L'Usine Santé

MedDay lève 34 millions d’euros pour lancer ses essais cliniques aux Etats-Unis

Arnaud Dumas , ,

Publié le

La biotech va bientôt pouvoir lancer la commercialisation de son traitement contre la sclérose en plaque. Elle a réussi à valider la dernière phase d’études cliniques en France. Cette deuxième augmentation de capital va désormais lui permettre de lancer une plus grande phase d’essais aux Etats-Unis.

 

Elle avance vite. MedDay avait levé 8 millions d’euros il y a seulement trois ans auprès de Sofinnova Partners et d’Innobio, le fonds géré par Bpifrance et abondé par de grands groupes pharmaceutiques. La biotech vient de réaliser un deuxième tour de table mené par Edmond de Rothschild investment partners, avec le fonds Large Venture de Bpifrance et les deux investisseurs historiques. Elle lève cette fois 34 millions d’euros, avec l’objectif de s’étendre vers les Etats-Unis.

Les premiers résultats obtenus par MedDay ont réussi à convaincre les fonds de capital-risque. La jeune société, créée 2011 en par Frédéric Sedel et Guillaume Brion, développe une plate-forme de recherche à partir du liquide céphalo-rachidien permettant de découvrir de nouveaux traitements pour les maladies neurologiques. La première levée de fonds a permis de mener les études cliniques de phase III pour son premier traitement contre la sclérose en plaque progressive.

MedDay en chiffres
Chiffre d’affaires : NC
Effectif : 23 personnes
Montant de la levée de fonds : 34 millions d’euros
Investisseurs : Edmond de Rotschild investment partners, Bpifrance Large Venture, Sofinnova Partners, Innobio
Secteur : biotechnologie

Inverser la progression de la maladie

"L’étude a confirmé les résultats obtenus lors de la phase pilote, avec pourtant un critère de réussite très sévère puisqu’il fallait démontrer que l’on inversait la progression de la maladie", se réjouit Frédéric Sedel, directeur général et cofondateur de MedDay. Ces études ont été réalisées en plusieurs fois sur 250 patients français.

MedDay prévoit de soumettre une demande d’autorisation de mise sur le marché en Europe pour lancer la commercialisation de son premier traitement. Elle a déjà obtenu des autorisations temporaires d’utilisation dans certains pays européens comme la France ou la Suède.

Mais c’est maintenant vers les Etats-Unis que la jeune biotech se tourne. La levée de fonds va lui permettre de lancer une étude clinique plus large sur 500 patients américains. "Tous les centres médicaux qui traitent la sclérose en plaque seront impliqués dans l’étude", assure Frédéric Sedel.

MedDay va devoir étoffer ses équipes aussi bien en France qu’aux Etats-Unis, où la jeune pousse française va installer une filiale. "Nous sommes passés de cinq personnes à presque 25 en un an, et nous devrions encore doubler l’effectif cette année", souligne le dirigeant.

Plusieurs traitements en développement

Son chiffre d’affaires devrait déjà atteindre plusieurs millions d’euros cette année avec les autorisations temporaires. Mais le potentiel est plus vaste. Le traitement contre la sclérose en plaque est un premier pas, MedDay travaille déjà sur des traitements contre l’autisme et la maladie d’Alzheimer. "Il y a un programme déjà très avancé et d’autres qui suivent, en plus de la plate-forme technologique, souligne Rafaèle Tordjman, associée chez Sofinnova Partners. Cela permet de constituer une vraie société, avec un pipeline de produit, et c’est ce qui nous intéresse."

Pour l’avenir ? La biotech pourrait continuer à développer ses traitements soit de manière autonome, en prévoyant une introduction en Bourse, soit en s’adossant à un groupe pharmaceutique. "Les deux solutions sont ouvertes, reprend Rafaèle Tordjman. Nous faisons bien attention au financement pour que la société puisse contrôler son destin le plus longtemps possible. Rien n’est plus cher que ce qui n’est pas à vendre !"

Arnaud Dumas

L’argument convaincant
La plate-forme de recherche technologique développée en partenariat avec le CEA permet à MedDay de développer ses médicaments plus vite. Un espoir de retour sur investissement rapide pour les actionnaires.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte