Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : quelles prévisions de croissance pour 2015 ?

, ,

Publié le

L'année qui débute devrait être marquée par une reprise de la croissance au Maroc autour de 4%. En 2014, le taux de croissance qui avoisinera 2,6% a été l'un des plus mauvais enregistrés par le royaume depuis une décennie. L'Usine Nouvelle passe en revue les principales prévisions.

Maroc : quelles prévisions de croissance pour 2015 ?
Le chef du Gouvernement Abdelilah Benkirane table sur un rebond de la croissance pour cette année électorale
© ambafrance.ma

Ça repart. La progression du PIB marocain en 2015 devrait être meilleure que celle de l'année écoulée. En 2014, avec un taux de croissance inférieur à 3% et sans doute proche de 2,6%, le Maroc a connu un fort ralentissement de son économie (4,4% en 2013), lié pour une bonne partie à une mauvaise année agricole mais aussi à la médiocre santé de l'Europe, principal partenaire du royaume ou encore à l'atonie du secteur du BTP.

Cette année, le royaume va connaître des conditions plus favorables, selon toutes les sources de prévisions (voir tableau ci-dessous). La bonne pluviométrie de l'automne permet d’anticiper une campagne agricole 2014-2015 meilleure qu’en 2013-2014. A cela s'ajoute une petite reprise en Europe qui devrait doper les exportations marocaines et le tourisme.

La banque centrale, Bank al-Maghrib a, par ailleurs, baissé son principal taux directeur à deux reprises à l'automne pour stimuler le crédit et l'activité. A 2,5%, ce taux directeur est désormais à son plus bas historique. En fin d'année, les principales banques du royaume se sont accordées avec Bank al-Maghrib pour répercuter à leur niveau cet assouplissement du crédit.

Au troisième trimestre 2014, l'économie du Maroc a connu une croissance de 2,9% en glissement contre 2,3% au deuxième trimestre, selon les derniers chiffres du Haut commissariat au plan (HCP), instance publique mais indépendante du gouvernement. Le secteur secondaire a été le plus dynamique sur ce troisième trimestre qui a connu une hausse des activités non agricoles de 3,7% et une baisse de l’activité agricole de 1,6%.

Pour rappel, la Loi de finances 2015 du gouvernement d'Abdelilah Benkirane adoptée par le Parlement dans les derniers jours de décembre prévoit un taux de croissance de 4,4%, une inflation de 1,2%, un déficit budgétaire de 4,3%, un déficit de la balance des paiements de 6,7%. Pour établir ses prévisions, le gouvernement s’est basé notamment sur un prix du baril de pétrole de 103 dollars, une prévision désormais dépassée.

Alors que le Maroc importe la quasi totalité de ses besoins en hydrocarbures, la plongée spectaculaire du prix du baril qui avoisine désormais 50 dollars devrait avoir un effet bénéfique sur l'activité et les comptes publics. Le gouvernement a mis fin ce 1er janvier au coûteux système de "compensation" (subventions aux prix de détail) aux carburants liquides. Mais cette baisse des subventions sera rendu indolore au niveau des consommateurs par la baisse du prix mondial des produits pétroliers.

Si elle se poursuit en 2015, la chute du prix des carburants aura donc un effet positif sur les comptes publics (la compensation comptait pour environ 3% du PIB en 2014), le commerce extérieur, très lourdement déficitaire, du royaume et la consommation des ménages, alors que les prix des carburants ont une nouvelle fois baissé ce 1er janvier.

Ce phénomène n'ayant pas encore été pris en compte par les conjoncturistes, les prochaines prévisions notamment celle du HCP, le plus pessimiste pour 2015 mais souvent le plus proche de la réalité, seront donc à suivre avec attention. Pour le gouvernement mené par le parti islamiste modéré PJD au premier chef, car cette année doit être marquée par des élections communales en juin et régionales à l'automne. Avant les législatives de 2016.

Nasser Djama et Pierre-Olivier Rouaud

 

 

L'environnement de l'économie marocaine en 2015

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle