Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pherecydes Pharma lève 2,6 millions d'euros pour financer ses essais clinique

Arnaud Dumas , ,

Publié le

Pour financer les essais précliniques et cliniques de ses traitements à base de phagothérapie, Pherecydes Pharma a fait appel à des investisseurs en capital. La biotech espère commencer la commercialisation de son premier traitement rapidement.

Pherecydes Pharma lève 2,6 millions d'euros pour financer ses essais clinique © Fotolia

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le traitement contre les infections bactériennes développé par Pherecydes Pharma fait un pas de plus vers sa mise sur le marché. La biotech créée en 2006 vient de réaliser une deuxième levée de fonds de 2,6 millions d’euros pour financer les essais cliniques de ses produits. L’augmentation de capital a réuni Auriga Partners, via son fonds Auriga 4 spécialisé dans l’infectiologie et la microbiologie, des business angels et le fonds ACE Management, déjà présent au capital.

Pherecydes Pharma a développé un traitement contre les infections à base de phagothérapie, cette technologie faisant appel à des virus bactériophages qui attaquent directement les bactéries. Le principe, connu depuis le début du vingtième siècle, a été supplanté par l’utilisation des antibiotiques chimiques. Le développement des bactéries résistantes aux antibiotiques en relance l’intérêt.

Plusieurs traitements à tester

Pherecydes Pharma en chiffres

Chiffre d’affaires : pas encore
Effectif : 8 personnes
Montant de la levée : 2,6 millions d’euros
Investisseurs : ACE Management, Auriga Partners, business angels
Secteur : biotechnologies

C’est justement la voie qu’ont choisie les dirigeants de Pherecydes Pharma pour développer l’entreprise. Elle travaille notamment sur certaines bactéries présentes chez les grands brûlés et résistantes aux thérapies habituelles. Les essais précliniques de ce traitement ont été réalisés dans le cadre du projet européen Phagoburn. La biotech doit désormais passer à la phase de tests.

"Cette levée de fonds va nous permettre de financer les essais cliniques, explique Jérôme Gabard, le PDG de Pherecydes Pharma. Nous allons les lancer au mois de mai dans trois pays, en France, en Belgique et en Suisse." L’apport en fonds propres va également servir à financer les essais précliniques d’autres produits développés par la biotech, contre les infections respiratoires et contre les staphylocoques.

"Nous souhaitons aussi mettre en place notre propre unité pilote de production, continue le dirigeant. Il est important de maîtriser les process pour pouvoir transférer les 'recettes' de fabrication à notre sous-traitant." Le site devrait voir le jour dans le courant de l’année.

Directement en phase 2

Mais Pherecydes Pharma doit avant tout prouver l’efficacité de son traitement contre les infections sur les patients brûlés, pour valider son modèle. Le chemin pour arriver à l’autorisation de mise sur le marché est toutefois encore long. Elle a réussi à gagner un temps précieux en évitant de passer par les essais cliniques de phase 1. "Nous allons directement entrer en phase 2 du fait du profil d’innocuité du produit, explique Jérôme Gabard. Elle devrait démarrer en mai pour environ 14 mois."

Côté investisseurs, les traitements mis au point par Pherecydes Pharma ont déjà réussi à convaincre. "La phagothérapie nous semble une technologie innovante, estime Emmanuelle Coutanceau, directrice d’investissement chez Auriga Partners. Ce qui était important, était d’arriver à franchir les étapes réglementaires. Pherecydes est l’une des premières sociétés de ce domaine à avoir obtenu les autorisations des autorités européennes pour les essais de phase 2."

Arnaud Dumas

L’argument convaincant

Pherecydes a  déjà franchi plusieurs étapes réglementaires et va entrer en essais cliniques de Phase 2. La biotech espère obtenir l’autorisation de mise sur le marché dès la fin de la phase 2, une procédure accélérée qui peut être accordée à certains traitements.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle