Louis Schweitzer milite pour un troisième Programme d'investissements d’avenir

Le Commissaire général à l'investissement espère engager l’ensemble des fonds qui lui ont été confié d’ici deux ans maximum. Il appelle à recharger l’enveloppe pour ne pas sacrifier l’avenir alors que la rigueur budgétaire va s’imposer dans la durée, laissant entendre sa volonté de voir mis en place un troisième Programme d'investissements d'avenir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Louis Schweitzer milite pour un troisième Programme d'investissements d’avenir

"Dans cette période d’austérité budgétaire, nous avons sanctuarisé les investissements", a déclaré, satisfait Louis Schweitzer, Commissaire général à l'investissement, le 5 novembre, à l’occasion des Assises de l’industrie organisées par L’Usine Nouvelle. Cette stratégie de rigueur étant amenée selon lui à se poursuivre dans les prochaines années, le grand patron des investissements en France pense qu’il "ne serait pas déraisonnable qu’il y ait un Programme d’investissements d’avenir 3 après le Programme d’investissements d’avenir 2". Une deuxième tranche de 12 milliards d’euros avait en effet été débloquée à l’automne 2013 pour ce dispositif imaginé et lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy en 2010 avec un PIA premier du nom doté de 35 milliards d'euros. Un exemple plutôt rare de continuité de politique publique.

Encore 15 milliards à engager

Aujourd’hui, sur cette enveloppe globale de 47 milliards d’euros, 32 milliards ont été engagés et 9 milliards décaissés. En priorité sur la modernisation des Universités mais aussi sur des projets industriels ou la modernisation des industries existantes. Quand devrait intervenir cette nouvelle recharge des investissements d’Avenir ? "La question se posera d’ici un ou deux ans, selon Louis Schweitzer, car il reste 15 milliards à engager sur l’enveloppe existante."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les secteurs visés sont entre autres la transition énergétique, les biotechnologies, la robotique et le numérique. Mais pour Louis Schweitzer "ce n’est pas tant le secteur qui est important que l’excellence des projets". L’ancien patron de Renault s’est également exprimé sur le plan d’investissement européen de 300 milliards qui est au cœur du plan stratégique de la nouvelle commission Juncker. Il estime qu’il est "urgent d’injecter ces investissements pour des raisons macro-économiques" mais qu’il ne faut pas tenter de les gérer pour la France via le PIA. "Le PIA est une mécanique qui fonctionne bien mais que je trouve un peu lourde. Mon expérience des procédures européennes, hélas, c’est que la simplicité et la vitesse ne sont pas toujours au rendez-vous, je ne voudrais pas que le PIA soit ralenti", ajoute-t-il.

L'Europe devrait s'inspirer de la France

Depuis qu’il est arrivé à la tête du Commissariat général à l'investissement, Louis Schweitzer a mis la pression sur les opérateurs pour accélérer les procédures et réduire le temps entre la présentation des projets et le décaissement des financements. C’est ce qui a été fait en particulier avec l’Ademe. Il trouve que "le mécanisme d’articulation du PIA avec une petite structure de pilotage (30 personnes) mais qui utilise les grandes structures existantes des opérateurs nationaux est une bonne idée. L’Europe pourrait peut-être sans doute s’en inspirer". Le mauvais élève de la croissance européenne a peut-être finalement une courbe d’expérience à proposer à ses partenaires en la matière.

Anne-Sophie Bellaiche

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS