Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les timides investissements du fonds climat des pétroliers alors que le taux de CO2 culmine

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

Alors que l’ONU alerte sur le taux de CO2 qui atteint des sommets, les trois premiers investissements du fonds de 1 milliard de dollars du Oil and Gas Climate Investments créé par dix grandes entreprises du pétrole et du gaz en 2016 viennent d’être dévoilés. Mais sans montant, ni objectifs, ils paraissent bien timides face à l’urgence.

Les timides investissements du fonds climat des pétroliers alors que le taux de CO2 culmine

À la veille de la COP23, qui doit se dérouler du 6 au 17 novembre à Bonn (Allemagne), les annonces liées au climat se multiplient. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) de l’ONU dégaine un rapport alarmant sur la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, responsable du réchauffement climatique, qui a atteint un niveau record en 2016 avec 403.3 parties par million (ppm) contre 400 ppm en 2015. Ce record est dû à la conjonction des activités humaines et d’un important épisode d’El Niño. Ce phénomène climatique, apparaissant tous les 4 ou 5 ans, se manifeste par une hausse de la température de l'océan Pacifique qui provoque des sécheresses et de fortes précipitations.

1 milliard pour réduire les émissions

Deux jours avant, l’Oil and gas Climate Initiative (OGCI) avait dévoilé les trois premiers investissements de son fonds de un milliard de dollars créé en 2016, le Oil & Gas Climate Investments. Créé en 2014, l'OGCI regroupe BP, CNPC, ENI, Pemex, Reliance Industries, Repsol, Royal Dutch Shell, Statoil, Saudi Aramco et Total. Le fonds a pour vocation de financer des technologies pour réduire les émissions de CO2.

Un moteur à piston inversé

Le fonds a investi dans la société américaine Solidia Technologies, un producteur de ciment et de béton basé à Piscataway Township, New Jersey, qui utilise du dioxyde de carbone plutôt que l'eau pour durcir le béton, réduisant les émissions produites et la consommation d'eau. Le procédé réduirait l’empreinte carbone du ciment to 70%, la consommation d’eau durant la production de 60 à 80% et la consommation de carburant de 30%. En 2015, le groupe Lafarge a signé un partenariat de distribution du ciment de Solidia.

Du ciment plus frugal

Un deuxième investissement du fonds des pétroliers bénéficie à Achates Power, société américaine basé à San Diego (Californie) qui développe des moteurs à pistons opposés permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Créée en 2004, la start-up a plusieurs fois levé des fonds pour développer sa technologie aujourd’hui protégée par 100 brevets et qui intéresse une dizaine de constructeurs. En 2015, l’entreprise a décroché un financement de 9 millions de dollars du département américain de l’énergie et Delphi Automotive.

Un projet mystère de séquestration de CO2 industriel

Le premier investissement du fonds des pétroliers est lui consacré au Clean gas project, un projet de captage et séquestration de CO2 industriel à grande échelle, pour le rendre commercialement viable, afin qu’il puisse recevoir des aides des gouvernements et du secteur privé, explique le communiqué d’OGCI. Mais l’OGCI ne donne aucune précision sur le projet. Mais en octobre dernier, trois de ses membres, Statoil, Shell et Total, ont annoncé un partenariat en vue de développer un projet de stockage du CO2 sur des sites industriels situés à l’Est de la Norvège. La première phase de ce projet de stockage de CO2, soutenu par Gassnova, vise une capacité d'environ 1,5 million de tonnes par an. Le CO2 doit être déchargé et transféré dans stockages intermédiaires, avant d’être acheminé par pipeline jusqu’aux puits d'injection sous-marins situés à l’Est du gisement Troll en Mer du Nord norvégienne.

Optimiser le cycle du gaz

Enfin, le fonds travaille avec l'Imperial collège de Londres et les Nations Unies sur l’étude des émissions de gaz à effet de serre générées à chaque étape de la chaîne de valeur du gaz naturel.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus