Ouverture d’usines, extension, fermetures: les 18 opérations symboliques pour l'industrie française en 2018

,

Publié le

Retour sur les 18 opérations emblématiques qui ont marqué l'industrie française en 2018 : ouverture de nouvelles usines, investissements, fermetures de sites.

Airbus (Aéronautique) à Toulouse (Midi-Pyrénées)

Le constructeur aéronautique a mis en service, début mai, Airlog 2, une plate-forme logistique de 36 000 m2 à proximité de ses sites d’assemblage dans l’agglomération toulousaine, en Haute-Garonne. Objectif de cet investissement de 30 millions d’euros : réorganiser et optimiser les flux et le stockage des éléments de cabines des A 350, A 330 et A 320. C’est le groupe Daher qui assurera la gestion de la plate-forme.

Aqualande (Agroalimentaire) à Sarbazan (Landes)

Le groupe a prévu d’embaucher 280 salariés pour faire tourner sa dernière usine dont la production a démarré fin 2018 à Sarbazan, dans les Landes. Elle doit lui permettre d’augmenter sa production de truite fumée.

Beihao (Cosmétique) à Amilly (Loiret)

Le fabricant taïwanais de masque de beauté a investi 4 millions d’euros pour implanter son deuxième site de production européen et réhabiliter l’ancienne usine Noveo-Fareva fermée en 2015 dans la Cosmetic valley, à Amilly, près de Montargis (Loiret). Une vingtaine d’emplois ont été créés.

 Bel (Agroalimentaire) à Evron (Mayenne)

Le groupe laitier a injecté près de 28 millions d’euros dans son usine d’Evron, en Mayenne, spécialisée dans la production de mini Babybel. Objectif : moderniser les équipements en réduisant la pénibilité de certains postes et augmenter de 20 % la capacité du site.

Catoire-Semi (Mécanique) à Martizay (Indre)

Pour faire face à la croissance de ses ventes dans l’aéronautique et l’automobile, la PME familiale a doublé la surface de son site produisant des machines spéciales pour la fonderie et la plasturgie à Martizay (Indre).

Hexcel (Matériaux) à Salaise-sur-Sanne (Isère)

L’industriel américain a inauguré en septembre son site de production de fibres carbone sur la plate-forme chimique des Roches-Roussillon, à Salaise-sur-Sanne (Isère), pour répondre à la demande croissante en matériaux composites du secteur aéronautique. Quelque 120 emplois directs ont été créés par cet investissement de 200 millions d’euros.

Hermès (Luxe) à Allenjoie (Doubs)

Afin de répondre à la demande pour ses sacs Kelly, le maroquinier a prévu d’embaucher 260 salariés dans sa dernière manufacture inaugurée au printemps dans le Doubs, à Allenjoie.

Isorg (Électronique) à Limoges (Haute-Vienne)

La société, créée en 2010, a implanté à Limoges (Haute-Vienne) sa première usine produisant des capteurs d’images nouvelle génération. Avec à la clé, 50 emplois créés pour un investissement de 20 millions d’euros.

Jean Caby (Agroalimentaire) à Saint-André-lez-Lille (Nord)

Les 232 salariés de l’usine de saucisses Jean-Caby de Saint-André-lez-Lille (Nord) ont été licenciés après la liquidation du site à l’été. Des projets de reprise partielle de l’activité sont encore à l’étude.

K-Line (Matériaux) à Saint-Vulbas (Ain)

 

Le fabricant de fenêtres a investi 70 millions d’euros pour construire sa plus grande usine à Saint-Vulbas (Ain). Près de 150 salariés ont été embauchés. Le site doit produire 2 500 fenêtres par semaine. De quoi augmenter de 25 % la capacité de production du groupe.

La barrière automatique (Mécanique) près de Lyon (Rhône)

La PME de 80 salariés, spécialiste des barrières de péage et de parking, a doublé la surface de son usine proche de Lyon (Rhône), un investissement de 2 millions d’euros qui doit lui permettre d’accélérer à l’export.

Naval group (Énergie) à Cherbourg (Manche)

À peine inaugurée, aussitôt fermée. À Cherbourg, dans la Manche, Naval Group a annoncé la fermeture de son site d’assemblage d’hydrolienne moins de deux mois après son inauguration. Le groupe a avancé le manque de soutien public pour justifier son retrait.

Norgine (Pharmacie) à Dreux (Eure-et-Loir)

Le laboratoire néerlandais spécialisé dans les maladies du foie a investi 8 millions d’euros dans son site français de Dreux (Eure-et-Loir) pour étendre ses capacités de production.

NTN-SNR roulements (Métallurgie) à Argonay (Haute-Savoie)

En Haute-Savoie, NTN-SNR a engagé 27 millions d’euros pour étendre les capacités de production de son usine d’Argonay, spécialisée dans les roulements pour le marché aéronautique et la transformer en une usine du futur modèle.

Orapi (Produits d’hygiène) à Saint-Vulbas (Ain)

Le groupe a investi 8 millions d’euros dans son usine entièrement automatisée de Saint-Vulbas dans l’Ain. Près de 25 000 tonnes de produits devraient sortir cette année de la ligne malgré les difficultés de recrutement rencontrées par l’industriel.

Poma (Transport) à Gilly-sur-Isère (Savoie)

Le fabricant de télécabines a inauguré en janvier son nouveau site à Gilly-sur-Isère (Savoie) qui regroupe l’activité de plusieurs de ses filiales et une plate-forme logistique. Un investissement global de 20 millions d’euros.

UPS (Logistique) à Corbeil-Essonne (Essonne)

Près de 1 000 salariés, un bâtiment de la taille de quatre terrains de football... le logisticien a ouvert son plus grand hub en France à Corbeil-Essonne, dans l’Essonne, pour un coût de 85,7 millions d’euros.

Vossloh (Ferroviaire) à Outreau (Pas-de-Calais)

Le groupe allemand a injecté 36 millions d’euros pour moderniser son usine de cœur d’aiguillage de voies ferrées d’Outreau (Pas-de-Calais), reprise en 2013, et se doter d’une nouvelle fonderie.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte