Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Linky, numérique, politique de santé...Que dit le bilan annuel de la Cour des Comptes ?

Arnaud Dumas , , , ,

Publié le

La Cour des comptes distribue les bons points et les coups de griffes sur la politique de l’Etat. Dans son rapport annuel 2017, elle souligne notamment que les compteurs Linky ne profitent pas assez aux consommateurs, que l’Etat ne se numérise pas assez vite, ou encore que la politique de vaccination doit être mieux organisée. 

Linky, numérique, politique de santé...Que dit le bilan annuel de la Cour des Comptes ?

La Cour des Comptes a dévoilé son rapport annuel sur l’état des politiques publiques. Des compteurs Linky au plan de rénovation des campus de 5 milliards d’euros, en passant par la vaccination, elle passe en revue de nombreux secteurs intéressant les industriels.

A qui profite Linky ?

La rénovation des compteurs électriques était nécessaire pour la Cour des Comptes. Mais elle craint une certaine asymétrie entre les bénéficiaires des compteurs Linky. Pour Enedis, l’opérateur chargé d’installer les compteurs chez les consommateurs, pas de doute : L’intérêt de pouvoir relever les niveaux de consommation à distanceest réel. Enedis devrait même réaliser une marge de 500 millions d’euros sur le préfinancement de l’opération.

Pour le consommateur, l’avantage du compteur Linky est plus flou. C’est pourtant lui qui, au final, supportera les 5,7 milliards d’euros d’investissements nécessaires pour déployer le compteur. Linky doit lui permettre de mieux connaître sa consommation électrique pour pouvoir l’optimiser. Pourtant, selon la Cour, Enedis ne fournit aux consommateurs la possibilité de recourir à toutes les fonctionnalités de son compteur. Elle préconise que des moyens pour connaître la consommation détaillée soient mis à disposition (écrans déportés ou applications mobiles, par exemple).

Accélérer la digitalisation de l’Etat

Il s’agit d’un axe stratégique pour l’organisation de l’Etat. Les Sages insistent sur la nécessité de renforcer la digitalisation de l’administration, entamée en 2011 avec la création de la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat.

Le bilan, six ans plus tard, est contrasté. La Cour préconise d’amplifier la stratégie numérique de l’Etat, notamment en formant plus les agents, mais aussi en créant une ligne budgétaire dédiée pour renforcer les investissements. Elle suggère également de recruter des experts du numérique et de la cybersécurité, en leur fournissant un environnement de travail plus attractif.

Améliorer l’incitation à la vaccination

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 a porté le nombre de vaccins obligatoires de 3 à 11 pour les nouveaux nés. C’est un pas dans le bon sens, vers plus de clarté, selon la Cour des Comptes. Mais du chemin reste à faire. L’institution de la rue Cambon insiste sur la nécessité de mieux expliquer l’importance de la vaccination, pour contrer le mouvement de scepticisme contre les vaccins.

La Cour des comptes demande à l’Etat de généraliser les carnets de vaccination électroniques et de permettre aux professionnels de la santé autres que les médecins de vacciner. Elle suggère par ailleurs de confier à la Haute autorité de santé une mission de community management. La Haute autorité pourrait développer sa présence sur les réseaux sociaux, où se propage le sentiment anti-vaccin, pour apporter plus d’information.

L’opération campus en retard

Elle avait été lancée en 2007 par le gouvernement de François Fillon. Un grand plan d’investissement de 5 milliards d’euros devait permettre de rénover une vingtaine de campus universitaires français. Dix ans plus tard, le compte n’y est pas, selon la Cour des comptes.

Seules un quart des opérations immobilières lancées ont ainsi été livrées en 2017, alors que le plan initial prévoyait la fin de l’opération justement en 2017. La faute en revient aux universités, mal préparées, mais aussi aux choix de l’Etat. L’obligation initiale de recourir à des partenariats publics-privés n’a pas pu être mise en œuvre et a fait prendre du retard aux opérations. Au final, plutôt que 2017, c’est en 2023 que la rénovation des campus devrait s’achever…

La Cour préconise d’améliorer la gouvernance de ce plan. Elle suggère notamment d’étendre au niveau national les compétences de l’Etablissement public d’aménagement universitaire d’Ile-de-France, qui semble avoir fait ses preuves. Elle insiste également sur la nécessité d’améliorer la stratégie patrimoniale des universités, pour que les améliorations réalisées perdurent dans le temps.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus