On a testé pour vous la garde à vue...

Cécile Maillard ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Un avocat pénaliste propose aux chefs d’entreprise de vivre une fausse garde à vue, histoire de les mettre en condition. L’Usine Nouvelle a testé pour vous.

Crédits : Pascal Guittet il faut franchir plusieurs portes pour arriver dans la cave de cet immeuble du 19e arrondissement de Paris, une petite pièce sans fenêtre. Sur un mur, l’affiche du film « L’Affaire SK1 », qui retrace la traque d’un tueur en série français. Sur la porte, une cible d’un stand de tir de police, criblée de balles. Le décor est planté. Je suis dans la peau d’un chef d’entreprise, d’un directeur financier ou d’un actionnaire. Convoquée à la brigade financière, je me suis présentée de mon propre chef. On serait, sinon, venu me chercher à mon domicile, au petit matin. Glauque, forcément, le petit matin. Un jeune homme en tenue de gendarme me notifie ma garde à vue, m’informe qu’elle peut durer 24 heures, être prolongée d’autant. Il me lit mes[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte