Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Optimistes, les industriels sont prêts à réinvestir en 2016

Solène Davesne ,

Publié le

Selon l'Insee, les chefs d'entreprises prévoient d'augmenter de 7 % leurs dépenses d'investissement cette année

Optimistes, les industriels sont prêts à réinvestir en 2016

L’investissement industriel a une nouvelle fois raté son redémarrage en 2015. Mais la reprise se profile enfin cette année. Alors qu’ils ont révisés en forte baisse leurs projets l’an dernier, les chefs d’entreprises font désormais preuve d’un net regain d’optimisme, selon l’enquête trimestrielle de l’Insee. Les industriels anticipent désormais une hausse de 7 % de leurs dépenses pour l’année à venir. Par rapport aux 3 % de hausse anticipés en octobre lors de la précédente enquête, "la révision à la hausse est légèrement supérieure à celle habituellement constatée à ce moment de l’année", souligne l’Insee, qui espère y voir un signal de l’accélération de l’investissement.

L’amélioration des perspectives est encore plus nette dans l’industrie agroalimentaire, où les chefs d’entreprises tablent désormais sur une hausse de 11 % de leurs dépenses d’investissement et dans les biens d’équipement (+18 %). Les prévisions des chefs d’entreprises sont cependant à prendre avec prudence, car elles sont souvent susceptibles d’être revues à la hausse en cours d’année. C’est notamment ce qui s’est passé l’an dernier. En avril 2015, les entreprises prévoyaient déjà d’augmenter de 7 % leurs dépenses l’an dernier. Elles estiment désormais qu’elles les ont au final réduit de 2 %.

"En moyenne, il existe un biais plutôt optimiste en début d’année. Mais comparé aux années précédentes, l’enquête envoie un signal positif ", souligne Vladimir Passeron, le directeur des études et synthèse de l’Insee. L’indicateur de révision de l'enquête souligne aussi que les entreprises sont plus nombreuses à réviser à la hausse qu’à la baisse leurs projets.  

78% de leurs capacités de production

D’autres facteurs poussent à l’optimisme. Le taux de marge des entreprises non financières s’est rétabli depuis deux ans. Il devrait atteindre 31,7 % d’ici juin selon les prévisions de l’Insee. "L’investissement a repris du tonus à la fin 2015. Les taux d’intérêt sont bas, la capacité à s’autofinancer augmente, le climat des affaires dans l’industrie est bon", souligne Vladimir Passeron. Au dernier trimestre 2014, l’investissement des entreprises non financières a d’ailleurs rebondi de 1,3 % grâce à des ventes de flottes automobiles très dynamiques dans les entreprises de services.

Mais les usines ne tournent toujours qu’à 78 % de leurs capacités de production d’après la Banque de France. Les entreprises ont donc de quoi produire plus sans investir dans de nouvelles machines. Autre risque : la mesure de sur-amortissement, mise en place l’an dernier pour stimuler l’investissement des entreprises doit prendre fin en avril 2016. Son arrêt pourrait occasionner un contre-coup sur les dépenses d’investissement. Selon l’Insee, elle devrait permettre de doper de 0,4 points l’investissement en produits manufacturés sur le premier trimestre 2016, avant 0,2 point au deuxième trimestre.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle