Pour faire décoller ses Flybus, la start-up française SeaBubbles s'entoure d'investisseurs étrangers

SeaBubbles, la start-up française de taxis volants, passe aux mains d'investisseurs étrangers. Des Suisses, Suédois et Américains seront désormais actionnaires majoritaires au sein de l'entreprise. Mais l'entreprise reste - pour l'instant - basée en France.

Partager
Pour faire décoller ses Flybus, la start-up française SeaBubbles s'entoure d'investisseurs étrangers
Après les taxis volants Sea Bubbles, la start-up française veut passer à la vitesse supérieure avec des Fly Bus.

Les co-fondateurs de la start-up française de bateaux-taxis volants SeaBubbles vont céder leurs parts à des investisseurs étrangers. "Une des plus grandes banques de conseil suisse à Genève", des investisseurs suédois et américains possèderont 66 % de l’entreprise, confirme à L’Usine Nouvelle Alain Thébault, un des fondateurs avec Anders Bringdal. La MAIF et le fonds Partech subsistent au capital, tandis que Alain Thébault et Anders Bringdal se maintiennent à la barre de la start-up d'une petite vingtaine d'employés. La société reste installée en France, ont-ils précisé.

Ces investissements vont permettre de développer le second projet de SeaBubbles : le Flybus, le bus-volant aux plus grandes capacités. "Je me suis toujours dis que dès que SeaBubbles sera lancé, nous ferons plus grand", détaille Alain Thébault, avant d’ajouter, que le premier Flybus devrait voir le jour avant l’été. Le bateau devrait atteindre les 35 noeuds.

"Pas assez fluide en France"

Pour le cofondateur, les fonds étrangers étaient nécessaires pour développer l’entreprise et les ventes. Il regrette que la France soit un pays à l’administration compliquée, "ce n’est pas assez fluide en France", ajoute-il. "A l’opposé, à Dubaï, la RTA (Roads and Transport Authority), nous a dit "il n’y a pas de règle".

La bulle de SeaBubbles est aussi grande qu’une voiture familiale, avec cinq places à l’intérieur. Son système électrique de conduite de 20 kilowatt alimente deux hélices sous la surface. Lorsque la vitesse atteint les 13 km/h, les foils soulèvent le tout 40 centimètres hors de l’eau, pour atteindre une vitesse maximale de 28 km/h. Le produit final devrait être plus rapide, avoir une meilleure autonomie et se charger en 35 minutes.

Pour l’instant quatre commandes de bateaux-taxis ont été réalisées par les Etats-Unis et 10 commandes par la France. La production est lancée et le premier bateau devrait sortir autour de juillet. "Ensuite, nous visons un rythme de production d’un bateau par semaine", précise Anders Bringdal.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Lille

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Mitry-Mory

Fourniture de colis de Noël pour personnes âgées

DATE DE REPONSE 09/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS