Tout le dossier Tout le dossier

Nouvelle carte des régions : les entreprises franc-comtoises partagées

Cet hiver, L'Usine Nouvelle vous entraîne aux six coins du territoire français, sonder ce que pensent les industriels de la nouvelle carte de nos régions adoptée le 17 décembre par l'Assemblée nationale. Franche-Comté et Bourgogne sont appelées à fusionner en janvier 2016. Une opportunité pour ces deux petites régions de gagner en visibilité et en attractivité ? La question divise les acteurs économiques.

Partager
Nouvelle carte des régions : les entreprises franc-comtoises partagées
Saline royale d'Arc et Senans

Si le mariage entre la Franche-Comté et la Bourgogne n’est pas consommé, il est déjà bien engagé. Dernière preuve en date, l’emprunt commun de 200 millions d’euros signé le 11 décembre 2014 par les présidents des deux conseils régionaux avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour financer la rénovation des lycées et centres de formation. Une première en France. Plus tôt, les universités avaient amorcé un rapprochement avec la création d’une Communauté d’universités et établissements (COMUE) dénommée Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC).

Les entreprises comtoises n’ont pas attendu une fusion politique pour développer des échanges avec leur voisin. En avril dernier, Covalia, une start-up bisontine à la pointe en télémédecine, a scellé son union avec le Dijonnais IDO-In "Nous avons fusionné avant l'heure" ironise Eric Garcia, directeur général de Covalia. Le datacenter Neoclyde installé à Besançon, regarde lui aussi à l’Ouest. Fruit d’une collaboration entre le groupe Zayo et Euclyde, il offre aux sociétés une grande capacité d’hébergement des données et il n’y a pas d'équivalent en Bourgogne. "Un datacenter représente un lourd investissement, mutualiser fait donc sens", explique Florian Du Boys, directeur général de Zayo France.

Nouvelle région charnière

Entre les deux territoires, certaines filières économiques se complètent. L’énergie et le transport, par exemple, avec des entreprises d’envergure internationale (Alstom, General Electric, PSA Sochaux) côté Franche-Comté et une industrie nucléaire puissante en Bourgogne (Areva). "L’élargissement des régions est une opportunité de travailler en synergie", souligne Brigitte Ducruez-Bernard, directrice générale innovation au Pôle Véhicule du futur. L’agroalimentaire est déjà sur un axe Est/Ouest avec le pôle de compétitivité Vitagora, implanté dans les deux régions.

La fusion ferait gagner visibilité et attractivité à la Franche-Comté, la rapprochant de Paris. "Il faudra jouer de cette situation géographique nouvelle de région charnière", commente Gilles Curtit, président de la Chambre régionale de commerce et d’industrie. Dans le même temps, de par son économie et son histoire, la région comtoise est liée à l’Alsace et à Rhône-Alpes (industrie automobile, plasturgie). "Il ne faudrait pas que la fusion nous fasse perdre ces bonnes relations en déplaçant le centre de gravité vers Dijon", tempère Jean-Luc Piton, président du Medef Franche-Comté.

Bourgogne Franche-Comté en toute dernière position

La Franche-Comté comme la Bourgogne (1,1 et 1,6 million d’habitants) souffrent d’une faible densité démographique et économique. Dans une intervention au Conseil économique, social et environnemental de Franche-Comté, saisi pour réfléchir sur "les conditions de réussite d’un projet de fusion", le patron du Medef fait ses comptes : parmi les 13 futures régions, "nous aurons en toute dernière position la future Bourgogne Franche-Comté avec un ratio PIB par habitant de 25 280 euros […] Nous risquons de rester à la remorque des politiques nationales".

Enfin, si la nécessité de réformer le "millefeuille" territorial fait consensus au sein des entreprises, celles-ci s’interrogent "sur l’efficacité de la réforme en matière de simplification et d’économies réalisées", alerte Michel Bergeret, président de la CGPME Franche-Comté. Pour Damien Tournier, Directeur général de Schrader à Pontarlier, fabricant de pièces en caoutchouc pour l’automobile, la fusion a un sens "si on gagne en visibilité sur les champs d’intervention de chaque couche administrative".

De notre correspondante, Lucie Thiery

PARCOURIR LE DOSSIER

Éco - social

Nouvelle carte des régions : les entreprises bourguignonnes pas convaincues par l'union avec la Franche-Comté

Éco - social

Nouvelle carte des régions : pour les Lorrains, une grande nébuleuse

Éco - social

Nouvelle carte des régions : l’Alsace entre indignation et scepticisme

Éco - social

Nouvelle carte des régions : la Picardie regrette déjà sa capitale régionale

Éco - social

Nouvelle carte des régions : le Nord-Pas-de-Calais dit oui à la Picardie

Éco - social

Nouvelle carte des régions : Une Normandie unie, mais pour quoi faire ?

Éco - social

Nouvelle carte des régions : la Bretagne restera seule au grand dam des patrons

Éco - social

Nouvelle carte des régions : les Pays de la Loire et le regret d'une grande région Ouest

Éco - social

Nouvelle carte des régions : le Limousin change de catégorie

Éco - social

Nouvelle carte des régions : Poitou-Charentes, entre fatalisme et inquiétudes

Éco - social

Nouvelle carte des régions : l’Aquitaine se réjouit de grandir avec Poitou-Charentes et Limousin

Éco - social

Nouvelle carte des régions : le Centre gagne une identité grâce au Val de Loire

Éco - social

Nouvelle carte des régions : Provence-Alpes-Côte d’Azur préférait une région Méditerranée

Éco - social

Nouvelle carte des régions : Rhône-Alpes et Auvergne, une évidence pour les chefs d’entreprise

Éco - social

Nouvelle carte des régions : l'Auvergne savoure déjà sa lune de miel avec Rhône-Alpes

Éco - social

Nouvelle carte des régions : Midi-Pyrénées regarde davantage vers Bordeaux... que vers Montpellier

Éco - social

Nouvelle carte des régions : la fusion Languedoc-Roussillon-Midi Pyrénées inquiète le Gard

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SCHRADER

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS