Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"On s’en fout du Medef", s’emballe Pierre Gattaz

,

Publié le

Le président du Medef salue les avancées souhaitées par le gouvernement dans les projets de loi Macron et sur le dialogue social, mais critique les emballements "politiciens" que ces textes suscitent à droite comme à gauche.

On s’en fout du Medef, s’emballe Pierre Gattaz
Valls et Gattaz à l'Université d'été du Medef (2014)
© AFP

"Le Medef ne fait pas de politique !" a martelé à plusieurs reprises le président du Medef lors de sa conférence de presse mensuelle. Pierre Gattaz l’affirme : son organisation soutient les lois présentées par un gouvernement de gauche, si elles améliorent la situation des entreprises. Et il appelle les hommes politiques de droite à faire pareil, regrettant que le parti Les Républicains envisage de saisir le Conseil constitutionnel sur la future loi Macron. "C’est dommage, il faut être capable de voter ce qui va dans le bon sens. (Cette loi) est une aurore ! Un petit lever de soleil… "

L’utilisation par le premier ministre de l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter le texte par l’Assemblée nationale sans débat supplémentaire est "un bon choix", selon lui, parce qu’on a assez tardé. Mais il aurait préféré "un débat serein sur les contraintes pesant sur les entreprises, sans en faire un sujet de politique politicienne". Et le patron des patrons de s’emballer : "parler d’un cadeau au Medef, c’est le délire ! (…) On s’en fout du Medef !" Ce qui compte, martèle-t-il, c’est que la croissance ne reparte pas sans créer d’emploi.

S’il soutient l’emploi de l’article 49.3 pour le vote de la loi Macron, Pierre Gattaz reste prudent : c’est un bon choix, "s’il permet d’accélérer dans la bonne direction". Or le contenu de la loi peut encore évoluer dans la journée, en fonction des amendements que retiendra ou non l’exécutif. "Le gouvernement fait de belles annonces, mais sa majorité s’empresse de les défaire", a regretté Pierre Gattaz, citant de nombreuses mesures ajoutées par les députés à la loi sur le dialogue social. Parmi elles, l’abaissement de 5000 à 1000 salariés du seuil à partir duquel les conseils d’administration devront accueillir des administrateurs salariés. "Un très mauvais signal, une mesure très idéologique… " Mais après avoir vanté les bienfaits du dialogue social dans les ETI, il est bien obligé de modérer sa critique : "Il faudra peut-être le faire un jour, je ne suis pas contre, mais pas en juin 2015".

Cécile Maillard

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

18/06/2015 - 12h02 -

La communication de Mr Gattaz me semble souvent imprudente sachant que les Hyènes de gauche sont à l'affut avec des réactions prévisibles.
Et bien sur personne ne parle du MILLION de CHOMEURS des 35 HEURES, cette loi débile que personne n'ose remettre en cause!
Au secours, France cherche politicien courageux et peuple réflechi....
Répondre au commentaire
Nom profil

17/06/2015 - 14h35 -

Comme d'habitude, on utilise une expression sortie de son contexte pour faire un titre accrocheur alors que je ne vois pas ou Pierre Gattaz s'emballe !? J'ai l'impression qu'il enfonce des portes ouvertes avec du bon sens...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle