent des promesses non tenues.

Partager
Pourquoi les cheminots manifestent à nouveau contre la réforme du rail
CGT, UNSA ferroviaire, SUD rail et CFDT font un appel unitaire à une manifestation nationale le 4 juin.

Les trois mois de grève cadencée qu’avaient imposés les cheminots de la SNCF au printemps 2018 contre la réforme du rail résonnent encore. Une année après la validation de la loi, les cheminots manifestent à nouveau pour marquer leur mécontentement. Ce mardi 4 juin, les différents syndicats - CGT, UNSA ferroviaire, SUD rail et CFDT - ont invité l’ensemble des cheminots à se rassembler dans toute la France.

A Paris, le rendez-vous est fixé à 13 heures Place d’Italie pour marcher en direction de Montparnasse. Quelques perturbations auront lieu sur le réseau ferroviaire des TER. La SNCF annonce notamment un train sur deux dans les Hauts-de-France et un sur cinq dans la région Centre-Val de Loire.

Dans un communiqué commun, les syndicats dénoncent la lenteur de la mise en place des réformes. "Les promesses de concertation

avec les représentants des cheminots ne sont pas tenues. Il n’y a donc pas de visibilité sur ce qui attend la SNCF et les cheminots", expliquent-ils. Pour ce qui est de l’ouverture à la concurrence, ils craignent une "désintégration du système ferroviaire". Ils considèrent les réponses de la direction comme "méprisantes".

Quelles réformes ?

Le Sénat a approuvé le 14 juin 2018 le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire qui entérine la fin du recrutement au statut de cheminot et ouvre la SNCF à la concurrence. Le Premier ministre, Édouard Philippe, s’est aussi engagé auprès des organisations syndicales à reprendre 35 milliards d’euros de dette de la SNCF, dont 25 milliards dès 2020 et 10 milliards en 2022. Il a également indiqué que l’État augmenterait sa participation de 200 millions d’euros par an dans le système ferroviaire, pour atteindre 3,8 milliards. Cette somme doit permettre de régénérer un réseau, qui faute d’investissements suffisants entre les années 1970 et la réforme de 2014, a beaucoup vieilli.

Quel calendrier ?

La plupart des mesures doivent être effectives au 1er janvier 2020. Cependant, l’ouverture à la concurrence s’étale sur plusieurs années : les régions peuvent se lancer dès décembre 2019, mais la réforme ne sera obligatoire qu'en décembre 2023, et sera accompagnée à partir de cette date d’un appel d‘offre. Pour les TGV, les concurrents de la SNCF pourront venir s’insérer dans le trafic à partir de décembre 2020.

Des changements sur le transfert

Après les trois mois de grève cadencée de l’année 2018, les cheminots n’avaient pas obtenu de changements majeurs sur le nouveau pacte ferroviaire mais seulement quelques modifications. Celles-ci portent principalement sur les conditions de transfert dans le cas d’un appel d’offre perdu par la SNCF. Le transfert se fera essentiellement sur la base du volontariat, mais sans renoncer au transfert obligatoire en dernier recours. Si, dans le service transféré, le salarié effectue moins de la moitié de son temps de travail, la SNCF se trouvera dans l’obligation de lui proposer une offre de reclassement en interne.

Un cheminot transféré conservera l’intégralité de sa rémunération, y compris les allocations (primes pour découchage par exemple). Il disposera d’un droit d’option individuel lui permettant de revenir à la SNCF entre la 3ème et la 8ème année après son transfert.

A la demande des syndicats, les titres de la nouvelle SNCF, de SNCF Mobilités et SNCF Réseau sont incessibles. Pour l’ensemble des gares, une filiale va être créée et dépendra de SNCF Réseau.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS