Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les véhicules hybrides rechargeables, stars du Salon de Shanghai 2015

, , , ,

Publié le

La technologie hybride, qui associe un moteur thermique à un moteur électrique et à une batterie, semble être la solution aux problèmes de pollution comme à la réglementation drastique qu'impose de plus en plus les grandes villes chinoises.

Les véhicules hybrides rechargeables, stars du Salon de Shanghai 2015 © Flickr c.c. - Ford Motor Company

PHEV, cet acronyme qui signifie Plug-in Hybrid Electric Vehicle (véhicule hybride rechargeable) est sur toutes les lèvres au salon automobile de Shanghai qui se déroule du 20 au 29 avril. Peugeot, BMW, Audi, Porsche, Mercedes mais aussi les Chinois BYD ou SAIC, ont tous présenté un nouveau modèle ou un concept alliant un moteur thermique, un moteur électrique et une batterie. Cette tendance confirme le frémissement de l'année dernière. Selon le cabinet Inovev, le véhicule le plus vendu en Chine dans la catégorie des modèles à batterie était le BYD Qin, un PHEV 100% chinois. 

77 grammes de CO2 pour 2,23 tonnes

Chez BMW, le PHEV s'affiche en bleu sur le flanc d'un X5 gris métallisé. La version hybride rechargeable du SUV est LA nouveauté du salon pour l’Allemand, ce sont les consommations qui distinguent le X5 PHEV et ses 2 230 kg des versions "classiques" : 3,4 litres aux 100 kilomètres, pour seulement 77 grammes de CO2 émis par kilomètre (selon la fiche technique fournie par BMW). Ce X5 est aujourd'hui le véhicule le plus "propre" de la gamme BMW, détrônant la compacte Série 1 116d et ses 89 grammes de CO2. "Un véhicule hybride rechargeable allie le meilleur des deux mondes: le plaisir de conduite, mais sans émissions", explique Gerhard Thiel, chef de projet du X5 PHEV. Le SUV de 313ch dispose au total de 830 km d'autonomie, grâce à son moteur quatre cylindres et un réservoir d'essence équivalent au modèle classique. La batterie se recharge en 2h45 sur une borne, pour 30 km d'autonomie sans émission de CO2.

Un marché en devenir 

Devant le stand BMW, Antoine Doyon, analyste en charge de l'automobile au cabinet Arthur D. Little en Chine fait du PHEV l'un des faits marquants de cette édition 2015 de Shanghai. "Le constructeur BYD commercialise un second modèle, le Tan, avec 70 kilomètres d'autonomie. La gamme des constructeurs chinois s'étoffent, souligne-t-il. Ces véhicules pourraient bien trouver leur marché, si l'on prend en compte les incitations gouvernementales et la réglementation anti-pollution." Ainsi, à Shanghai, alors qu'un automobiliste doit payer 12 000 euros sa plaque d'immatriculation, cette dernière est gratuite pour les véhicules hybrides rechargeables et électriques. Idem à Shenzhen (dont vient justement le constructeur BYD). La ville du sud vient de mettre en place des quotas d'immatriculation dont les véhicules électriques et hybride rechargeable sont exemptés. 

Amortir le ticket d'entrée technologique

Si les conducteurs y trouvent leur compte financier, les constructeurs et équipementiers devront eux attendre d'avoir amorti le ticket d'entrée. Renault ou PSA ont des véhicules électriques et hybrides, mais vont devoir concevoir un système hybride rechargeable essence (les Chinois ne roulent pas au Diesel). Une grande partie du développement sera fait en Chine, si possible avec un partenaire. "Notre accord avec DongFeng mentionne cette technologie, explique à Shanghai Carlos Tavares, PDG de PSA. Notre partenaire y aura accès, moyennant des royalties". BMW ou Toyota capitalisent sur leurs gammes hybride essence, ce qui rationalise les coûts, et permet de développer plus rapidement.

"L’hybride est une base pour le PHEV, expliquait il y a quelques semaines à Genève Gérald Killmann, vice-président Europe en charge de la recherche et du développement chez Toyota. La différence se trouve dans les batteries et le système de recharge, mais le machine électrique reste la même." Comme Toyota, BMW compte ensuite rationaliser les coûts en produisant les modèles hybride rechargeable sur la même ligne que les autres modèles. C'est le cas du X5 dans l'usine américaine de Spartanburg (Caroline du Sud) ou de la Série 5 PHEV, la première hybride rechargeable du groupe, produite à Dadong, près de Shenyang, au nord de la Chine, sur la ligne de la Série 5. "À terme, tous les modèles auront une déclinaison plug-in hybrid, ajoute Gerhard Thiel. La prochaine commercialisation sera la Série 3."

Les équipementiers aussi

La manne n'est pas passée inaperçue non plus auprès des équipementiers. Le président de Valeo Group China, Édouard de Pirey, se frotte les mains au salon de Shanghai. "Les autorités chinoises ont besoin des hybrides et des électriques pour réduire leur problème de CO2. Les constructeurs, notamment les locaux, auront donc besoin d'électronique de puissance", commente-t-il. Valeo présente d'ailleurs à Shanghaï son superchargeur électrique, une autre déclinaison pour baisser la consommation. Si le marché de l'hybride rechargeable frémit, les différentes acteurs vont cependant devoir se montrer patients. En 2014, sur un marché de 22 millions de véhicules vendus en Chine, le cabinet Inovev n'a recensé que 47 000 électriques et hybrides rechargeables.

Pauline Ducamp, à Shanghai

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle