Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Porté par de bons résultats financiers, Renault va créer mille emplois en 2015

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le groupe automobile a vu sa marge opérationnelle comme son résultat net progresser en 2014. Ajoutés à une hausse des ventes, ces bons résultats financiers amènent Renault à embaucher 1000 salariés en CDI cette année, soit un an avant le calendrier fixé par l’accord de compétitivité de 2013.

Porté par de bons résultats financiers, Renault va créer mille emplois en 2015 © Renault France

"Je ne veux plus entendre personne dire qu’il n’y a pas d’argent !" Cette remarque véhémente lancée par un membre du comité exécutif du groupe Renault, en marge de la présentation des résultats financiers le 12 février, en dit long sur l’atmosphère qui règne à Boulogne-Billancourt. Renault va mieux, aussi bien commercialement que financièrement. La preuve : avec un an d’avance sur le calendrier de l’accord de compétitivité, le groupe embauchera 1000 salariés cette année (voir encadré ci-dessous). Zoom sur quatre chiffres qui illustrent cette santé retrouvée.

1,105 milliard d’euros

C’est le résultat d’exploitation en 2014, à comparer à une perte de 34 millions d’euros l’année précédente. "L’augmentation de la marge opérationnelle, mais aussi la baisse d’autres charges comme les provisions pour risques sur l’Iran et l’accord de compétitivité, expliquent cette hausse", a souligné le directeur financier Dominique Thormann.

858 millions d’euros

C’est la marge opérationnelle de la division automobile en 2014. Elle a presque doublé depuis 2013. "La mise en place des accords de compétitivité en France et en Espagne et leur efficacité plus rapide que prévue a contribué à son amélioration", s’est félicité Carlos Ghosn. Le PDG du groupe a appelé de ses vœux un renouvellement de l’accord de compétitivité en France en 2016. Renault estime avoir économisé 700 millions d’euros depuis 2013 grâce à cet accord. En interne, on explique qu’il a surtout évité de fermer deux usines dans l’Hexagone.

1,25 milliard d’euros

C’est le résultat de la vente d’organes (moteurs, boîtes, embrayages…) mais aussi de la fabrication de véhicules pour les partenaires de Renault. Le français produit déjà le Rogue pour Nissan en Corée, produira la Micra à Flins (Yvelines) dès l’année prochaine, ou fournit près de 400 000 moteurs diesel à Nissan. Renault augmente ainsi la flexibilité et donc la rentabilité de ses sites industriels. "Ces ventes ont doublé depuis 2013 et elles augmenteront encore fortement cette année", a assuré Carlos Ghosn.

2,712 millions

C’est le nombre de véhicules vendus par Renault l’année dernière, soit 3,2% de plus qu’en 2013. Malgré les difficultés du Brésil et de la Russie, le français bénéficie de son implantation mondiale, compensant la baisse sur ses second et troisième marchés par la reprise en Europe et sa gamme low-cost Entry. Carlos Ghosn a aussi souligné l’accent mis sur la Chine, où il espère vendre à terme 600 000 véhicules par an (contre 30 000 aujourd’hui).

La principale difficulté reste le marché automobile russe qui doit, selon les prévisions de Renault, baisser de 30%. Le constructeur a d’ailleurs décidé, face à l’évolution du marché, de fermer pendant trois semaines son usine de Moscou. La consolidation du constructeur russe Avtovaz dans les comptes du français ne doit intervenir qu’en 2016. Renault n’a donné aucune indication sur d’éventuelles provisions à venir. "A long terme, la Russie doit être un pilier du groupe" a soutenu Carlos Ghosn.

Pauline Ducamp

Mille embauches en 2015 chez Renault en France

Lors de la signature de l’accord de compétitivité en mars 2013, la direction de Renault s’était engagée à embaucher en CDI 750 salariés trois ans plus tard. Finalement ce seront 1000 embauches qui interviendront dès cette année. "Cet accord a amené un nouvel état d’esprit, où tous ensemble, nous nous préoccupons de l’avenir de l’entreprise, a souligné le 12 février Carlos Ghosn. Ainsi, nous avons pu assurer à notre personnel qu’il n’y aurait pas de fermeture de sites en Europe". Dans les usines, les embauches devraient surtout se faire sur des postes de techniciens et d’ingénieurs de production. Les fonctions support à la production devraient aussi voir de nouvelles embauches. "C’est une bonne nouvelle, car dans certains métiers, on commençait à manquer de bras, explique un représentant syndical. Comme souvent dans ce type de dispositif, des salariés dont les compétences étaient nécessaires à l’entreprise ont aussi choisi de partir". Carlos Ghosn a par ailleurs confirmé le recrutement de 1000 jeunes en apprentissage cette année.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle