Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Oxfam juge les banques françaises trop accros aux énergies fossiles

Arnaud Dumas , , , ,

Publié le

Infographie L’Organisation non gouvernementale Oxfam publie une étude sur les financements octroyés par les principales banques françaises pour les projets énergétiques. Plus de 70 % de leurs financements sont consacrés aux énergies fossiles, le renouvelable étant encore le parent pauvre.

Oxfam juge les banques françaises trop accros aux énergies fossiles
Pour Oxfam, les banques françaises sont loin d'avoir engagé leur transition énergétique, en dépit de leurs beaux discours.
© Oxfam

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Les principales banques françaises ne jouent pas le jeu de la transition énergétique, selon Oxfam. Alors que s’ouvrent trois jours dédiés à la finance durable à Paris les 26, 27 et 28 novembre, qui culmineront mercredi 26 novembre avec le "Climate finance day", l’Organisation non gouvernementale a décrypté les engagements financiers dans l’énergie de six grandes banques, BNP Paribas, le Crédit Agricole, la Société générale, le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne, la Banque postale et le Crédit mutuel-CIC. Et la balance penche nettement en faveur des énergies fossiles.

Selon l’étude, les banques ont octroyé pour 42,9 milliards d’euros de crédit aux projets d’énergie fossile entre 2016 et 2017, soit 71 % de leurs engagements totaux dans l’énergie. Les projets charbon représentaient à eux seuls 5,1 milliards d’euros.

Les énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, énergies marines et marémotrices) ne représentaient, elles, que 19,6 % de leurs financements, soit 11,9 milliards d’euros. A noter qu’Oxfam exclut des renouvelables le nucléaire, l’hydraulique et la biomasse. Ces énergies ont bénéficié de 5,7 milliards d’euros de financement, soit 9,4 % du total.

Une réduction des financement aux renouvelables

Oxfam épingle particulièrement l’évolution des financements des banques. Celles-ci ont eu tendance à favorisé les énergies fossiles au détriment des énergies vertes entre 2016 et 2017. Le financement du renouvelable a perdu 1,85 milliard d’euros sur la période, tandis que les énergies fossiles gagnaient 1,8 milliard d’euros.

Les trois plus grosses banques françaises représentent, sans surprise, la part la plus importante des financements. BNP Paribas a financé pour 12,8 milliards d’euros de projets d’énergie fossile, suivi de près par le Crédit agricole (12,6 milliards d’euros) et la Société générale (11,5 milliards d’euros).

Outre les financements directs (prêts, émissions d’actions, émissions d’obligations), Oxfam a également analysé les placements financiers des banques. Là encore, l’ONG s’alarme du fait que, pour 1 euro investi dans les énergies renouvelables, les banques consacrent 8,6 euros aux énergies fossiles.Pour Oxfam, les banques françaises vont devoir changer drastiquement leurs méthodes si elles veulent contribuer aux engagements de l’Accord de Paris. L’ONG préconise notamment qu’elles publient une feuille de route détaillant leur sortie du financement des énergies fossiles.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle