Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Philippe Martinez veut mettre la semaine de 32 heures sur la table des négociations

, , , ,

Publié le

Vu sur le web Dans une interview au JDD, le nouveau secrétaire général de la CGT Philipe Martinez explique qu'il souhaite "discuter des 32 heures" lors du rendez-vous social prévu avec le gouvernement. Pour le leader syndical, il s'agirait d'une "vraie réforme allant dans le bon sens pour les salariés". Philippe Martinez est également revenu sur le recul du syndicat dans plusieurs grandes entreprises et sur la montée du FN, qui séduit de plus en plus d'ouvriers et d'employés.

Philippe Martinez veut mettre la semaine de 32 heures sur la table des négociations © CGT - capture vidéo YouTube

Alors que des voix s'expriment régulièrement pour réclamer un assouplissement ou un abandon des 35 heures, le nouveau secrétaire général de la CGT veut aller plus loin dans la réduction du temps de travail. Dans un entretien accordé au JDD et publié ce dimanche 22 mars, Philippe Martinez explique la volonté du syndicat de "discuter des 32 heures" lors du rendez-vous social prévu avec le gouvernement en avril.

Alors que le chômage reste élevé en France, le leader syndical se montre ainsi partisan de la ligne du travailler moins pour travailler tous. Il évoque "une vraie réforme allant dans le bon sens pour les salariés" et tacle au passage le gouvernement : "Jusqu'ici, je ne perçois pas de différence évidente entre les positions de François Hollande, de Manuel Valls et celles du Medef".

Désamour pour la CGT et montée du FN

Philippe Martinez est également revenu sur le récent recul de la CGT lors des élections professionnelles au sein de plusieurs grandes entreprises comme Orange, Air France, Renault et la SNCF. Il affirme que "les entreprises publiques évoluent dans le mauvais sens" et "copient la gestion du privé", ce qui crée "un choc pour les salariés". "Beaucoup croient qu'il n'est pas possible de faire autrement. Notre discours devient plus difficile à entendre. Nous avons une part de responsabilité", analyse-t-il.

Concernant la montée du Front National, notamment auprès des ouvriers et des employés, Philippe Martinez y voit un signe du "vrai malaise des salariés". Alors que l'extrême droite a notamment fait des travailleurs détachés l'un de ses sujets de campagne pour les élections départementales, le leader CGT prend le contrepied de l'argumentaire du FN : "Il y a potentiellement du travail pour tout le monde en France. Ce que je dis est moderne, mais c'est à contre-courant de ce qu'on entend en général".

Pour les militants CGT qui se présenteraient sous une étiquette FN, Philippe Martinez fait preuve de fermeté. "J'ai constaté deux cas, dans le Loiret et en Savoie. Ils ont été exclus de la CGT. Nous sommes intransigeants. Cette appartenance politique n'est pas compatible avec les valeurs du syndicat", indique-t-il.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

24/03/2015 - 10h53 -

C'est à celui qui fera la plus grosse connerie pour se faire remarquer ! Pourquoi ne pas proposer tout de suite la semaine à .... zéro heure ? On fout tout le monde à la porte, comme ça, plus de charges pour les employeurs. La semaine de 35 heures a été une pure hérésie pour l'emploi et descendre le temps de travail ne permettra pas une relance de l'économie car les salaires ne pourront rester au même niveau qu'aux 35 heures.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/03/2015 - 07h07 -

La réduction du temps correspond aux 10% du chomage, mais il ne faut pas agir sur le temps comme pour les 35 heures, mais sur le cout. Il faut réduire le cout du travail de 10%; cela correspond à réduire les cotisations sociales de 50%. Comment faire? Il y a une solution; cherchez du coté de l'énergie.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2015 - 19h55 -

Il veut proposer qu'on travaille moins qu'un enfant qui va à l'école en fait. J'ai du mal à comprendre le gain escompté.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2015 - 16h44 -

Mais Bien sûr, On croit rêver ou quoi !
Cher Monsieur, vous devriez vous même être exclu de la CGT pour vos propositions indécentes... 32heures ! Dans ce cas, je dis vive le FN et que Marine arrive vite pour virer tous ces fainéants, et paresseux qui veulent travailler toujours moins et gagner toujours plus.
Ce monsieur veut TUER l'industrie française et de fait, que tous les travailleurs français (au delà des appartenances syndicales) n'aient plus de boulot....
Pauvre de vous,n'importe quoi....
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle