Economie

Nouveau revers pour EDF sur le dossier de l'électricité nucléaire au tarif Arenh

, , , ,

Publié le , mis à jour le 27/05/2020 À 15H06

Le tribunal de commerce de Paris a ordonné mardi 26 mai à EDF de suspendre une partie des engagements d'achat pris par Gazel Energie dans le cadre de l'accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh). Après Total Direct Energies, la justice estime une nouvelle fois que les concurrents du groupe public peuvent activer une clause de force majeure dans le contexte du coronavirus.

Nouveau revers pour EDF sur le dossier de l'électricité nucléaire au tarif Arenh
Le tribunal de commerce de Paris a ordonné mardi à EDF de suspendre une partie des engagements d'achat pris par Gazel Energie du contrat Arenh. /Photo d'archives/REUTERS/Regis Duvignau
© REGIS DUVIGNAU

Dans son ordonnance de référé, que Reuters a pu consulter mercredi 27 mai, le président du tribunal considère que les conditions de la force majeure "sont manifestement réunies" et condamne EDF à verser 25.000 euros à Gazel Energie au titre des frais de procédure.

Cette décision intervient après un jugement similaire favorable à Total Direct Energie, intervenu mercredi 20 mai, imposant à EDF de verser 50 000 euros au titre des frais de procédure.

La clause de force majeure demandée depuis mi-mars par les fournisseurs d'électricité alternatifs 

La filiale de Total et Gazel Energie cherchaient depuis mi-mars à obtenir la suspension d'une partie au moins de leurs contrats d'Arenh en faisant valoir que, sous l'effet du coronavirus et des mesures de confinement, ils disposaient d'un surplus d'électricité qu'ils devaient écouler sur le marché à un prix bien inférieur à celui auquel ils l'avaient acheté.

Réclamant l'activation d'une clause de force majeure qui leur permettrait de mettre fin aux livraisons des volumes d'Arenh et de s'approvisionner sur le marché à un prix beaucoup plus bas, ils s'étaient vu opposer une fin de non-recevoir par l'électricien public, ainsi que par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et le Conseil d'Etat.

Des pertes de 300 000 euros pour Gazel Energie dues au surplus d'approvisionnement 

Gazel Energie est une ex-filiale de l'allemand Uniper désormais détenue par la holding EPH, propriété du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky.

Selon l'ordonnance du tribunal de commerce, la société a indiqué qu'elle faisait appel à l'Arenh à hauteur de 60% de ses approvisionnements en moyenne et que, contrainte de revendre cette électricité à prix cassé, ses pertes s'élevaient à 300.000 euros par mois et risquaient de "mettre en péril son existence".

Afin de limiter les conséquences pour EDF, Gazel Energie s'est cependant engagée à restituer à l'électricien public l'écart entre le prix de l'Arenh (42 euros par mégawatt-heure) et le prix de marché pour l'électricité issue de l'Arenh consommée pendant la suspension du contrat.

Personne n'était disponible dans l'immédiat chez EDF pour commenter ces informations.

 

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte