Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Polytechnique et les grandes écoles de Saclay se rassemblent sans fusionner

, ,

Publié le

Fruit du regroupement de cinq écoles d’ingénieurs de Saclay dont Polytechnique, NewUni prendra un nouveau nom début 2019 et sera doté de statuts et d’une gouvernance pour la mi-2019. Les laboratoires et la politique de recherche seront portés par la nouvelle entité ainsi que les premiers cycles, les masters et les doctorats. Objectif 2022 : créer une école de 10 000 étudiants de rang international. Et émerger dans les classements internationaux.

Polytechnique et les grandes écoles de Saclay se rassemblent sans fusionner
Eric Labaye, nouveau président de polytechnique est aussi celui du directoire de pilotage de NewUni
© Ecole polytechnique

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le regroupement de cinq grandes écoles du quartier de l’Ecole polytechnique sur le Campus Paris-Saclay, sous le nom provisoire de NewUni, prend forme. Une convention de coopération a été signée ce 4 octobre entre les cinq écoles parties prenantes, Polytechnique, l’Ensta ParisTech, l’Ensae, Telecom ParisTech et Telecom Paris Sud, afin de lancer concrètement le projet. Dès le début de l’année 2019, une nouvelle marque va être dévoilée pour chapeauter cette institution que ses géniteurs veulent "de rang mondial". "Il s’agira d’une marque reconnaissable immédiatement à l’international, pas forcément à connotation anglo-saxonne, mais compréhensible pour des étrangers", explique Eric Labaye, le nouveau président de Polytechnique qui a pris ses fonctions le 17 septembre dernier. Le projet NewUni avait fait l’objet d’une mission préalable menée par Jean-Lou Chameau entre fin 2017 et juin 2018, qui préconisait notamment le nom de "Institut Polytechnique de France". "Tout est ouvert. On verra, mais ce qui est sûr c’est que nous voulons diplômer des premiers cycles, des Masters et des doctorants avec cette marque", ajoute Elisabeth Crépon, directrice de l’Ensta ParisTech et nouvelle présidente de la CTI depuis juillet. L’un des objectifs à terme est de candidater aux grands classements internationaux (THE, QS) sous le nouveau nom, en lieu et place des anciennes dénominations. Les directeurs d’écoles se refusent toutefois à parler de "fusion".

Une marque ombrelle pour 5 institutions

Il s’agit quand même d’une petite révolution pour ces cinq écoles dont certaines, comme Polytechnique, ont plus de deux siècles d’histoire. "Nos marques respectives ne vont cependant pas disparaître mais tous les nouveaux développements se feront sous le chapeau de la nouvelle marque", ajoute Eric Labaye. Le statut du futur établissement, probablement un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), sera fixé par décret d’ici au printemps 2019. La gouvernance est également dessinée : c’est Eric Labaye, en tant que patron de Polytechnique, qui préside le directoire de pilotage créé avec les quatre autres directeurs d’écoles pour mener les travaux pratiques. Les objectifs chiffrés restent à peu près les mêmes que dans la mission Chameau : porter le nombre d’étudiants du nouveau groupe à 10 000 contre un peu plus de 7 300 actuellement, et doubler le nombre de doctorants à environ 2 000. L’un des chantiers pour les mois à venir sera de mettre en commun des domaines entiers comme le recrutement des enseignants-chercheurs, les laboratoires et la politique de recherche, certains pans des différentes formations (le développement des Bachelors par exemple).

Création de quatre Facultés de recherche

Les promoteurs de ce projet veulent lancer des réalisations concrètes communes dès 2019. Par exemple, quatre Facultés de recherche vont être créées pour couvrir des thématiques comme les sciences mathématiques, les sciences des données, les sciences sociales et humaines et naturellement, l’ingénierie. Autre exemple, NewUni a candidaté (avec l’Université Paris-Saclay) pour obtenir le label Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA). Dans le domaine de l’entrepreneuriat, considéré comme prioritaire par NewUni, la coopération entre les incubateurs des écoles sera renforcée. "Nous voulons changer d’échelle en matière de soutien à l’innovation et aux start-ups, ce qui pourrait passer par des prises de participation au capital", explique Yves Poilane, directeur de Telecom ParisTech. Concernant l’alliance annoncée avec HEC, elle se fera au travers d’un "accord cadre en cours d’élaboration via un groupe de travail", indique Eric Labaye.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

08/10/2018 - 13h17 -

L'X et consoeurs font du marketing ... En route pour une nouvelle "Etrange Défaite"
Répondre au commentaire
Nom profil

05/10/2018 - 08h34 -

BONJOUR, VOUS NE DITES PAS POURQUOI "CENTRALE SUPELEC" N'EST PAS PARTIE PRENANTE DE CET ENSEMBLE. EN AVEZ-VOUS IDEE ? MERCI
Répondre au commentaire
Nom profil

05/10/2018 - 22h54 -

Bonjour, CentraleSupelec n'en fait pas partie car elle fait partie du projet Paris-Saclay (avec notamment Paris Sud, l'institut d'optique, AgroParis, ENS, etc...), qui est un projet donc l'x faisait partie au départ, mais a décidé de quitter, principalement pour des raisons de jeux de pouvoir et d'ego. Il faut savoir que le projet Paris-Saclay à environ 3 ans d'avance sur New Uni, et devrait apparaître dans les classements l'année prochaine.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle