Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pourquoi Energy Observer troque ses éoliennes contre une IA

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Testées en mer durant deux ans, les éoliennes verticales et l’aile de traction embarquées sur Energy Observer, le catamaran laboratoire d’une navigation zéro émission, vont céder leur place à deux ailes pilotées par une Intelligence artificielle.

Pourquoi Energy Observer troque ses éoliennes contre une IA
L'Energy Observer avec ses nouvelles ailes Oceanwings rotatives autoportées et 100% automatisées (simulation).
© Energy Observer

Ne pas valider des technologies lorsqu’elles ne sont pas adaptées à un usage, cela sert aussi à ça un bateau laboratoire. Et c’est exactement ce qui vient de se passer à bord de l’Energy Observer, le catamaran démonstrateur d’une navigation 100% zéro carbone. Après un tour de France en 2017, un tour de Méditerranée en 2018 et 10 326 miles nautiques parcourus (près de 20 000 km), le capitaine Victorien Erussard et son équipe ont décidé d’écarter deux des technologies d’autonomie énergétique qui avaient été embarquées sur leur catamaran à hydrogène.  

La première, le kite de traction piloté électroniquement, "n’est pas adapté à ce type de bateau, l’installation à l’avant peut être dangereuse, mais la technologie est prometteuse pour d’autres types de navires et va continuer à être testée", explique Victorien Erussard.

Deux technologies inadaptées à remplacer

La seconde technologie qui va être débarquée du bateau était pourtant un marqueur visuel fort de ce catamaran blanc et bleu navigant à 100% aux énergies renouvelables et à l’hydrogène vert produit à bord : les deux éoliennes à axe vertical. Malgré leur design élégant et "leur fonctionnement silencieux, le bilan n’est pas bon pour un usage dynamique, Il y a trop de traîne", analyse le capitaine de l’Energy Observer.

Résultats, en Méditerranée, le bateau a fonctionné à 40% grâce à ses 140 mètres carrés de panneaux photovoltaïques, et à 60% à l’hydrogène produit à bord à partir d’eau de mer lors des escales grâce à l’électricité stockée dans des batteries. Mais lors du retour vers Saint-Malo, en octobre dernier, l’énergie solaire a montré ses limites et réduit ses performances de moitié.

Pour la prochaine saison de navigation, qui doit emmener l’Energy Observer en Europe du Nord, il fallait donc trouver une solution. La surface de panneaux photovoltaïques sera encore augmentée et un moyen de stockage thermique par récupération de la chaleur sera installé sur la chaîne hydrogène afin de disposer d’eau chaude et de chaleur en continu et pas uniquement lorsque la pile à combustible fonctionne.

Des ailes non rigides automatisées ultra innovantes

Restait à optimiser la propulsion et l’autonomie du bateau. Pour cela, les éoliennes et le kite vont être remplacés par deux ailes Oceanwings, rotatives, autoportées et 100% automatisées grâce à une intelligence artificielle réagissant à la force et la direction du vent. Une IA skipper, en quelque sorte. Inspirées des ailes rigides des bateaux de l’America's Cup, ces ailes de 12 mètres de hauteur, aussi appelées propulseurs éoliens intelligents, seront installées sur chacun des flotteurs. Elles comportent deux volets de toiles de 31,5 m2, affalables et arrisables, comme une voile.

Conçues et développées par Marc Van Peteghem, architecte naval et co-fondateur du cabinet VPLP design avec la CNIM, elles n’ont pour l’instant été testées que dans un format de 8 mètres. Elles doivent augmenter la vitesse du bateau de 33 % et réduire ses dépenses énergétiques jusqu’à 48%. Elles devraient surtout lui permettre de produire de l’hydrogène en mer, et non plus seulement lors des escales.

"L’idée est de préparer en 2019 les voyages transatlantique et transpacifique qu’il nous faudra réaliser en 2020", explique le capitaine du bateau qui doit réaliser son tour du monde en six ans. Les ailes, fabriquées à Toulon, seront installées sur le bateau à Saint-Malo fin février. L’Energy Observer reprendra ensuite la mer en mars vers Anvers, sa première escale.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/12/2018 - 10h12 -

Verra t 'on bientôt des portes containers à voile, ou du moins tractés à la force du vent ? Serge Rochain
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle