"Nous visons l'impression 3D métallique pour la production de masse", avance Stephen Nigro, patron de l’impression 3D chez HP

Le géant américain HP a présenté sa première imprimante 3D métallique au salon IMTS à Chicago lundi 10 septembre. Celle-ci ne sera vendue qu’à quelques partenaires avant d’être plus largement commercialisée en 2021. Stephen Nigro, le directeur de la branche impression 3D, détaille à L'Usine Nouvelle la stratégie du groupe sur le marché du métal.

Partager
Stephen Nigro, le directeur de l'activité impression 3D d'HP.

L'Usine Nouvelle - Vous présentez votre première imprimante 3D métallique, la Multi Jet metal, au salon IMTS à Chicago. Pourquoi est-il important pour HP d’investir le marché de l’impression métal après s’être lancé dans l’impression 3D plastique il y a deux ans ?

Stephen Nigro - Nous avons investi le marché de l’impression 3D polymère parce que nous avions mis au point une technologie disruptive, Multi jet fusion, qui permet d’imprimer en 3D rapidement et à moindre coût. Nous poursuivons la même logique avec le métal. Notre but est d’emmener la fabrication additive métallique vers la production de masse.

Nous voulons proposer une nouvelle équation économique pour ce marché, rendre l’impression 3D métallique rentable. Aujourd’hui, l’impression 3D métallique est réservée à des pièces très spécifiques dans l’aéronautique et le médical. Nous voulons l’élargir à d’autres secteurs comme l’automobile.

Vous avez opté pour une technologie de projection de liant (binder jetting), une technologie qui consiste à projeter un liant sur un lit de poudre métallique. Quelles sont les spécificités de cette technologie ?

Nous avons choisi cette technologie car elle présente des similitudes avec notre technologie d’impression classique. Et parce que le binder jetting permet d’imprimer des pièces avec une très bonne finition, plus rapidement que les autres technologies métalliques. C’est la technique d’impression 3D métal la plus rentable aujourd’hui. La spécificité de notre technologie par rapport à d’autres solutions de binder jetting est qu’elle utilise moins de liant polymère, réduisant ainsi le post-process nécessaire.

Quels secteurs visez-vous en particulier ?

Le métal, en particulier l’acier, est le matériau le plus largement utilisé dans l’industrie manufacturière. En particulier dans l’automobile et les équipements industriels. Ce sont donc ces deux secteurs que nous visons en particulier.

Le marché de l’impression 3D métallique croît vite, les ventes auraient progressé de 80 % selon le rapport Wohlers. Mais pour le moment les utilisations en production restent restreintes. Les machines vendues sont surtout utilisées en R&D...

C’est vrai, mais nous pensons que notre technologie permettra plus de production de pièces finales. Sur le salon IMTS, nous présentons des pièces fonctionnelles de Volkswagen et Wilo réalisées avec notre machine via notre partenaire GKN. Wilo a notamment mis au point un nouveau design plus performant pour les hélices de ces pompes grâce à l’impression 3D.

Vous allez lancer dans un premier temps un service d’impression de pièces en métal à la demande via des partenaires (GKN et Parmatech), avant de commercialiser vos machines en 2021. Pourquoi ce choix ?

Le monde est en train de passer au "tout service", c’est une tendance économique majeure aujourd’hui. C’est l’une des raisons. L’autre raison est que nous souhaitons vendre des imprimantes 3D pour la production de pièces finales. Et pour être capables de faire cela, nous devons avoir une expertise approfondie des différents secteurs manufacturiers. HP n’a pas cette expertise.

Donc nous avons fait appel à des partenaires comme GKN, un fabricant britannique de pièces métalliques, et Parmatech, qui ont respectivement une expertise dans l’automobile et le médical. Ils peuvent dès aujourd’hui proposer à leurs clients des pièces réalisées avec nos machines et nous faire part des premiers retours. La route vers la production est longue. Nous pensons que si les industriels s’adressent dans un premier temps à nos partenaires, ils pourront s’assurer que la technologie est bien compatible avec leurs pièces. Et lorsque nos machines seront disponibles en 2021, ils seront prêts à les acquérir. Le service de production à la demande continuera, même après 2021.

Dans quels pays ce service est-il aujourd’hui disponible ?

Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne.

Vous allez quitter en novembre HP, quel est votre bilan après ces années passées à la tête de la branche 3D d’HP ?

J’ai commencé en tant qu’ingénieur chez HP, et j’ai travaillé dès les années 1980 à la mise au point de notre technologie d’impression Inkjet. Etre à la tête de notre branche impression 3D m’a rappelé mes débuts. C’était excitant de participer à la mise au point des fondations de cette nouvelle activité. Et ce n’est que le début.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Dessinateur-Projeteur F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

89 - OFFICE AUXERROIS DE L'HABITAT

Diagnostics techniques immobiliers ( agence nord / secteur 1)

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS