Plusieurs Etats tentent de bloquer l'autorisation d'impression d'armes en 3D aux Etats-Unis

Les procureurs généraux de huit Etats américains ont annoncé lundi 30 juillet 2018 qu'ils allaient porter plainte contre l'administration Trump pour tenter d'empêcher le téléchargement sur internet des fichiers d'impression de pistolets en 3D.

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Plusieurs Etats tentent de bloquer l'autorisation d'impression d'armes en 3D aux Etats-Unis
Les procureurs généraux de huit Etats américains ont annoncé lundi qu'ils allaient porter plainte contre l'administration Trump pour tenter d'empêcher le téléchargement sur internet des fichiers d'impression de pistolets en 3D. Photo prise le 4 juillet 2018.

A la suite d'un accord conclu en juin entre le gouvernement américain et une organisation pro-armes texane, Defense Distributed, les fichiers d'impression seront normalement téléchargeables à partir du mercredi 1er août aux Etats-Unis. Les Etats qui s'y opposent vont demander à un juge fédéral de délivrer une injonction interdisant la diffusion des fichiers, a annoncé lundi 30 juillet 2018 le procureur général de l'Etat de Washington, Bob Ferguson, pendant une conférence de presse à Seattle. Les sept autres Etats qui se sont associés à cette démarche sont ceux de New York, New Jersey, Pennsylvanie, Connecticut, Oregon, Maryland et le District of Columbia à Washington.

L'autorisation accordée à Defense Distributed de diffuser librement sur internet son schéma de construction d'un pistolet en 3D, par définition intraçable, a provoqué la colère des militants anti-armes alors que se multiplient les fusillades de masse, notamment dans les écoles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le département d'Etat a défendu lundi 30 juillet dans un communiqué l'accord conclu avec Cody Wilson, le dirigeant de Defense Distributed, qui contestait en justice une interdiction de téléchargement émise par l'administration Obama en 2012. Il expliquait que la décision avait été prise dans l'intérêt de la sécurité et de la politique étrangère des Etats-Unis et en concertation avec le département de la Justice.

Une "capitulation" pour les associations anti-armes

Mais le procureur Ferguson a estimé pendant la conférence de presse que la Maison Blanche n'avait fourni à ce jour aucune explication valable à cette décision, présentée comme une "capitulation" par les associations anti-armes. "Notre Congrès a rédigé avec soin des lois pour nous protéger et en un claquement de doigt, sans consulter les experts, cette administration les réduit à néant", a-t-il accusé.

Cette décision apparaît d'autant plus étrange qu'en avril, l'administration Trump s'opposait encore à l'impression des pistolets en 3D en plaidant devant les tribunaux que la diffusion des fichiers téléchargeables permettrait aux groupes extrémistes et criminels à l'étranger de se procurer plus facilement des armes.

Pour le procureur Ferguson, le revirement "arbitraire et capricieux" du gouvernement viole les lois fédérales et contrevient également au droit des Etats fédérés à réguler la possession d'armes à feu.

Tina Bellon,Tangi Salaün pour Reuters

0 Commentaire

Plusieurs Etats tentent de bloquer l'autorisation d'impression d'armes en 3D aux Etats-Unis

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS