Pour son ordinateur quantique, Quandela mise sur les photons uniques

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour son ordinateur quantique, Quandela mise sur les photons uniques

La start-up francilienne Quandela avance méthodiquement sur la piste de l’ordinateur quantique photonique. Fondée en 2017, elle a passé un cap mi-2020 avec Prometheus, un émetteur de photons uniques clés en main. « Nous devrions en vendre entre 5 et 10 en 2021 pour près de 1 million d’euros de chiffre d’affaires », estime Valérian Giesz, son PDG et cofondateur. L’importance de Prometheus va cependant bien au-delà de ce marché. « Ce qui limite la possibilité de réaliser du calcul quantique avec un dispositif photonique, ce sont les pertes optiques – c’est-à-dire les photons perdus –, qui ont lieu principalement au niveau de l’émetteur. Or notre technologie d’émission de photons uniques est très efficace. C’est notre force, ce qui fonde nos ambitions dans le calcul », résume le PDG.

Utilisant des « quantum dots », ou boîtes quantiques, nanostructures de semiconducteurs aux propriétés intermédiaires entre l’atome et le matériau massif, la technologie de Quandela atteint aujourd’hui près de 35 % d’efficacité. « Nous sommes partis de moins de 10 % et nous travaillons à aller au-delà de 65 %. Scientifiquement, rien ne nous empêche d’y arriver. » Ce seuil de 65 % n’est pas anodin. « À partir de 2 photons sur 3 bien transmis, on sait que l’on peut commencer à implémenter des codes de correction d’erreurs cruciaux pour les calculs. »

Après une levée de fonds de 1,5 million d’euros en 2020, Quandela compte lever 25 à 30 millions d’euros en 2021, et encore autant pour parvenir à l’horizon de cinq à six ans à un véritable calculateur optique, reconfigurable (donc polyvalent) et intégrant la correction d’erreurs. En attendant, fidèle à sa stratégie de briques technologiques modulaires, la start-up veut réaliser en 2021 un générateur de nombre aléatoires fondé sur l’intrication de plusieurs photons et, en 2022, une puce photonique capable de faire tourner certains algorithmes quantiques variationnels. Et qui sera candidat au Grand Défi Nisq prévu par le plan quantique français.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS