Pourquoi la SATT Linksium ne mise que sur les start-up

Dernière née, à Grenoble, des sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT), Linksium défend un modèle de valorisation de la recherche publique quasi exclusivement basé sur la création de start-up. Explications.

Partager
Pourquoi la SATT Linksium ne mise que sur les start-up

Née en 2015 sur les cendres toutes chaudes, ou presque, de l’incubateur grenoblois Grain, la société d’accélération de transfert de technologie (SATT) Linksium tient à défendre son modèle d’affaires original. Là où ses grandes sœurs misent plutôt sur la cession de licences de brevets issus des laboratoires de la recherche publique de leur territoire aux entreprises existantes et parfois à des start-up, Linksium, elle, ne mise que sur la création de start-up. Une stratégie rendue possible par le fait qu’elle a exceptionnellement obtenu, au momet de sa création, une autorisation de l'oganisme qui la finance, le Commissariat général à l'investissement pour entrer en numéraire à hauteur de 10 % au capital des start-up qu’elle incube, et non uniquement en échange de valeur.

Rendre une technologie ingérable par un grand groupe

Pourquoi tout miser sur les start-up ? « C’est le meilleur moyen d’encapsuler un technologie, pour la rendre ingérable par un grand groupe », explique Gilles Talbotier, président de la SATT. En clair, pour éviter de voir un brevet enterré par une entreprise ou voir les délais de son exploitation ou de s’allonger à l’infini, la seule solution consiste à en confier une licence exclusive à une start-up, si possible créée spécialement pour développer l’innovation. Ensuite, « environ un tiers des start-up pourront être vendues dans les 2 à 3 ans, un tiers resteront invendables, et un tiers devront se développer industriellement avant de s’adosser à un grand groupe ou d’aller sur le marché », estime le président de Linksium. Et il parle d’expérience. Gilles Talbotier a passé 15 ans dans l’incubateur grenoblois Grain et a vu plus de 200 start-up s’y épanouir.

12 start-up créées en 2 ans

D’ailleurs, Linksium est aussi la seule SATT à jouer aussi le rôle d’incubateur. Et en deux ans, ce sont déjà 12 jeunes pousses qui sont issues de l’entreprise de valorisation, sur un total de 93 projets suivis, dont 53 en maturation et 40 en incubation. Pour les premiers, en moyenne, la SATT investit 180000 euros et pour les seconds 120 000, précise Gilles Talbotier. Soit, à date, plus de 14 millions d’euros engagés sur l’enveloppe de 57 millions d’euros sur 10 ans accordée à la SATT via le Programme des investissements d’avenir. Et avec son modèle ciblé sur la création de start-up, malgré une équipe relative lourde de 27 personnes, Gilles Talbotier pense que la rentabilité de la SATT à dix ans est possible. Rendez-vous dans huit ans.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS