Technos et Innovations

"Pour les applications critiques, l'Europe a les moyens d'imposer ses conditions aux Gafam", selon Thierry Breton

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton détaille la stratégie de Bruxelles sur les données industrielles et décrypte ses enjeux de souveraineté.

Pour les applications critiques, l'Europe a les moyens d'imposer ses conditions aux Gafam, selon Thierry Breton
Pour Thierry Breton, l'Europe a une carte à jour dans l'hébergement et l'exploitation des données industrielles.

L'Usine Nouvelle. - Outils collaboratifs, cloud, intelligence artificielle... La crise sanitaire du Covid-19 révèle un usage massif des technologies des Gafam. Montre-t-elle une dépendance technologique à sens unique ?

Thierry Breton. - La crise du coronavirus est mondiale, puisqu’elle touche hélas tous les continents. Et que tous, peu ou prou, en subiront les conséquences. Cette guerre, comme l’a qualifiée à juste titre le président de la République, ne saurait être gagnée que grâce à une solidarité tout entière à l’échelle de la planète. S’en donner les moyens demande d’apprendre de ce qui se passe chez les uns et les autres, et de tirer une information de l’évolution de la pandémie.

La mobilisation, j’en suis le témoin, s’exerce au niveau mondial. J’échange avec des acteurs de tous les continents, y compris américain, pour voir comment les Français, les Italiens, les Allemands et d’autres peuvent apporter leur contribution. En Europe, nous savons développer des algorithmes permettant de prédire l’évolution de la pandémie, et de tester virtuellement des protocoles de protéines pouvant interagir avec le génome du virus afin d’accélérer la mise au point d’un vaccin. La Commission européenne a fourni aux experts d’immenses puissances de calcul. Chacun apporte sa contribution. Et si certains continents ont pu laisser entendre que l’épisode dramatique ne les touchait pas, tous, dorénavant, savent que nous sommes globalement concernés.

La Commission européenne vient de présenter sa stratégie sur les données industrielles. Est-ce le bon tempo ?

Les données personnelles ont permis la création et le développement des grandes plates-formes du numérique que nous connaissons sous les acronymes de Gafam [Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, ndlr] et BATX [Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi]. Elles se sont développées là où le champ d’exploitation était le plus important, là où existait un marché unifié : aux États-Unis et en Chine.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte