Pour l’Insee, la reprise française est enclenchée

L'investissement des entreprises et la consommation des ménages devraient tirer la croissance en 2016.

Partager

Cette fois-ci, c’est la bonne. Les économistes de l’Insee espèrent désormais que "le dynamisme de la reprise est enclenchée" en France. La croissance devrait atteindre +0,4 % au premier et deuxième trimestre 2016. Contrairement aux années précédentes, la France n’est plus à la traîne de ses voisins de la zone euro. L’activité devrait progresser plus ou moins au même rythme qu’en Allemagne et qu’en Italie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Après une hausse du PIB de 1,1 % en 2015, l’Insee anticipe une légère accélération de la reprise. Toutes les inquiétudes ne sont pas dissipées. L’Insee a été obligé de réviser à la baisse ses prévisions pour le dernier trimestre 2015, ramenées à +0,2 %; après les attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre.

Les statisticiens estiment que les attaques terroristes ont amputé de près de 0,1 point la croissance, en pesant sur la consommation et en particulier le secteur de l’hôtellerie-restauration. La relative chaleur des derniers mois a aussi réduit les dépenses de chauffage des ménages.

Mais " les déterminants de fonds restent solides. Ce fléchissement devrait être uniquement temporaire", estime Vladimir Passeron, le chef du département conjoncture de l’Insee. De fait, la consommation qui reste le principal moteur de l’économie française devrait continuer à tirer l’activité jusqu’à l’été 2016.

L’autre moteur solide est à chercher du côté de l’investissement. En recul depuis deux ans, les dépenses d’investissement des ménages, principalement en logement devrait seulement se stabiliser en début d’année. En revanche, les entreprises mettent les bouchées doubles. Depuis le début de l’année, l’investissement des entreprises a déjà nettement progressé de 2 % sur 2015. La tendance devrait encore s’accélerer début 2016, avec une hausse de 0,9 % puis 0,8 % sur les deux premiers trimestres.

Dans les enquêtes, "les perspectives d’investissement sont désormais supérieures à leur moyenne de longue période", estime Dorian Roucher, le chef de la division synthèse conjoncturelle de l’Insee.

Climat des affaires au dessus de la moyenne

Tous les signaux sont repassés au vert pour inciter les chefs d’entreprises à sortir leurs projets des tiroirs. Le moral est revenu. Dans l’industrie, le climat des affaires est revenu depuis avril au-dessus de sa moyenne de longue période. En décembre, il a progressé à nouveau. De fait, les perspectives de demande sont bien orientées pour les prochains mois. Surtout les marges des entreprises se sont fortement redressées en 2015.

Du fait de la mise en œuvre progressive du pacte de responsabilité et de la baisse du pétrole, elles devraient atteindre 31,8 % à mi-2016, ce qui constituerait leur plus haut niveau depuis le début de la crise financière fin 2008. En conséquence, les entreprises ont retrouvé une capacité d’autofinancement inégalée depuis huit ans. S’y ajoute aussi pour l’Insee l’effet de la mesure de suramortissement décidée par le gouvernement.

L’investissement des entreprises profite aussi de l’assouplissement des conditions de crédit. Selon l’Insee, la politique monétaire très accommodante de la BCE aurait représenté un surplus de 0,2 points de croissance française. La baisse de l’euro par rapport au dollar aurait eu un effet similaire en dopant les exportations.

Le redémarrage de l’activité devrait être suffisant pour entrainer la reprise de l’emploi. Les créations d’emplois dans le secteur marchand devraient atteindre 35 000 au premier semestre 2016, après 24 000 au deuxième semestre 2015.

Solène Davesne

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS