[Made in France] Azmed soulage les radiologues

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Made in France] Azmed soulage les radiologues

Le nombre de radiologues chute à mesure que les besoins en analyse d’image explosent. C’est pour répondre à cette problématique que la start-up AZmed a développé un logiciel de détection et de localisation des fractures osseuses. Baptisé Rayvolve, il est actuellement utilisé dans plus 50 centres d’imagerie médicale en France.

« Nous voulions concevoir un outil pour aider les radiologues sans qu’ils ne le voient réellement », explique Alexandre Attia, son cofondateur et directeur technique. Ce data scientist de formation s’est associé à Elie Zerbib-Attal, médecin interne et Julien Vidal, spécialiste financier, pour créer AZmed en 2018 à Paris. Leur objectif : optimiser le flux de travail des radiologues grâce à l’intelligence artificielle.

Le fonctionnement de Rayvolve est le suivant : le radiologue fait passer un examen à son patient suspecté d’avoir une fracture osseuse, l’image médicale est analysée par le logiciel qui va indiquer la présence et l’endroit de la lésion. Rayvolve s’intègre directement aux outils utilisés par les radiologues. « Pour établir son diagnostic, le praticien peut se reposer sur l’information clinique, l’image médicale et la prédiction de l’IA », indique Alexandre Attia.Pour limiter le nombre de faux positifs, les images médicales utilisées pour l’entraînement du modèle sont annotées par plusieurs médecins. Il est par ailleurs continuellement alimenté par de nouvelles données anonymisées provenant des différents centres d’imagerie partenaires.

Après avoir levé 1,2 million d’euros en 2019, AZmed veut exporter sa solution dans d’autres pays européens. La start-up a déjà signé près d’une centaine de partenariats et a officialisé en septembre la signature d’un contrat avec Wellbeing Software, principal fournisseur d’équipements du National Health Service (NHS), le système de santé publique du Royaume-Uni. Parallèlement, elle continue de développer des systèmes d’apprentissage automatique « pour des pathologies souvent présentes aux urgences ».

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS