Pourquoi la France ne sera pas championne du monde de rugby

Le XV de France a débuté samedi 21 septembre, à Tokyo, la Coupe du monde de rugby en battant les Pumas d’Argentine. Pour la première fois depuis 1987 et le premier rendez-vous planétaire de l’Ovalie, les Bleus ne font peur à personne, ou presque.
Partager
Pourquoi la France ne sera pas championne du monde de rugby
Le Japon organise seul la neuvième Coupe du monde de rugby

Et si deux mois de préparation intense produisaient un miracle ? Et si les Bleus rééditaient les exploits de 1987, 1999 et 2011, années de… trois finales perdues ? Et si… Alors que vient d'être donné le coup d’envoi de la Coupe du monde de rugby, qui se déroule du 20 septembre au 2 novembre au Japon, les supporters du XV de France tentent de dissimuler leurs illusions perdues.

Tombés au septième rang mondial - selon World Rugby, l’instance qui régit ce sport au niveau international -, les Bleus ne figurent pas parmi les favoris. Pire, d’aucuns doutaient qu’ils parviennent en quart de finale en obtenant l’une des deux places qualificatives de leur groupe qui comprend l’Angleterre, l’Argentine, les Etats-Unis et Tonga. Les Bleus, en battant les Pumas argentins, samedi 21 septembre, à Tokyo, lors de leur premier match, ont franchi un grand pas vers la qualification.

La coupe des grandes nations

Depuis la première édition de la Coupe du monde de rugby, en 1987, la planète ovalie n’est plus tout à fait la même. Certes, les grandes nations du Sud se sont partagées presque tous les titres : la Nouvelle-Zélande en 1987, 2011 et 2015, l’Australie en 1991 et 1999, l’Afrique du Sud en 1995 et 2007. Seule l’Angleterre, parmi les nations du Nord, est parvenue à gagner en 2003 le trophée Webb Ellis, du nom de l’inventeur présumé de ce sport.

Il y a de fortes chances pour que l’équipe gagnante de cette neuvième édition soit l’une d’elles, à moins que l’Irlande, le Pays de Galles ou la France ne parvienne à briser leur hégémonie. Le plus grand changement depuis la première édition disputée en Australie et en Nouvelle-Zélande, ce fut bien sûr le passage au professionnalisme, en 1995. Pour ne pas avoir su en tirer toutes les conclusions, la France n’a cessé depuis de céder du terrain sur les grandes nations du rugby.

A l’heure d’affronter les Pumas, samedi au Tokyo Stadium, les Bleus n'arboraient pas leur habituel maillot au sponsor pas comme les autres, Altrad, le nom du groupe industriel fondé par Mohed Altrad (3,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 42 000 salariés), président du club de Montpellier et… candidat depuis peu à l'élection municipale de la ville. La Coupe du monde, business juteux, possède ses propres sponsors.

La France fut la dernière des grandes nations du rugby à monnayer sa tunique, non sans s’épargner un possible conflit d’intérêt entre le président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte, et son sponsor. Un Mohed Altrad qui a récemment déclaré qu’il ne croyait pas… au sacre du XV de France, déplorant les relations conflictuelles entre la Ligue nationale de rugby, en charge de l’organisation du rugby professionnel en France, et la Fédération, qui gère les équipes de France, une "guerre fratricide" qui "a fait beaucoup de mal au rugby français".

Des handicaps insurmontables

Mohed Altrad n’a fait que traduire haut et fort ce que les observateurs avisés de ce sport ne cessent de répéter depuis une quinzaine d’années. Les meilleurs joueurs français jouent trop, s’épuisant dix mois durant à disputer des compétitions exigeantes, le rugueux Top14 et la Coupe d’Europe avec leurs clubs, le Tournoi des VI Nations et les rencontres internationales avec l’équipe de France.

Si l’on ajoute la priorité trop souvent donnée par la plupart des clubs de l’élite au recrutement de joueurs étrangers, l’absence de référentiels de jeu communs, depuis les écoles de rugby jusqu’aux équipes nationales, et la propension à réaliser des exploits sans lendemain, les handicaps des Tricolores deviennent insurmontables. L’Irlande, à la rue il y a vingt ans, est aujourd’hui l'une des meilleures équipes du monde, ayant su structurer son championnat domestique pour le mettre au service de son équipe nationale.

Un exploit est toujours possible. D’autant qu’après une série de résultats calamiteux, la Fédération française de rugby s’est résolue à adjoindre un renfort de poids au sélectionneur national, Jacques Brunel. Et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Fabien Galthié, le seul joueur français à avoir disputé quatre Coupes du monde, élu meilleur joueur du monde en 2002, champion de France en tant que joueur et comme entraîneur.

Renvoyé de son poste d’entraîneur de Montpellier, qu’il avait pourtant conduit en finale du championnat de France dès sa première saison au club, par un certain Mohed Altrad, l’ancien demi de mêlée semble avoir su trouver les mots pour redonner confiance à des Bleus qui ne font plus peur à personne ou presque. Galthié ne fait pas l’unanimité, mais ce sera lui qui succédera à Brunel après la Coupe du monde. Les joueurs vont devoir s’y faire !

La France, qui a réalisé quelques-uns des plus beaux exploits des huit premières éditions de la Coupe du monde, ne sera sans doute pas championne du monde cette année. Si elle vend chèrement sa peau et perd contre plus fort qu’elle, il lui sera beaucoup pardonné.

Si d’aventure le pronostic de l’auteur de ces lignes devait être démenti, celui-ci s’engage à aller fleurir la tombe de William Webb Ellis, enterré dans le magnifique cimetière de Menton (Alpes-Maritimes), en surplomb de la Méditerranée. Paix à son âme !

0 Commentaire

Pourquoi la France ne sera pas championne du monde de rugby

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Sport et loisirs

Mur d'escalade en cordes

AGENC MAG

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS