Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi les cheminots manifestent à nouveau contre la réforme du rail

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Un an après le vote du nouveau pacte ferroviaire, les cheminots de la SNCF manifestent une nouvelle fois mardi 4 juin pour exprimer leur mécontentement. Ils s'inquiètent du manque de visibilité sur l'évolution des réformes et dénoncent des promesses non tenues.

Pourquoi les cheminots manifestent à nouveau contre la réforme du rail
CGT, UNSA ferroviaire, SUD rail et CFDT font un appel unitaire à une manifestation nationale le 4 juin.
© SNCF

Les trois mois de grève cadencée qu’avaient imposés les cheminots de la SNCF au printemps 2018 contre la réforme du rail résonnent encore. Une année après la validation de la loi, les cheminots manifestent à nouveau pour marquer leur mécontentement. Ce mardi 4 juin, les différents syndicats - CGT, UNSA ferroviaire, SUD rail et CFDT - ont invité l’ensemble des cheminots à se rassembler dans toute la France.

A Paris, le rendez-vous est fixé à 13 heures Place d’Italie pour marcher en direction de Montparnasse. Quelques perturbations auront lieu sur le réseau ferroviaire des TER. La SNCF annonce notamment un train sur deux dans les Hauts-de-France et un sur cinq dans la région Centre-Val de Loire. 

Dans un communiqué commun, les syndicats dénoncent la lenteur de la mise en place des réformes. "Les promesses de concertation

avec les représentants des cheminots ne sont pas tenues. Il n’y a donc pas de visibilité sur ce qui attend la SNCF et les cheminots", expliquent-ils. Pour ce qui est de l’ouverture à la concurrence, ils craignent une "désintégration du système ferroviaire". Ils considèrent les réponses de la direction comme "méprisantes".

Quelles réformes ?

Le Sénat a approuvé le 14 juin 2018 le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire qui entérine la fin du recrutement au statut de cheminot et ouvre la SNCF à la concurrence. Le Premier ministre, Édouard Philippe, s’est aussi engagé auprès des organisations syndicales à reprendre 35 milliards d’euros de dette de la SNCF, dont 25 milliards dès 2020 et 10 milliards en 2022. Il a également indiqué que l’État augmenterait sa participation de 200 millions d’euros par an dans le système ferroviaire, pour atteindre 3,8 milliards. Cette somme doit permettre de régénérer un réseau, qui faute d’investissements suffisants entre les années 1970 et la réforme de 2014, a beaucoup vieilli.

Quel calendrier ?

La plupart des mesures doivent être effectives au 1er janvier 2020. Cependant, l’ouverture à la concurrence s’étale sur plusieurs années : les régions peuvent se lancer dès décembre 2019, mais la réforme ne sera obligatoire qu'en décembre 2023, et sera accompagnée à partir de cette date d’un appel d‘offre. Pour les TGV, les concurrents de la SNCF pourront venir s’insérer dans le trafic à partir de décembre 2020.

Des changements sur le transfert

Après les trois mois de grève cadencée de l’année 2018, les cheminots n’avaient pas obtenu de changements majeurs sur le nouveau pacte ferroviaire mais seulement quelques modifications. Celles-ci portent principalement sur les conditions de transfert dans le cas d’un appel d’offre perdu par la SNCF. Le transfert se fera essentiellement sur la base du volontariat, mais sans renoncer au transfert obligatoire en dernier recours. Si, dans le service transféré, le salarié effectue moins de la moitié de son temps de travail, la SNCF se trouvera dans l’obligation de lui proposer une offre de reclassement en interne.

Un cheminot transféré conservera l’intégralité de sa rémunération, y compris les allocations (primes pour découchage par exemple). Il disposera d’un droit d’option individuel lui permettant de revenir à la SNCF entre la 3ème et la 8ème année après son transfert.

A la demande des syndicats, les titres de la nouvelle SNCF, de SNCF Mobilités et SNCF Réseau sont incessibles. Pour l’ensemble des gares, une filiale va être créée et dépendra de SNCF Réseau.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle