Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : légère accélération de la croissance à 2,9% au troisième trimestre 2014, selon le HCP

, ,

Publié le , mis à jour le

L'économie du Maroc a connu une croissance de 2,9% en glissement au troisième trimestre 2014, selon le Haut commissariat au plan alors qu'au deuxième trimestre, la croissance était estimée à 2,3%. Le secteur secondaire, dont l'industrie, a été le plus dynamique sur ce troisième trimestre. Mais l'investissement public et privé, rapporté au PIB, recule.

Maroc : légère accélération de la croissance à 2,9% au troisième trimestre 2014, selon le HCP
Au Maroc, l'industrie a progressé de 3% au troisième trimestre 2014 contre un recul de 0,7% il y a un an

Au Maroc « le Produit Intérieur Brut (PIB) en volume s’est accru de 2,9% durant le troisième trimestre 2014, au lieu de 4,1% une année auparavant », selon une note du HCP publiée le 31 décembre. Le rythme trimestriel de croissance progresse légèrement car pour rappel, au deuxième trimestre 2014 la croissance de l’économie marocaine se situait à 2,3% (au lieu de 5% durant la même période de l’année 2013).

Sur le troisième trimestre, le PIB aux prix courants a progressé de  3,4%, dégageant ainsi un niveau général des prix en hausse de 0,5%.

« Cette évolution est le résultat d’une hausse des activités non agricoles de 3,7% et de la baisse de l’activité agricole de 1,6%. La croissance économique continue d’être tirée par la demande intérieure, avec cependant un ralentissement du rythme d’augmentation, aussi bien de la consommation finale nationale que de l’investissement », note cette institution publique mais indépendante du gouvernement. Pour mémoire, de même source la croissance du PIB au deuxième trimestre 2014 s’élevait à 2,3% (contre 5% à la même période de 2013).
l'industrie progresse de 3%

Sur ce troisième trimestre 2014, slon le HCP, la valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré un fléchissement de 1,3% en volume , au lieu de la forte croissance de 18,4% en 2013. Cette évolution s’explique par une baisse de l’activité de l’agriculture de 1,6% au lieu d’une hausse de 18,7% un an auparavant et par une augmentation de celle de la pêche de 3,5% au lieu de 14,5%.

La valeur ajoutée du  secteur secondaire a, elle, réalisé une augmentation de 4,7% au lieu de 0,1% durant le troisième trimestre de l’année précédente (voir détail en encadré).

La croissance globale du secteur secondaire de 4,7% au troisième trimestre 2014 résulte, selon le HCP de l’accroissement des valeurs ajoutées des activités :
> de l'industrie d’extraction de 20,6% au lieu d’une baisse 2,9%;
> des industries de transformation de 3% au lieu d’une baisse 0,7%;
> de l’électricité et eau de 2,1% au lieu 1,7%;
> du BTP de 0,5% au lieu de 3,8%
Le secteur tertiaire, de son côté, a affiché une croissance de 3,2% au lieu de 2,1% le même trimestre de l’année 2013. Toutes les composantes du secteur ont  dégagé des croissances positives, indique la note.

MOINDRE PROGRESSION DE LA CONSOMMATIOn des menages 

Selon le HCP,  la demande intérieure de l’économie marocaine s’est accrue de 2,1% au troisième trimestre 2014 au lieu de 3,3% la même période de l’année 2013, portant sa contribution à la croissance à 2,4 points au lieu de 4,6 points. Dans ce cadre, les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 2,1% au lieu de 3,2%, contribuant de 1,3 point à la croissance au lieu de 2 points.

La consommation finale des administrations publiques a enregistré une hausse de 2,9% au lieu de 3,4%, avec une contribution à la croissance de 0,6 point au lieu de 0,7 point. Les échanges extérieurs ont connu une amélioration au troisième trimestre 2014 et la demande extérieure a ainsi amélioré sa contribution à la croissance, passant à 0,5 point au lieu d’une contribution négative de 0,5 point le même trimestre de 2013.

De son côté, l’investissement brut (formation brute de capital fixe et variations de stocks) a connu une hausse de 1,6% au lieu de 3,5% la même période de l’année 2013, avec une contribution à la croissance de 0,5 point au lieu de 1,9 point. Le niveau de cet investissement brut a représenté 30,7% du PIB au lieu de 34,1% la même période de l’année 2013

,

Pour rappel dans ses prévisions annuelles sur 2015, le HCP table sur 3,7% de croissance cette année. Le gouvernement d’Abdelilah Benkirane a, lui, établi sa loi de finances 2015 votée par le Parlement les derniers jours de décembre sur une croissance de 4,4% . Dans les deux cas, ces prévisions pour l'année qui s'ouvre sont en nette hausse sur le niveau de croissance de 2014 qui devrait se situer seulement autour de 2,5% du fait d'une année agricole médiocre et de la morosité de l'économie européenne, partenaire principal du royaume.

 

 

(nb : cet article a été précédemment par erreur titré à 2,7% de croissance et non 2,9% qui est effectivement le bon chiffre)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle