[Made in France] Kejako corrige la presbytie grâce au laser

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Made in France] Kejako corrige la presbytie grâce au laser

À partir de 45 ans, la presbytie commence à affaiblir la vue. Le cristallin perd de sa souplesse en vieillissant, rendant difficile la focalisation de la vision. Les solutions pour pallier cette déficience sont le port de lunettes ou la chirurgie. David Enfrun et Gilles Bos, les fondateurs de Kejako, ont imaginé une alternative : « Nous utilisons un laser femtoseconde avec un faisceau infrarouge pour désagglomérer la matière et redonner son élasticité au cristallin sans incision de la cornée. Nous le rajeunissons », détaille David Enfrun.

L’idée est de traiter l’origine du problème plutôt que de le corriger, pour redonner une vision normale au patient pendant plusieurs années. « Les simulations et essais en cours montrent que l’on peut déjà traiter pendant trois ans la presbytie. Mais on veut apporter un maximum d’efficacité », poursuit le dirigeant. Avant d’aboutir à cette solution, les deux ingénieurs ont créé un modèle numérique des différentes parties de l’œil, incluant le cristallin, mais aussi son système de ligaments, la rétine, le vitré ou encore la cornée. « Nous avons fait une représentation exacte de l’œil des patients, paramétrable en jumeau numérique de chaque œil », précise David Enfrun.

Cet outil de simulation multiphysique intègre à la fois les fonctions mécaniques, fluidiques et optiques de l’œil. « Nous pouvons simuler l’accommodation visuelle, la capacité de l’œil à s’adapter, son vieillissement, mais également simuler les solutions que l’on veut évaluer. » Avec cet outil, la start-up planifie la procédure adaptée à chaque patient grâce à sa représentation numérique et dimensionne le traitement avant d’envoyer au laser le programme correspondant. « La simulation permet de diminuer la zone et le volume à traiter dans le cristallin et de garantir une performance minimale pour chacun en fonction de sa situation. » Alors que David Enfrun espère lancer la commercialisation de Kejako en 2024, il rappelle que la start-up vient de lancer une levée de fonds de 2,5 millions d’euros qui devrait aboutir avant l’été.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS