Polytechnique et les grandes écoles de Saclay se rassemblent sans fusionner

Fruit du regroupement de cinq écoles d’ingénieurs de Saclay dont Polytechnique, NewUni prendra un nouveau nom début 2019 et sera doté de statuts et d’une gouvernance pour la mi-2019. Les laboratoires et la politique de recherche seront portés par la nouvelle entité ainsi que les premiers cycles, les masters et les doctorats. Objectif 2022 : créer une école de 10 000 étudiants de rang international. Et émerger dans les classements internationaux.

Partager
Polytechnique et les grandes écoles de Saclay se rassemblent sans fusionner
Eric Labaye, nouveau président de polytechnique est aussi celui du directoire de pilotage de NewUni

Le regroupement de cinq grandes écoles du quartier de l’Ecole polytechnique sur le Campus Paris-Saclay, sous le nom provisoire de NewUni, prend forme. Une convention de coopération a été signée ce 4 octobre entre les cinq écoles parties prenantes, Polytechnique, l’Ensta ParisTech, l’Ensae, Telecom ParisTech et Telecom Paris Sud, afin de lancer concrètement le projet. Dès le début de l’année 2019, une nouvelle marque va être dévoilée pour chapeauter cette institution que ses géniteurs veulent "de rang mondial". "Il s’agira d’une marque reconnaissable immédiatement à l’international, pas forcément à connotation anglo-saxonne, mais compréhensible pour des étrangers", explique Eric Labaye, le nouveau président de Polytechnique qui a pris ses fonctions le 17 septembre dernier. Le projet NewUni avait fait l’objet d’une mission préalable menée par Jean-Lou Chameau entre fin 2017 et juin 2018, qui préconisait notamment le nom de "Institut Polytechnique de France". "Tout est ouvert. On verra, mais ce qui est sûr c’est que nous voulons diplômer des premiers cycles, des Masters et des doctorants avec cette marque", ajoute Elisabeth Crépon, directrice de l’Ensta ParisTech et nouvelle présidente de la CTI depuis juillet. L’un des objectifs à terme est de candidater aux grands classements internationaux (THE, QS) sous le nouveau nom, en lieu et place des anciennes dénominations. Les directeurs d’écoles se refusent toutefois à parler de "fusion".

Une marque ombrelle pour 5 institutions

Il s’agit quand même d’une petite révolution pour ces cinq écoles dont certaines, comme Polytechnique, ont plus de deux siècles d’histoire. "Nos marques respectives ne vont cependant pas disparaître mais tous les nouveaux développements se feront sous le chapeau de la nouvelle marque", ajoute Eric Labaye. Le statut du futur établissement, probablement un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), sera fixé par décret d’ici au printemps 2019. La gouvernance est également dessinée : c’est Eric Labaye, en tant que patron de Polytechnique, qui préside le directoire de pilotage créé avec les quatre autres directeurs d’écoles pour mener les travaux pratiques. Les objectifs chiffrés restent à peu près les mêmes que dans la mission Chameau : porter le nombre d’étudiants du nouveau groupe à 10 000 contre un peu plus de 7 300 actuellement, et doubler le nombre de doctorants à environ 2 000. L’un des chantiers pour les mois à venir sera de mettre en commun des domaines entiers comme le recrutement des enseignants-chercheurs, les laboratoires et la politique de recherche, certains pans des différentes formations (le développement des Bachelors par exemple).

Création de quatre Facultés de recherche

Les promoteurs de ce projet veulent lancer des réalisations concrètes communes dès 2019. Par exemple, quatre Facultés de recherche vont être créées pour couvrir des thématiques comme les sciences mathématiques, les sciences des données, les sciences sociales et humaines et naturellement, l’ingénierie. Autre exemple, NewUni a candidaté (avec l’Université Paris-Saclay) pour obtenir le label Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA). Dans le domaine de l’entrepreneuriat, considéré comme prioritaire par NewUni, la coopération entre les incubateurs des écoles sera renforcée. "Nous voulons changer d’échelle en matière de soutien à l’innovation et aux start-ups, ce qui pourrait passer par des prises de participation au capital", explique Yves Poilane, directeur de Telecom ParisTech. Concernant l’alliance annoncée avec HEC, elle se fera au travers d’un "accord cadre en cours d’élaboration via un groupe de travail", indique Eric Labaye.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

POILANE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS