L'Usine Santé

"On peut encore investir dans l'industrie en France", selon le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar commente les premiers résultats de la transformation du groupe, revient sur sa stratégie en France et souligne les liens entre industrie et écologie.

On peut encore investir dans l'industrie en France, selon le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar
Pierre-André de Chalendar répond aux questions de L'Usine Nouvelle.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

L'Usine Nouvelle. - Vous avez lancé fin 2018 un grand plan de transformation de Saint-Gobain. Où en êtes-vous ?

Pierre-André de Chalendar. - C’est une réorganisation très profonde du groupe avec trois objectifs : nous rapprocher de nos clients, prendre en compte les évolutions de nos marchés et simplifier notre organisation pour gagner en agilité dans un monde qui change vite. Nous avons aligné toutes nos activités en fonction des clients, en séparant les locaux des mondiaux. Les clients locaux sont essentiellement dans le secteur de la construction, très différent d’une région à l’autre. Pour eux, la structure d’organisation est désormais par pays. Nous avons nommé un patron dans chaque pays, avec une responsabilité complète sur le compte d’exploitation, les opérations, les métiers présents et les évolutions stratégiques.

Et les clients mondiaux ?

Il s’agit des clients industriels, dans l’automobile, l’aéronautique, le médical, où ils sont en nombre limité. Le vitrage bâtiment, par exemple, se gère localement, alors que le vitrage automobile est mondial car les constructeurs prennent leurs décisions de manière centralisée. Il n’est pas question d’avoir un pare-brise avec la moindre différence pour un modèle Renault en France, au Brésil ou en Roumanie. Il y a encore des fonctions centrales industrielles, de R & D et de marketing, en soutien. Ce changement a été extrêmement bien ressenti dans chacun des pays concernés. Cela a été un peu plus difficile dans les sièges les premiers mois, mais les turbulences sont passées.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte