Technos et Innovations

[Made in France] Le premier yacht à hydrogène au monde sort des Chantiers de la Ciotat

Roman Epitropakis , , , ,

Publié le

Made in France La France dispose d’entrepreneurs friands de développer l’hydrogène, à l’instar de Chloé Zaied qui a donné naissance au premier yacht à hydrogène au monde. Novice de cette technologie il y a trois ans, elle a misé sur la mise en réseau des bons acteurs pour concrétiser son yacht, fraichement sorti des Chantiers de la Ciotat.

Le français Hynova construit le premier yacht à hydrogène au monde
Le yacht d'Hynova résulte d'un partenariat avec Energy Observer Development.

Des Chantiers Navals de la Ciotat (Bouches-du-Rhones) vient de sortir le premier yacht à hydrogène. C'est l’achèvement du projet de Chloé Zaied, fondatrice de la start-up Hynova en février 2020. Pour concrétiser son projet, elle s’est associée au cabinet d’ingénierie Energy Observer Development qui s’est lui-même appuyé sur la pile à combustible de Toyota – le module T que l’on retrouve dans la Toyota Mirai – en l’adaptant aux conditions humides ainsi qu’aux cahotements du navire.

Le succès de partenariats

Lorsqu’elle se lance dans son projet du yacht il y a trois, Chloé Zaied, n’est pas une experte de l’hydrogène. Aujourd'hui marin et capitaine de bâteau, Chloé est issue d'une entreprise familiale de location de bateaux. Son atout résidera dans sa capacité à fédérer les bons acteurs et à s’afficher comme l’opportunité pour Energy Observer Development d’appliquer leur technologie prête pour des projets à grande échelle.

Le yacht est équipé d’une pile à combustible d’une puissance de 80 kW et de trois batteries de 44kW, l'idée pour Chloé Zaied étant d’atteindre une vitesse proche des performances des moteurs thermiques ; soit 25 nœuds (47 km/h) pour un bateau de 12,5 m. A haute vitesse, celui-ci peut effectuer 90 miles nautiques (soit 150 km) en utilisant pleinement l’énergie de la pile et des batteries, tandis qu’à vitesse basse – inférieure à 6 nœuds – la pile devient en mesure de faire avancer le bateau tout en rechargeant les batteries en l’espace d’une heure et demie.

Bien que 95% de l’hydrogène produit en France soit "gris" (c'est-à-dire produit à partir d'hydrocarbures), Chloé Zaied souhaite alimenter son yacht uniquement à partir d’hydrogène vert, issu d’énergies renouvelables.

Commercialisation dès 2021

Le yacht à hydrogène d’Hynova servira de démonstrateur jusqu’au printemps 2021, date à laquelle il sera vendu au terme d’un run show. Avec un prix (non-dévoilé) estimé 30% plus cher qu’un yacht thermique de même envergure, trois clients se sont déjà montrés intéressés, selon sa fondatrice.

Soutenue par la métropole de Marseille, qui a intégré l’entreprise à l’accélérateur M, Hynova projette de commencer à produire 10 bateaux par an, et compte 6 à 8 mois pour leur réalisation. Elle escompte un chiffre d’affaire de 5 millions d’euros pour l’année 2021. Concentré sur le marché français, l’entreprise observe néanmoins des opportunités avec la clientèle du Moyen-Orient, d’Asie et de Russie.

Désormais, Chloé Zaied poursuit cette stratégie de mise en réseau, notamment entre les pouvoirs publics et ses entreprises sous-traitants pour ses prochains projets : constituer une logistique de recharge en hydrogène (vert) soit via la livraison en camion (eux-mêmes fonctionnant en bio-carburant) soit via des barges flottantes avec leurs stocks d’hydrogène.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte