Paris et Berlin veulent réformer les règles européennes de concurrence

Présentée par les ministres de l’économie Bruno Le Maire et Peter Altmaier, la nouvelle stratégie industrielle commune plaide pour un renforcement des investissements et une meilleure protection des technologies et des entreprises européennes. Une filière franco-allemande des batteries devrait aussi voir le jour.

 

 

Partager
Paris et Berlin veulent réformer les règles européennes de concurrence
Le 19 février, à Berlin, le ministre de l'économie Bruno Le Maire et son homologue allemand Peter Altmaier ont affirmé leur volonté de protéger l'industrie européenne. Photo: Wolfgang Kumm/dpa

Après l’échec de la fusion entre Alstom et Siemens, les ministres de l’économie français et allemand Bruno Le Maire et Peter Altmaier ont présenté ce mardi 19 février une offensive visant à renforcer la compétitivité des entreprises européennes face à la Chine et aux États-Unis. Un soutien qui passe selon eux par une réforme des règles de concurrence européennes, afin de mieux prendre en compte les enjeux actuels. "Comme nous l’avons vu récemment, ces règles sont aujourd’hui inadaptées et dépassées", a martelé Bruno Le Maire, en déplacement à Berlin.

L’objectif sera donc de fixer un certain nombre de critères offrant un droit de recours pour contester des décisions de la Commission européenne, notamment en cas de veto de fusions entre entreprises européennes. "Nous ferons des propositions concrètes dans les prochains mois", a précisé Peter Altmaier. Selon les premières informations, ces critères établis dans des conditions strictes et bien définies pourraient par exemple être liés à la protection ou au développement d’une technologie ou d’un marché-clé ou encore au maintien de l’emploi…

Renforcer les financements de la recherche et l'innovation

Bruno Le Maire a d’ailleurs rappelé que ce droit d’évocation existe déjà à l’échelle nationale dans plusieurs pays et qu’il en a fait usage en 2018 lors de la fusion dans l’agroalimentaire entre William Saurin et Cofigeo "pour sauver des emplois", a-t-il précisé.

Autre axe d’action listé dans le "manifeste franco-allemand pour une politique industrielle européenne adaptée au XXIe siècle" proposé par les deux pays : renforcer les mécanismes de financement des grands projets de recherche et d’innovation, via les PIIEC (projets importants d'intérêt européen commun). Il s’agit "d’un outil utile pour financer des projets innovants de grande envergure, mais sa mise en œuvre est très complexe, souligne le texte. Il peut être opportun de réviser les conditions de mise en œuvre pour faire en sorte que le PIIEC soit plus facilement et plus efficacement mis en œuvre". D'autres idées devraient être explorées, telles que "l'intervention temporaire potentielle d'acteurs publics dans des secteurs spécifiques et à des moments précis pour assurer le développement des entreprises à long terme".

Protéger les champions industriels nationaux

Comme l’a montré la "Stratégie industrielle nationale 2030" présentée par l’Allemagne début février, la France et son voisin allemand semblent donc désormais s’accorder sur la nécessité pour les États de protéger davantage leurs champions industriels, y compris financièrement. Une position nouvelle outre-Rhin, dans un pays qui a longtemps été opposé à tout interventionnisme économique. Mais face à l’appétit chinois pour le "Made in Germany", Peter Altmaier souhaite permettre des prises de participation de l’État dans des sociétés faisant l’objet de tentatives de rachat par des investisseurs non européens, grâce à la création d’un fonds investissement public. Une volonté réaffirmée dans le texte franco-allemand, qui incite les autres États membres à se joindre à ces efforts. « Les intérêts européens sont vulnérables lorsque certains États membres n'agissent pas dans ce domaine », assure le manifeste.

"Après des mois de travail, nous nous sommes mis d’accord sur la définition d’une stratégie industrielle pour l’Europe que nous proposerons à nos partenaires européens", s’est félicité le ministre français. La première illustration concrète de cette volonté franco-allemande portera sur la création d’une filière européenne de batteries, sur le modèle d’Airbus, également ouverte aux autres pays, comme la Pologne, l’Italie ou l’Espagne.

1,7 milliard d'euros sur la table

Conformément à ce qui avait été annoncé en décembre dernier, l’Allemagne a pour cela mis sur la table un milliard d’euros, la France 700 millions d’euros. Les deux pays attendent désormais l’approbation de l’Union européenne, espérée avant le 1er avril, pour nommer les industriels français et allemands de l’extraction, de la chimie et de l’automobile souhaitant participer au projet. Aucun emplacement n’a encore été annoncé pour l’implantation de la première usine.

Tandis que les projets privés se multiplient, à l’image du partenariat entre Varta Microbattery, BASF et la filiale allemande de Ford ou d’un consortium qui pourrait voir le jour en Lusace entre la Pologne et l’Allemagne, cette filière franco-allemande est présentée comme une alternative à plus long terme, dans des technologies de rupture dans les batteries lithium-ion liquide et solide. Par la suite, d’autres domaines pourraient bénéficier du même soutien des gouvernements français et allemand, dans l’intelligence artificielle, le stockage de l’énergie renouvelable et des données numériques.

0 Commentaire

Paris et Berlin veulent réformer les règles européennes de concurrence

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS