Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Opération vérité chez Areva

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Analyse Dans une véritable opération vérité, la direction d’Areva a décidé de passer tous ces comptes à la paille de fer pour assumer la crise qui frappe l’entreprise. Le constat est fait, mais les actions à mener pour redresser la barre restent encore floues. Problème, Areva n’a pas le temps d’attendre pour se remettre en posture de conquérir des marchés.

Opération vérité chez Areva © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

L’après-Fukushima, l’achat à prix d’or des actifs miniers d’Uramin pour rien ou presque, une incapacité à livrer un réacteur nucléaire en temps et en heure... Les déboires d’Areva se sont accumulés en même temps que ses pertes qui ont culminé l’an dernier à 4,8 milliards d’euros. Au point que l’avenir de l’ex-champion français du nucléaire semble désormais bien compromis. Ses nouveaux dirigeants veulent recentrer l’entreprise sur son cœur de métier nucléaire. L’activité dans l’éolien offshore devrait être ainsi confiée à la coentreprise montée avec l’espagnol Gamesa. Pour le gouvernement, le salut d’Areva passe par des coopérations accrues voire un rapprochement avec EDF.

Ce serait heureux si les deux groupes, qui se sont entredéchirés pendant des années, donnaient enfin naissance à la "dream team" française du nucléaire. Le gouvernement parviendra-t-il à convaincre EDF de mettre la main à la poche pour renflouer Areva ? L’endettement financier net de l’électricien atteignait, fin 2014, 34,2 milliards d’euros... Le rapprochement entre les deux groupes passera plus volontiers par des coopérations sur les produits, à commencer par la refonte du design de l’EPR, difficile à construire et à vendre. Le basic design d’un nouveau modèle de ce réacteur de troisième génération est attendu dès cette année. 

Areva ne sera pas pour autant tiré d’affaire. L’entreprise doit se préparer à la relance du programme nucléaire français promis par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, pour faire face au vieillissement du parc tricolore. Et il lui faut repartir à l’offensive à l’international, notamment en Chine. Sous peine de disparaître, Areva ne doit pas rater les commandes chinoises et des pays producteurs de pétrole désireux de s’appuyer sur l’atome pour gérer l’après or noir. Mais la concurrence est de plus en plus féroce.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/03/2015 - 15h59 -

Opération vérité ? Laissez-moi rire. Les “nouveaux” dirigeants d’AREVA sévissaient déjà sous Anne Lauvergeon. Les membres du conseil de surveillance d’AREVA sont partis en empochant leurs jetons de présence. L’Agence des Participations de l’Etat avait béni la stratégie d’AREVA… La seule vérité qui apparaît clairement, c’est que nos élites en France roulent désormais pour elles-mêmes, et que le sens de l’Etat, tout comme l’honneur, ne signifie plus rien.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle