Economie

Pour Le Floch-Prigent, l’industrie, c’était mieux avant

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

La prison interdit-elle à jamais d’intervenir dans le débat public ? Non. On serait même tenté de penser que les vicissitudes de la vie laissent du temps pour prendre du recul. C’est pourquoi, on ne niera pas à Loïk Le Floch-Prigent, qui a dirigé plusieurs grandes entreprises industrielles (la SNCF, Rhône-Poulenc, Elf Aquitaine), le droit de nous livrer ses réflexions. Son dernier livre, « La bataille de l’industrie » (éd. Jacques-Marie Laffont), se limite cependant à une longue complainte sur la perte de nos fleurons, l’État délétère, la dissolution malheureuse des conglomérats, la défiance des Français vis-à-vis de leurs patrons. Bref, il donne peu d’espoir et apporte encore moins de solutions. Seules petites notes d’optimisme : les propos[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte