Tout le dossier Tout le dossier

Modernisation du dialogue social, jusqu’où le Medef est-il prêt à aller ?  

Pour sa rentrée de janvier, Pierre Gattaz s’est présenté en leader d’une organisation qui négocie. A commencer par la modernisation du dialogue social. Le Medef souhaite aboutir à un accord lors de la prochaine séance de négociations.

Négocier mais ne pas céder, car Pierre Gattaz a indiqué les deux lignes rouges qui entraîneraient un refus de signer pour l’organisation de l’avenue Bosquet. 

Partager
Modernisation du dialogue social, jusqu’où le Medef est-il prêt à aller ?  

Quelques minutes avant que ne commence la conférence de presse mensuelle du Medef, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT avait mis la pression. En effet, il a estimé sur Radio Classique que "la balle est clairement dans le camp du Medef". En guise de réponse, le président du l’organisation patronale, Pierre Gattaz a redit son souhait que la négociation sur la modernisation du dialogue social débouche sur un texte, mais pas à n’importe quelle condition : "je suis personnellement déterminé à réussir cette négociation car elle est fondamentale pour le pays, fondamentale pour l’avenir", a précisé le président du Medef.

Toutefois, il a nettement tracé les deux lignes rouges qu’il ne souhaite pas voir dépasser par les comités paritaires régionaux (CPR), l’instance prévue pour représenter les salariés des entreprises comptant moins de 11 salariés. "Les CPR ne devront pas faire d’ingérence dans les TPE", a indiqué Pierre Gattaz, avant de fixer sa seconde demande : le nouveau dispositif ne devra pas produire "ni coût ni contrainte supplémentaires pour les TPE". Il a même précisé que selon lui "les CPR devraient intervenir en support, en soutien des salariés et des employeurs qui seraient confrontés à un problème."

Pierre Gattaz a tenu à rappeler que lors de la dernière séance de négociation "on n’était pas très loin d’un accord dans la nuit de vendredi à samedi". Pour le Medef, la modernisation du dialogue social doit avoir pour objectif de simplifier. Or "c’est compliqué de simplifier", a-t-il estimé, ajoutant que "le dialogue social doit s’améliorer pour être plus direct et plus efficient. Les centaines d’heures de délégation nous ruinent." Il a également rappelé que les deux tiers des 4,5 millions de salariés travaillant dans des entreprises de moins de 11 salairés sont couverts par des commissions paritaires, comme celle que l’accord voudrait généraliser. "Cela existe, cela fonctionne, il n’y a pas eu de dérives majeures" estime-t-il.

Les prérogatives des CHSCT maintenues

Quant à la création d’un conseil d’entreprise qui fusionnerait plusieurs instances existantes (dont le CHSCT qui, de fait, disparaîtrait), Pierre Gattaz s’est voulu rassurant : "il n’est pas question de supprimer les prérogatives du CHSCT. Elles seront maintenues dans le cadre du conseil d’entreprise. Il s’agit de remplacer quatre instances par une seule. Il n’est pas question de baisser la garde sur la santé et la sécurité des salariés."

Le président du Medef a tenu a rappelé que le sort des TPE et des PME était essentiel pour lui. C’est même la deuxième des cinq priorités qu’il avait présentées au début de sa conférence de presse mensuelle. Une pique à destination de la CGPME à laquelle le Medef s’était joint en décembre dernier à Lyon pour dénoncer notamment le texte sur la pénibilité. Un des enjeux de 2015 pour les partenaires sociaux est la mise en œuvre de la représentativité patronale. Alors que la CGPME est en train de changer de président (l’élection a lieu mercredi 21 janvier) le Medef entend rappeler qu’il représente les PME et les TPE. Ces dernières devraient moins bénéficier que les grands groupes de "l’alignement d’étoiles intéressant" évoqué par un Pierre Gattaz poète pour évoquer les effets conjugués de la baisse de l’euro, du prix de l’énergie, des taux d’intérêt bas et des premiers effets du pacte de responsabilité.

"On se rassemble sur l’essentiel. On partage 95% des idées de la CGPME", a ajouté Pierre Gattaz, reconnaissant qu’il y avait "de la nervosité" entre les deux organisations, liée au processus de mesure de la représentativité. Face à une CGPME qui pourrait être tentée de prendre la position de la confédération qui dit non, Pierre Gattaz et le Medef ont esquissé un mouvement, se plaçant comme le syndicat qui négocie, l’organisation patronale qui joue le jeu du dialogue social. D’ailleurs, interrogé sur les conséquences d’un non-accord sur la modernisation du dialogue social, Pierre Gattaz a clairement indiqué que ni un texte de loi qui se substituerait aux partenaires sociaux, ni un statu-quo ne le satisferait. Il faut changer, mais en dialoguant, en négociant.

Christophe Bys

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Social

Vers un peu de plus de reconnaissance du burn-out en maladie professionnelle

Social

Jean Pelin (UIC) : "Pour la pénibilité, le problème de la polyvalence demeure entier"

Social

Alexandre Saubot (UIMM) : "Le compte pénibilité, même retouché, fait courir un risque à l’industrie"

Social

Le compte pénibilité simplifié et reporté de six mois

Social

"Qui pense une seconde que la loi Rebsamen va créer de l’emploi ?" lance François Asselin, président de la CGPME 

Social

Le projet de loi Rebsamen donne plus de pouvoir aux commissions paritaires régionales

Social

Alcatel-Lucent, Alstom ou encore Valeo devront ouvrir leurs conseils d’administration aux salariés

Social

L’égalité hommes-femmes affaiblie par la loi sur le dialogue social

Social

Projet de loi sur le dialogue social : comprendre le subtil compromis en 4 points

Social

Comment le gouvernement compte moderniser et simplifier le dialogue social

Social

Dialogue social : après l’échec de la négociation, le gouvernement récupère un dossier miné

Social

Trois questions à régler pour réformer le dialogue social dans les entreprises

Social

Dialogue social : Medef et UPA rapprochent leurs points de vue sur la représentation des salariés des TPE

Social

Dialogue social : représenter les salariés des TPE, c'est possible

Social

La délégation unique répond aux seuils sociaux

Social

Dialogue social : les trois points de blocage de la négociation entre patronat et syndicats

Social

Dialogue social : la CGT et le Medef avancent à petits pas

La matinale de l'industrie

Seuils sociaux : syndicats et patronat ne trouvent pas de terrain d'entente

Social

Lancement de la difficile modernisation du dialogue social

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Stagiaire - Inspecteur Equipements Sous Pression et TMD (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - Stage - Saint Genis Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

DATE DE REPONSE 17/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS