[Made in France] DNA Script fabrique une imprimante 3D moléculaire

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Made in France] DNA Script fabrique une imprimante 3D moléculaire

DNA Script est à l’origine d’une technologie de synthèse enzymatique intégrée dans une sorte d’imprimante moléculaire, baptisée Syntax. Elle est capable d’élaborer une séquence ADN personnalisée grâce à des cartouches contenant des enzymes naturelles en seulement quelques heures, soit beaucoup plus rapidement que les méthodes classiques.

« Le système Syntax s’inspire de l’industrie du séquençage, où la mise à disposition d’instruments de séquençage directement dans les laboratoires a eu un impact décisif sur la recherche en génomique et en médecine personnalisée », explique Thomas Ybert, le président et cofondateur de DNA Script. L’idée derrière cette imprimante à ADN est donc de permettre aux chercheurs d’écrire de l’ADN aussi facilement qu’ils peuvent le lire.

La biotech française, fondée en 2014, connaît une ascension fulgurante, avec 126 millions d’euros levés depuis 2017. Elle enchaîne aussi les contrats. Elle a été choisie en mars par GE Research pour développer une plate-forme mobile dédiée à la fabrication rapide de vaccins et thérapies à base d’acides nucléiques pour protéger les populations et les forces armées contre des attaques biologiques et les maladies infectieuses. Un contrat à 9,35 millions de dollars. « Lorsqu’il s’agit de réagir face à une pandémie ou d’éviter l’émergence de variants plus dangereux d’une maladie infectieuse existante, il est essentiel de pouvoir fabriquer en quelques jours de petits lots de vaccins prêts à l’emploi », déclare Thomas Ybert.

A LIRE AUSSI

Il s’agit du deuxième contrat remporté par DNA Script en seulement quelques mois. Fin janvier dernier, la biotech a été mandatée par l’Agence de l’innovation de défense du ministère des Armées pour développer « un prototype de laboratoire » pour la détection et le diagnostic rapides d’agents pathogènes en lien avec la pandémie de Covid-19. Parallèlement à ces projets, la jeune pousse travaille sur le développement d’une solution portable de stockage et de lecture de données dans l’ADN au sein du Molecular encoding consortium, aux côtés du Broad Institute et de l’université de Harvard.

A LIRE AUSSI

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS