Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Municipales : retour sur ces usines au cœur de la campagne

Pascal Gateaud , , , ,

Publié le

Début février, L’Usine Nouvelle avait sélectionné cinq usines au cœur de la campagne des élections municipales. Au lendemain du premier tour, retour dans les cinq communes qui les accueillent. Des surprises sont au rendez-vous.

Municipales : retour sur ces usines au cœur de la campagne © crédit photo

"Des usines dans la campagne", titrait L’Usine Nouvelle le 6 février. L’emploi et le développement économique figuraient alors au deuxième rang, derrière les impôts locaux, des thèmes sur lesquels les Français comptaient se déterminer lors des élections municipales. L’examen des résultats du premier tour, dimanche 23 mars, montre qu’il en a bien été ainsi. Spécialement dans les communes accueillant les cinq usines retenues comme exemples par l’Usine Nouvelle.

 

Retrouvez notre dossier "Les usines au coeur de la bataille des municipales" dans son intégralité.

 

 

La fermeture de l’usine PSA est un véritable traumatisme pour Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le maire sortant de cette commune conquise par la gauche en 2008, Gérard Ségura (PS), a soutenu jusqu’au bout le combat des salariés. Il se retrouve aujourd’hui en ballotage défavorable. Il est nettement distancé par Bruno Beschizza, à la tête d’une liste UMP, qui l’a accusé de "gesticulations et mascarades" : 26,67 % des suffrages exprimés contre 41,29 %. En 2008, la liste conduite par Gérard Ségura bouclait le premier tour en tête (44,86%), avant de l’emporter au second (50,43 % contre 49,57 % à la liste de droite). S’il devient maire, Bruno Beschizza devra accompagner la valorisation du site PSA qui appartient toujours au constructeur. Il devrait pouvoir compter sur l’appoint des voix de Jacques Chaussat (UDI), à la tête de l’autre liste de droite. Celui-ci a récolté pratiquement autant de suffrages (14,36 %), que les deux listes divers gauche réunies également en compétition (14,56 %).

 

Surprise à Arques. La liste de Joël Duquenoy, maire (PS) de cette commune du Pas-de-Calais depuis 2001, réélu en 2008 dès le premier tour avec 63,8 % des suffrages exprimés, est en ballotage. Elle est devancée par la liste divers droite conduite par Caroline Saudemont (41,56 % contre 35,42 %) qui a fait campagne en appelant à "un nouveau souffle pour Arques". La restructuration de la cristallerie Arc International (5700 salariés), qui a perdu 6000 emplois en dix ans, pèse sur l’avenir de la commune et du bassin d’emplois. D’autant qu’un probable plan amiante et d’autres mesures complémentaires pourraient concerner 2000 à 2500 emplois d’ici 2015. A la tête d’une troisième liste, le divers gauche Benoit Roussel (23,02% des suffrages exprimés) détient les clés du deuxième tour.

 

Il n’avait sans doute pas besoin de cela. L’annonce de l’implantation de la Maroquinerie du Puy à Chaspuzac (Haute-Loire), dans l’agglomération du Puy-en-Velay, avait tout d’une aubaine pour Laurent Wauquiez. "Cette implantation est la plus importante depuis celle de Michelin en 1977 sur la zone de Laprade", s’était félicité le maire sortant du Puy, quelques semaines avant le scrutin. Candidat à sa succession à la tête d’une liste divers droite, il l’emporte dès le premier tour, avec un score sans appel de 69,68 %, améliorant de plus de 13 points sa performance de 2008 (56,45 %), quand il avait été élu pour la première fois, déjà au premier tour.

 

La saga Troadec est en marche. Ancien journaliste, celui qui fut l’un des créateurs du festival des Vieilles Charrues, avant de prendre la tête du mouvement des bonnets rouges, il y a quelques mois, est réélu dès le premier tour dans sa commune de Carhaix-Plouguer (Finistère). On l’avait quitté, début janvier, entre le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, et les investisseurs du groupe chinois Synutra, venus dans cette commune de centre-Bretagne assister à la pose de la première pierre des deux futures tours de séchage d’une usine de production de lait en poudre infantile. La liste de Christian Troadec (divers gauche) l’emporte avec 65,78 % des suffrages exprimés, devant une liste socialiste (21,15 %) et une liste de l’extrême-gauche (13,07 %). En 2008, Christian Troadec avait dû attendre le second tour pour l’emporter face à une liste divers droite (68,61% contre 31,39 %). Adversaire résolu de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Ille-et-Vilaine), Christian Troadec n’a pas fini de se faire entendre…

 

S’il y a un candidat que ce premier tour n’a guère chagriné, c’est bien Gaëtan Levitre (Front de gauche). La liste du maire sortant d’Alizay (Eure) était seule en lice. Gratifiée de 100 % des suffrages exprimés, elle doit beaucoup aux efforts de son leader, artisan de la renaissance de la papeterie d’Alizay, fermée par le finlandais M-Real et reprise avec succès par le thaïlandais Double A. Après avoir relancé la production de papier de bureau l’an dernier, Double A prévoit de redémarré l’an prochain l’unité de pâte à papier. Faire l’unanimité, c’est rare, même dans une petite commune de 1440 habitants...

Pascal Gateaud

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle