Loi Macron : "cela démontre qu’il faut maintenant construire des majorités d’idées", selon le président du Medef Rhône-Alpes

Bernard Gaud est président du Medef Rhône-Alpes et PDG de la société de salaisons Garcin à Corbas. Suite au passage en force de la loi Macron, il constate que la majorité n’a pas fait l’aggiornamento social-libéral décidé par le président de la République mais considère que sa mise en œuvre sera une bonne nouvelle pour les entrepreneurs.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Loi Macron :

L’Usine Nouvelle - Quelle est votre réaction suite à la décision du gouvernement de passer la loi Macron, sans vote, en activant l’article 49-3 de la Constitution ?

Bernard Gaud - Cette affaire démontre qu’il existe une tension énorme au sein de la majorité entre ceux qui ont accepté le virage social-libéral donné par François Hollande et ceux qui le rejettent. On est en train de voir un vrai clivage entre socialistes-marxistes et socialistes-démocrates.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La droite aussi s’apprêtait à rejeter massivement le texte ?

C’est vrai. Et s’il est illusoire d’appeler à un gouvernement national, je considère que l’Etat du pays est tel que l’on ne peut s’en sortir qu’en construisant des majorités d’idées qui se positionnent sur des dossiers précis.

La loi Macron était-elle trop large pour susciter une majorité d’idées ?

C’est vrai que cette loi était devenue un peu fourre-tout mais elle a l’énorme avantage d’être un signal de réforme. Or il y a une majorité de parlementaires pour la refuser.

Vote ou 49.3 la loi va passer, est-ce une bonne nouvelle pour les entreprises ?

Sur ce qu’elle signifie, sur la vision de l’économie c’est une bonne nouvelle. Après nous n’étions pas d’accord avec tout, chaque profession regarde de près les choses et n’est pas d’accord avec tout. Ainsi pour mes collègues de la distribution, derrière l’ouverture des 12 dimanche se cache une interdiction générale d’ouvrir après 21h30. Mais je le répète c’est un signal positif et sur les sujets sociaux cela allait plutôt dans le bon sens.

Propos recueillis par Anne-Sophie Bellaiche

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS