L'Usine Energie

Mersen en ordre de marche pour le milliard d’euros de chiffre d'affaires

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Le champion français du graphite et des fusibles Mersen résiste à la conjoncture difficile et persiste. Restructuré, en croissance sur ses marchés stratégiques et fort d’un large portefeuille d’innovations, le groupe réaffirme son objectif d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2018.

Mersen en ordre de marche pour le milliard d’euros de chiffre d'affaires © Arbeitgeberverband Gesamtmetall - Flickr - CC

La morosité de la chimie ne désespère pas Mersen. Ses résultats 2014, présentés le 11 mars, en ont certes pâti, avec des ventes en baisse de 1,5% à périmètre constant, à 731 millions d’euros (+2% hors chimie). "Mais nous avons réalisé une belle performance dans ce contexte en augmentant notre marge opérationnelle de 8,1 % à 8,2 %", se félicite Thomas Baumgartner. Le directeur administratif et financier du champion français du graphite et des fusibles chiffre à +0,4 point de marge l’effet de Transform. Ce plan de restructuration d’une ampleur inédite sera achevé cette année. Il a accéléré la réorganisation menée par le groupe depuis 2012.

L’essentiel des 30 millions de charges liées au plan Transform a été absorbé en 2014, réduisant le résultat net à 2,8 millions. Mersen avait plongé dans le rouge, à -29,2 millions de résultat net en 2013 sous l’effet de charges exceptionnelles de 55 millions d'euros liées principalement à des dépréciations.

C’est pourtant à ce moment, il y a un an, que Mersen avait annoncé son objectif futur : autour d’un milliard d’euros de chiffres d’affaires en 2018. Il persiste aujourd’hui, en ajoutant un objectif de marge opérationnelle de 12%, malgré des prévisions plutôt modestes pour 2015. Comment Mersen peut-il être aussi ambitieux ?

Bons niveaux de cash flow

Le groupe compte d’abord sur une amélioration de sa marge opérationnelle de 1,5 point dès 2016 grâce au plan Transform. En y ajoutant la maîtrise de son besoin en fonds de roulement qui permet de continuer à générer de bons niveaux de cash flow (79 millions avant éléments exceptionnels en 2014), Mersen est confiant dans sa capacité à absorber le creux d’activité de ses clients chimistes, qui "ne devrait pas se prolonger trop longtemps", estime Luc Themelin, président du directoire.

Le dirigeant est impatient de voir jouer "l’effet de levier que provoquera une reprise des volumes" dans son pôle matériaux (38% de ses ventes) qui tourne en sous-régime, avec une marge de 6,5% contre 12,3% pour le pôle électrique.

Surtout, Mersen compte tirer profit de l’accent mis ces dernières années sur l’énergie. Et d’abord sur le solaire. Après avoir fait s’envoler les ventes du groupe à 815 millions en 2011, le photovoltaïque, qui comptait alors pour 110 millions de chiffre d’affaires, s’était effondré. Il reprend cette année avec une croissance de 26% "dans un contexte beaucoup plus sain, se félicite Luc Themelin. Le marché est bien établi, mieux réparti dans le monde. Cette énergie est devenue compétitive et la filière s’est structurée."

Transformer l’aventure dans le solaire en succès pérenne

Présent sur toute la chaîne de valeur, des unités de synthèse de l’acide chlorhydrique et des réacteurs en graphite utilisés pour produire le polysilicium aux équipements électriques des parcs solaires en passant par les fours en graphite qui produisent les cellules, Mersen espère transformer son aventure dans le solaire en succès pérenne.

L’éolien, en croissance de 17%, est aussi prometteur avec notamment un marché mondial de la rechange appelé à croître toujours plus. Le groupe compte, par ailleurs, sur son troisième pilier dans l’énergie, l’électronique de puissance, attendu en croissance annuelle de plus de 6% sur le long terme. La conversion de l’énergie est au cœur des énergies renouvelables, du transport d’électricité à haute tension en courant continu, de la mobilité électrique… Autant de tendances fortes que regarde Mersen au-delà de la conjoncture de la chimie.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte