Economie

Pas de bouchons de mauvais goût pour Amorim

, , , ,

Publié le , mis à jour le

Pour le groupe portugais Amorim, premier producteur mondial de bouchons en liège, le goût de bouchon ne doit plus être un risque pour les producteurs de vin haut de gamme.

Pas de bouchons de mauvais goût pour Amorim
Bouchons en liège - Amorim au Portugal
© Didier Ragu

Amorim, premier producteur mondial de bouchons en liège avec 32% de part de marché, défend son métier. Pour lui, cette matière, choisie pour boucher 70% des bouteilles, doit rester la technique de bouchage leader des vins et spiritueux. Pourtant, si le bouchon en liège apparaît comme l’obturateur le plus valorisant, gage de qualité et de bonne conservation, pour le consommateur, il est concurrencé par les capsules en aluminium et les bouchons en plastique, notamment hors d’Europe. Avec souvent, comme argument, le risque de "goût de bouchon", la redoutée contamination par le TCA (2,4,6-trichloro-anisole).

Le groupe de Porto, qui travaille dans la production de bouchons en liège depuis 1870, est conscient qu'une entreprise ne peut maintenir son leadership qu’en innovant. Alors Amorim "investit près de 7,5 millions d’euros en R&D", précise Carlos de Jesus, directeur marketing et communication.

© Didier Ragu

Chasse aux chlorophénols
Amorim travaille depuis des années sur l’herméticité du liège aux liquides, aux gaz et sur son impact sur le développement et le vieillissement du vin, notamment sur les phénomènes d’oxydation. Mais le groupe étudie aussi la composition chimique du liège et a mis en évidence une quarantaine de composés phénoliques, dont une partie facilite la stabilisation de la couleur ou la réduction de son amertume. Il a mis en place une stratégie de lutte contre le TCA, généré par des chlorophénols utilisés dans certains fongicides et qui peuvent se concentrer dans les matériaux poreux comme le liège.

Au niveau préventif, la traçabilité des lots et les conditions de stockage ont été améliorées. Le prélèvement d’écorce près du sol, où les moisissures sont plus nombreuses, est évité. Au niveau curatif, les planches subissent une vaporisation à l’eau chaude dans un système de bouillage. Après traitements des granulés, des rondelles et des bouchons en liège naturel, "le TCA a pu être réduit de 80%", affirme Miguel Cabral, directeur de la R&D, pour arriver à une teneur moyenne inférieure à la limite de quantification de 0,5 nanogramme par litre.

Contrôle qualité systématique
Amorim a également lancé un programme de contrôle qualité unique, visant à passer au crible chaque bouchon sur la ligne de production (technologie NDtech), au lieu de se contenter des contrôles habituels par lots. "Un investissement de 10 millions d’euros sur une période de cinq ans a été consenti pour développer cette technique, en partenariat avec une société britannique spécialisée dans la chromatographie", souligne Miguel Cabral. Une dizaine de machines sont désormais installées chez Amorim, capables pour la première fois de détecter en ligne si la teneur en TCA de chaque bouchon en liège naturel dépasse le niveau de 0,5 ng/l (partie par trillion) et de rejeter les produits non-conformes. "Pour le moment, NDtech est réservé aux bouchons haut de gamme utilisés pour les vins premium", souligne le directeur R&D, mais le fabricant compte bien l’étendre à d’autres qualités.

© Didier Ragu

Le groupe familial, qui réalise plus de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 3500 salariés, tient à garder sa première place. Il est vrai qu’avec une production de 4,5 milliards de bouchons par an sur un marché mondial de 12,5 milliards, il reste serein. Son plus sérieux concurrent, portugais également, "est près de 10 fois plus petit".

Didier Ragu (à Lisbonne et Porto)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte